Médicament

Dernière mise à jour 20/10/11 | Article
Plaquette de médicaments
La prescription d’un antidépresseur est un test diagnostique. Si le patient est déprimé, le médicament le guérit et le protège d’une rechute, s’il ne l’est pas, il ressent immédiatement des effets secondaires.

Prescrit à tort à un patient qui n’est pas déprimé, un antidépresseur provoque très rapidement des troubles insup­portables­ qui augmentent quotidiennement dès le 2e ou 3e jour. Le patient surpris par une agitation, une fébrilité inexplicable qu’il n’arrive pas à contrôler, se sent de plus en plus mal et arrête en général de lui-même de prendre les médicaments.

A l’inverse, si un patient prend un antidépresseur et qu’il ne ressent rien après la prise du médicament c’est qu’il en a besoin. Dans ce cas, il est à coup sûr déprimé et le médicament par son action pharmacologique douce continue (sérotoninergique et ou noradrénergique) corrige la déficience biologique dont il est atteint et qui provoque sa dépression. Il a intérêt à prendre le médicament aussi longtemps que possible pour ne pas rechuter.

La prescription d’un antidépresseur est un test diagnostique. Si le patient est déprimé, le médicament le guérit et le protège d’une rechute, s’il ne l’est pas, il ressent immédiatement des effets secondaires dus à une hyperactivité sérotoninergique ou noradrénergique, l’organisme réagissant comme s’il était en présence d’un corps étranger.

Tous les médicaments psychotropes améliorent l’efficacité de la psychothérapie. Ils atténuent ou corrigent par leur action spécifique, les troubles paralysant interactifs qui entravent la poursuite de la psychothérapie. Ils favorisent la mise en place des nouveaux circuits cérébraux susceptibles de neutraliser l’impact des anciens circuits.

Un médicament psychotrope ne devrait jamais être prescrit sans une psychothérapie concomitante, le médicament n’étant pas à même d’éviter des rechutes. Un patient qui n’a pas la chance biologique de bien dormir, d’oublier relativement facilement ce qui l’encombre (événements douloureux, traumatismes, pressions), a besoin de prendre des médicaments psychotropes pour guérir, améliorer l’efficacité de sa psychothérapie et surtout favoriser la démémorisation des émotions négatives sur laquelle nous n’avons pas de prise volontaire directe.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Benzodiazépines: vrai ou faux?

Des réponses aux idées reçues sur ces médicaments aux propriétés tranquillisantes et hypnotiques.

L’Ayahuasca vu par un psychiatre jungien

Le tourisme ésotérique reprend du poil de la bête. La consommation d’Ayahuasca, une plante hallucinogène très puissante utilisée depuis des millénaires par les tribus chamaniques d’Amazonie, attire de plus en plus de personnes à la recherche d’expérience transcendantales et salvatrices.
Les djihadistes tuent-ils sous l’effet d’une amphétamine?

Les djihadistes tuent-ils sous l’effet d’une amphétamine?

Le captagon engendre un sentiment de toute-puissance et annihile peur et douleur. Cette «potion magique des djihadistes» ferait l’objet d’un trafic croissant au Moyen-Orient.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.