Médicament

Dernière mise à jour 20/10/11 | Article
Plaquette de médicaments
La prescription d’un antidépresseur est un test diagnostique. Si le patient est déprimé, le médicament le guérit et le protège d’une rechute, s’il ne l’est pas, il ressent immédiatement des effets secondaires.

Prescrit à tort à un patient qui n’est pas déprimé, un antidépresseur provoque très rapidement des troubles insup­portables­ qui augmentent quotidiennement dès le 2e ou 3e jour. Le patient surpris par une agitation, une fébrilité inexplicable qu’il n’arrive pas à contrôler, se sent de plus en plus mal et arrête en général de lui-même de prendre les médicaments.

A l’inverse, si un patient prend un antidépresseur et qu’il ne ressent rien après la prise du médicament c’est qu’il en a besoin. Dans ce cas, il est à coup sûr déprimé et le médicament par son action pharmacologique douce continue (sérotoninergique et ou noradrénergique) corrige la déficience biologique dont il est atteint et qui provoque sa dépression. Il a intérêt à prendre le médicament aussi longtemps que possible pour ne pas rechuter.

La prescription d’un antidépresseur est un test diagnostique. Si le patient est déprimé, le médicament le guérit et le protège d’une rechute, s’il ne l’est pas, il ressent immédiatement des effets secondaires dus à une hyperactivité sérotoninergique ou noradrénergique, l’organisme réagissant comme s’il était en présence d’un corps étranger.

Tous les médicaments psychotropes améliorent l’efficacité de la psychothérapie. Ils atténuent ou corrigent par leur action spécifique, les troubles paralysant interactifs qui entravent la poursuite de la psychothérapie. Ils favorisent la mise en place des nouveaux circuits cérébraux susceptibles de neutraliser l’impact des anciens circuits.

Un médicament psychotrope ne devrait jamais être prescrit sans une psychothérapie concomitante, le médicament n’étant pas à même d’éviter des rechutes. Un patient qui n’a pas la chance biologique de bien dormir, d’oublier relativement facilement ce qui l’encombre (événements douloureux, traumatismes, pressions), a besoin de prendre des médicaments psychotropes pour guérir, améliorer l’efficacité de sa psychothérapie et surtout favoriser la démémorisation des émotions négatives sur laquelle nous n’avons pas de prise volontaire directe.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
depression_retour_psychedeliques

Dépression: le grand retour des substances psychédéliques

Longtemps diabolisés, les psychédéliques reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène pour leurs bénéfices dans la prise en charge de différentes pathologiques psychiatriques. Associées à des séances de psychothérapie et dans le cadre d’un contrôle strict, ces substances se présentent comme une alternative thérapeutique prometteuse.
cannabis_lsd_espoirs_therapeutiques

Cannabis, LSD & Co: espoirs thérapeutiques

Et si certaines drogues illégales pouvaient être prescrites pour soigner certaines maladies? De récentes expériences laissent entrevoir cet espoir.
stupefiants_maladies_mentales

Des stupéfiants pour soigner les maladies mentales?

Par le passé explorées, puis interdites et classifiées dans la catégorie des stupéfiants, certaines molécules psychotropes sont peu à peu réhabilitées pour leurs vertus, en particulier dans le traitement de pathologies mentales.
Videos sur le meme sujet

Les benzodiazépines, des anxiolytiques dont il faut se méfier

Stéphane Délétroz vous dit tout sur une famille de médicaments très largement prescrits: les benzodiazépines.

Le retour des psychédéliques

Après des années de diabolisation, les psychédéliques font leur retour dans le champ de la médecine. Des chercheurs espèrent pouvoir utiliser LSD et champignons hallucinogènes pour soigner dépressions et autres troubles psychiatriques.

L'usage des opioïdes en Suisse

La consommation de médicaments opioïdes contre la douleur a été multipliée par vingt-cinq depuis quarante ans.