Benzodiazépines: vrai ou faux?

Dernière mise à jour 15/02/15 | Article
Des réponses aux idées reçues sur ces médicaments aux propriétés tranquillisantes et hypnotiques.

Apparues sur le marché dans les années 60 avec le Valium®, les benzodiazépines sont aujourd’hui parmi les molécules les plus consommées dans les pays occidentaux. Prescrites pour leurs propriétés tranquillisantes, somnifères ou myorelaxantes (contre les douleurs musculaires), elles soulagent des symptômes, mais ne soignent pas.

Le point avec la Dresse Anne François, médecin adjointe au service de médecine de premier recours des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et avec le Dr Gerard Calzada, chef de clinique au service d’addictologie des HUG, sur des médicaments qu’il ne faut ni diaboliser ni banaliser. «Ils demandent une prescription attentive, limitée dans le temps et fréquemment réévaluée», insistent les deux praticiens.

Les benzodiazépines rendent accros

Vrai. Comme pour d’autres substances addictives, la prise de benzodiazépines mène à une tolérance –augmenter la dose pour avoir le même effet– et des symptômes de sevrage (état de manque) font leur apparition lors de l’arrêt du traitement. D’où l’importance d’un arrêt progressif pour éviter le risque de crise d’épilepsie. Vu que ces médicaments rendent dépendants, il ne faut pas les prescrire plus de trois à quatre semaines : si l’anxiété se poursuit, il vaut mieux entreprendre un travail thérapeutique (psychothérapie de soutien, techniques de respiration, approche corporelle, etc.).

Ils sont donnés lors d’une dépression

Vrai et faux. On peut les utiliser pour traiter une anxiété invalidante ou des difficultés d’endormissement présentes lors d’une dépression. Mais cela doit se limiter à une courte période, comme accompagnement momentané du traitement antidépresseur qui demeure celui de référence.

Il faut se méfier de leurs effets secondaires

Vrai. Ces médicaments provoquent une somnolence, de la fatigue, des troubles cognitifs (diminution de l’attention, perte de mémoire), mais aussi des apnées du sommeil voire une dépression. Chez la personne âgée, ils augmentent le risque de chute. En cas de prise prolongée, il y a un risque de développer la maladie d’Alzheimer ou un cancer.

On note des effets sur la conduite d’un véhicule

Vrai. Ils diminuent la concentration et prolongent le temps de réaction, d’où un risque de provoquer un accident.

L’interaction avec d’autres médicaments est dangereuse

Vrai. Avec la plupart des sirops contre la toux, des antiallergiques, des antidouleurs comme les dérivés morphiniques, il y a un risque de renforcement des effets sur l’organisme pouvant aller jusqu’à un arrêt respiratoire.

Il faut éviter de boire de l’alcool et de prendre en même temps des benzodiazépines

Vrai. Les effets secondaires sont démultipliés avec la prise simultanée de ces deux substances.

Contre les attaques de panique, rien ne vaut les «benzos»

Faux. Leur réponse immédiate est tellement efficace qu’en les prescrivant on empêche les gens de chercher des techniques alternatives pour diminuer ces symptômes aigus. En fait, les benzodiazépines permettent de traiter les symptômes, mais pas le problème qui génère ces crises de panique.

L’anxiété est à éliminer à tout prix

Faux. L’anxiété n’est pas une maladie. Elle fait partie de l’être humain et a une utilité majeure dans l’évolution de l’espèce: elle nous dit ce qui ne va pas (ce qui est dangereux) et nous permet de réagir (échapper au danger). C’est un signal d’alerte, comme la douleur, mais au niveau psychologique. Par contre, une anxiété excessive et durable peut engendrer une souffrance personnelle et altérer la qualité de vie.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
dompter_anxiete

Maîtriser son anxiété, c’est possible

En modifiant de façon durable les comportements ou les pensées qui favorisent l’anxiété, les psychothérapies permettent aux personnes anxieuses d'aborder leur vie plus sereinement.

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.