Dépression

Dernière mise à jour 17/10/11 | Article
Homme avec la tête dans les mains
Le test le plus pertinent pour diagnostiquer un état dépressif, c’est l’évaluation de l’aptitude biologique à supporter les émotions, les pressions, les ennuis.

Le diagnostic de dépression est un diagnostic difficile à poser, même pour un médecin, même pour un spécialiste. Il y a de nombreuses dépressions atypiques et souvent le patient peut donner le change. En fait il s’agit d’un état d’épuisement neurophysiologique. L’importance de l’épuisement est variable et selon son intensité, entraîne des dépressions légères, moyennes ou sévères. Classiquement, l’état dépressif est caractérisé par un trouble de l’humeur, la difficulté ou l’impossibilité de se réjouir. Dans les cas graves, le patient n’est plus à même de ressentir quoi que ce soit, c’est un mort-vivant.

Mais la définition classique basée sur le trouble de l’humeur, n’englobe pas tous les états dépressifs. A la base de la plupart des états dépressifs avérés, on retrouve un état d’épuisement émotionnel préexistant. L’épuisement émotionnel est caractérisé par la difficulté d’évacuer les émotions négatives et la difficulté à résister aux pressions.

Au début le patient ne perd pas sa joie de vivre, il est encore capable de se réjouir ou donne cette impression, ce qui peut tromper un examinateur fixé sur la définition classique de la dépression. Le patient, souvent, traîne cet état d’épuisement pendant des années, voir des dizaines d’années, avec des hauts et des bas, des baisses du moral, des insomnies, une anxiété, des troubles de la concentration. L’épuisement émotionnel commence à l’adolescence ou au début de l’âge adulte et dure toute la vie s’il n’est pas traité.

Les antidépresseurs sont particulièrement efficaces, ils stabilisent l’humeur et surtout favorisent la gestion des émotions. Le patient parvient beaucoup plus facilement à chasser les pensées négatives, à prendre du recul, à se débarrasser des émotions qui l’encombrent.

Résister aux pressions, être stimulé par des émotions négatives et les défis, c’est une chance biologique. Qui n’a pas de prédisposition dépressive peut être affecté par les émotions négatives, les contrariétés, les coups du sort, les injustices, les trahisons, les aléas de la vie, mais conserve la faculté de récupérer.

C’est pourquoi le test le plus pertinent pour diagnostiquer un état dépressif, c’est l’évaluation de l’aptitude biologique à supporter les émotions, les pressions, les ennuis. La personne déprimée s’épuise et perd de l’énergie, celle qui ne l’est pas en gagne.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PMS_psychiatrie_2.0

La psychiatrie 2.0: comment ça marche?

Les technologies se sont insinuées aujourd’hui dans tous les pans de l’activité humaine. Tout ou presque est connecté, les appareils digitaux sont omniprésents et nombre d’algorithmes orientent nos activités et nos choix. Existe-t-il encore des domaines hors d’atteinte des technologies? Qu’en est-il de la psychiatrie?
PMS_psychiatrie_parole_digitalise

Psychiatrie: quand la parole se digitalise

La psychiatrie est restée longtemps distante des avancées technologiques. Avant la fin du 20e siècle, la télémédecine en psychiatrie, ou «télépsychiatrie», n’est pas courante en santé mentale, si bien que très peu de recherches sont menées à son sujet. À l’inverse d’autres spécialités, comme la chirurgie ou la radiologie qui tirent parti des technologies, la psychiatrie et le psychothérapeute ne l’utilisent que très peu, préférant souvent la convivialité de deux fauteuils à celle d’un ordinateur. Mais est-ce vraiment encore le cas?
PMS_interview_Rubovszky_telemedecine

«Nous avons recouru très tôt à la télémédecine pour garder le lien avec nos patients»

La pandémie de Covid-19 a bouleversé les codes, y compris dans le domaine de la psychiatrie. Le recours à la téléconsultation a permis aux psychiatres de poursuivre les prises en charge et d’accueillir de nouveaux patients, fragilisés par la situation sanitaire. Le Dr Grégoire Rubovszky, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie FMH, médecin responsable du Centre Le Square à Genève, a accepté de répondre à nos questions sur la télémédecine.
Videos sur le meme sujet

Le bon choix du psy

Stéphane Délétroz indique quelques critères à prendre en compte pour choisir son ou sa psychiatre.

Gros plan sur lʹisolement thérapeutique en psychiatrie

Bastien Confino se penche sur une pratique parfois utilisée dans les services psychiatriques de Suisse: l'isolement ou l'enfermement thérapeutique.

De la musique dans les soins psychiatriques

Bastien Confino s'intéresse à un projet original mené dans le canton de Vaud.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)