Suis-je en train de perdre la mémoire?

Dernière mise à jour 17/07/14 | Article
Suis-je en train de perdre la mémoire?
Vous avez encore oublié où vous avez mis vos clés! Cela vous arrivait aussi quand vous étiez plus jeune, mais à l’époque, vous en rigoliez. Alors qu’aujourd’hui…

ça vous est peut-être déjà arrivé. Une fois dans le parking, impossible de vous souvenir de l’endroit où vous avez garé votre voiture. Pas même moyen de vous rappeler de l’étage. Alors, Alzheimer? Probablement pas. Oublier certaines choses de temps en temps est tout à fait normal. Les spécialistes vous diront d’ailleurs que vous n’avez probablement rien oublié du tout, vous n’étiez simplement pas attentif au moment de quitter le parking.

Pourtant, à partir d’un certain âge, ces pertes de mémoire ont tendance à inquiéter. Alors comment savoir si c’est normal ou s’il s’agit d’un début de maladie? On vous aide à y voir plus clair.

Oublier, c’est souvent ne pas se concentrer

Comprendre pourquoi l’on oublie, c’est d’abord comprendre comment on se souvient. Le processus de mémorisation se déroule en trois étapes principales: l’encodage, la consolidation et la récupération. Lors de la première étape, le cerveau reçoit et encode l’information, il apprend en quelque sorte. Une fois l’information reçue, le cerveau pourra ensuite la stocker, la «ranger», pour pouvoir – et c’est la dernière étape – la récupérer au moment où il en aura besoin (voir notre galerie «Comment se fabriquent nos souvenir»).

Avant même de parler de perte de mémoire, il faut savoir que c’est souvent au niveau de l’encodage que cela «coince». Cette première phase est très influencée par le contexte: la qualité de l’encodage dépendra de nombreux facteurs et particulièrement de l’attention de la personne à ce moment-là. Manque d’attention, de concentration, surmenage, les parasites à un bon apprentissage peuvent être nombreux. Selon le Dr Gilles Allali, chef de clinique en neurologie aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), la plupart des gens (environ 80 %) qui viennent consulter pour des problèmes de mémoire arrivent en fait avec une plainte d’attention. La distinction n’est pas toujours évidente à faire aux premiers abords, mais des tests simples permettent de faire la différence et, souvent, rassurer les patients par rapport au bon fonctionnement de leur mémoire.

Une fois le doigt mis sur un problème d’attention, il s’agira de l’expliquer et en comprendre la cause, poursuit le neurologue. Dépression, stress, anxiété, problèmes de sommeil (et notamment syndrome de l’apnée du sommeil), de nombreux facteurs peuvent expliquer un problème d’encodage. Des causes qui se soignent très bien dans la plupart des cas.

Le saviez-vous?

Les émotions influencent notre mémoire

On se souviendra avec précision de son premier baiser, d’un deuil, ou de ce que l’on faisait au moment où l’on a appris une terrible nouvelle. Au quotidien, «il y a un niveau de stress et d’émotions profitable à la mémoire. Sous l’effet de l’adrénaline tous nos sens sont en éveil, et la mémorisation est favorisée. Mais au-delà d’un certain seuil, l’effet inverse se produit: trop de stress parasite le processus complexe qui permet au cerveau de rappeler un souvenir», explique le Pr Frisoni, responsable de la consultation mémoire aux HUG.

D’un point de vue évolutif, ce lien semble avoir été plutôt utile. Se souvenir avec précision de ce qui nous a amenés dans une situation dangereuse (et donc qui a provoqué de la peur) pourra nous servir à l’avenir à éviter les situations qui pourraient nous mettre en danger. Il arrive à l’inverse que le traumatisme soit si violent qu’il vienne parasiter complètement notre mémoire, allant jusqu’à provoquer des amnésies. C’est toutefois relativement rare.

Alors petit test: et vous, où étiez-vous lorsque vous avez eu connaissance des attentats du 11 septembre? Il est à parier que vous vous en souvenez!

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Alzheimer

Il existe enfin une piste sérieuse pour soigner l’alzheimer

Un médicament développé par une équipe zurichoise, dans le cadre d’une étude menée sur 165 patients, semble ralentir le déclin cognitif. Les spécialistes affichent un optimisme prudent.
Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre cerveau durant la nuit avec des sons, au rythme de ses oscillations naturelles, pourrait améliorer notre faculté de mémorisation. C'est ce que suggère une étude allemande originale parue dans une revue médicale réputée. Nous pourrions un jour en tirer parti pour améliorer notre mémoire.
Quand le cannabis abîme la mémoire

Quand le cannabis abîme la mémoire

Quels sont les effets de la consommation de cannabis à long terme sur les fonctions cognitives? Telle est la question que se sont posée les Drs Emilio Albanese et Reto Auer des universités de Genève et Lausanne. Leur étude, publiée dans la revue JAMA Internal Medecine*, a mis en évidence une diminution de la mémoire.
Videos sur le meme sujet

Le déclin de la mémoire

Alors que les cas d'Alzheimer augmentent en Suisse, certaines personnes vieillissent en gardant tous leurs souvenirs. Mais alors, qu'est-ce qui provoque l'oubli lorsqu'on prend de l'âge ?

La mémoire: les souvenirs reconstruits

La mémoire n'est pas fiable à 100%. Construite de sensations et d'émotions, elle peut nous faire défaut et être créée de toute pièce. Cela peut devenir problématique lorsqu'on y croit dur comme fer ou quand la justice s'en mêle. Témoignages.