L'hypnose modifie l'activité du cerveau

Dernière mise à jour 24/05/12 | Le saviez-vouz
Effet optique
Les effets de l’hypnose ne sont pas purement subjectifs. L’imagerie cérébrale a révélé que cette pratique modifiait l’activité du cerveau.

Pierre Rainville, chercheur de l’Université de Montréal, a été le premier à réaliser des expériences dans ce domaine en 1997. Il a analysé l’activité du cerveau d’une vingtaine de sujets hypnotisés qu’il avait soumis à un stimulus douloureux (en maintenant une de leurs mains dans  de l’eau à 47°C). Cette expérience, répétée avec de nombreux individus, l’a amené à conclure que l’hypnose pouvait agir sur deux aspects distincts de la douleur – sensoriel (cela fait mal) et émotionnel (cela inquiète) – et à constater que ces deux composantes de la souffrance provoquaient des réponses neurologiques différentes.

Différentes zones cérébrales affectées

Le chercheur canadien a par ailleurs constaté que l’hypnose agissait sur plusieurs zones du cerveau. Elle augmentait notamment l’activation dans le cortex cingulaire antérieur (une aire du cerveau qui intervient dans l’attention et dans le contrôle du mouvement au cours d’une tâche cognitive) et du thalamus (une structure par laquelle transite l’information douloureuse). Par ailleurs, elle diminuait l’activité de structures (présentes dans les lobes pariétaux et le tronc cérébral) liées à l’établissement de distinctions entre le corps et l’environnement extérieur.

Depuis, de très nombreuses  études de ce genre ont été réalisées, notamment à l’Université de Genève. Toutes confirment, images cérébrales à l’appui, que l’hypnose modifie bien la perception de la douleur.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
hypnose_place_perceptions

«L’hypnose donne une place aux perceptions des patients»

Cet outil thérapeutique permet de mettre la douleur à distance, de vaincre les phobies ou d’éviter une narcose. Le point avec un expert de la question, le Pr Éric Bonvin, psychiatre.
hypnose_aussi_enfants

L’hypnose, c’est aussi pour les enfants

L’hypnose à des fins médicales et thérapeutiques rencontre toujours plus de succès. On le sait moins, mais cet outil est aussi bénéfique aux enfants.
hypnose_outil_facettes

L’hypnose, cet outil thérapeutique aux mille facettes

L’hypnose permet de changer sa perception de la réalité en faisant appel à la force de son imagination. Que ce soit pour vaincre une phobie, mettre la douleur à distance, surmonter les effets secondaires d’une chimiothérapie ou retrouver un bon sommeil, cet outil a désormais fait ses preuves.
Videos sur le meme sujet

L’inconscient tout puissant

Au travers d'une série d’expériences qui testent la perception, l'émission "Specimen" (RTS Un) du 31 mai 2017 s'intéresse à la puissance de l'inconscient.

L'hypnose

Un diplôme reconnu par la FMH, une pratique courante dans les services de traitement de la douleur de nombreux hôpitaux, plus de 200 praticiens formés en Suisse romande...

Ils murmurent à l’oreille des patients

Longtemps considérée comme une curiosité de cabaret, l’hypnose traîne derrière elle un passé sulfureux.