Favoriser le diagnostic précoce de la psychose

Dernière mise à jour 16/02/12 | Article
Ombre repliée devant un mur de briques
Nouvellement nommé à la tête de la psychiatrie générale du CHUV, le professeur Philippe Conus détaille pour nous les nouvelles approches liées au diagnosti précoce des psychoses.

Alors qu’elle se révèle d’une grande importance, la prise en charge des patients qui débutent une psychose représente un défi auquel la psychiatrie peine à répondre. Des recherches récentes ont cependant apporté une nouvelle manière de prendre en charge cette phase de la maladie. Au programme: plus de continuité des soins, un discours encourageant qui vise l’engagement du patient, et la volonté d’aller trouver les malades là où ils sont: à l’extérieur de l’hôpital.

Vous avez beaucoup travaillé sur le diagnostic et le traitement précoces de la psychose,  Aujourd’hui, quelle est votre activité dans ce domaine?

Depuis mon retour d’Australie – où l’équipe avec laquelle je travaillais essayait d’identifier le prodrome des psychoses, schizophrénie ou trouble bipolaire –, je me suis concentré sur la prévention secondaire: détecter le plus rapidement possible des personnes qui ont déjà clairement franchi le seuil de la psychose mais qui bien souvent tardent à être prises en charge. Avec mon équipe, j’ai donc organisé un service adapté à ces jeunes malades. Un service au seuil d’accès bas, ce qui suppose par exemple de se déplacer au domicile pour les suivre au jour le jour et les motiver à se soigner. Car là se trouvent à la fois l’important et la difficulté: aider les patients à s’engager dans les soins.

Pourquoi vous concentrez-vous sur les jeunes patients? Toutes les psychoses ne commencent pourtant pas à leur âge

Non, mais 85% d’entre elles se déclarent entre 18 et 25 ans. C’est d’ailleurs vrai pour une bonne part des maladies psychiatriques chroniques: elles se développent à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. C’est pour cette raison que la détection précoce est importante. Dans cette phase cruciale de leur vie, les jeunes malades rencontrent de nombreux aiguillages. Si, à cause de leur maladie, ils sont déconnectés de leurs pairs pendant un ou deux ans, il leur est très difficile par la suite, même s’ils sont bien soignés, de s’intégrer socialement.

Vous parlez de psychose en général chez ces jeunes. De quelles psychoses s’agit-il? Pouvez-vous être plus précis?

En fait, non… Les diverses formes de psychose dans leur phase de début sont difficiles à distinguer les unes des autres. Apparaissent d’abord chez ces jeunes des manifestations comme un repli sur soi, une dépression, des symptômes finalement assez aspécifiques qui sont des portes d’entrée dans la maladie. Ce n’est souvent que par la suite, en fonction de facteurs qu’on ne comprend pas bien, que la dimension psychotique survient. Et si elle survient, certaines données suggèrent que ce n’est que progressivement que la maladie évolue vers une schizophrénie ou vers un trouble bipolaire, par le biais de mécanismes qu’on ne connaît pas non plus. Nous en sommes donc réduits à nous occuper de «jeunes patients présentant une psychose débutante» plutôt que de schizophrénie débutante. Faire la différence est trop difficile; et quand on la fait, on se trompe régulièrement.

Quel est votre programme de traitement de ces psychoses débutantes?

Tout d’abord, comme je l’ai dit, il faut aller chercher ces patients-là où ils sont et les ramener vers les soins. Dans les années 1980-1990, on partait du principe que les gens devaient être motivés et formuler une demande d’aide avant qu’on ne les fasse entrer dans les soins psychiatriques. Ce genre d’exigence fonctionne pour certaines formes de troubles mais pas pour les psychoses. La première mesure a donc été la création d’équipes mobiles. Elles nous ont permis de toucher une population plus large et d’améliorer l’accès aux soins.

L’autre enjeu est la continuité. Nous partions d’un système où le médecin suivait le patient. L’ennui est que le fonctionnement institutionnel entraîne que les médecins changent tous les six ou douze mois. Les patients toléraient mal de s’engager avec un interlocuteur pour ensuite en changer. Nous appliquons donc aujourd’hui le principe du case management. Des infirmiers, des psychologues ou des assistants sociaux sont le fil rouge et travaillent en binôme avec un médecin.

Il faut aussi former nos collaborateurs à cette intervention. La difficulté est de se montrer à la fois optimiste et réaliste avec ces patients. Il s’agit de leur donner un message qui les aide à s’engager et les motive à se soigner; de leur dire qu’ils peuvent se rétablir, voire guérir de leur trouble. Prise assez tôt, on peut guérir la schizophrénie, même si c’est difficile. Dans la relation avec eux, nous utilisons toutes sortes de techniques d’engagement: par exemple, nous discutons avec eux des problèmes qui les préoccupent concrètement – comme la peine qu’ils ont à trouver un partenaire affectif ou à suivre une formation – avant de parler de symptômes.

Dernier point, le développement d’un contenu spécifique; nous avons élaboré des brochures d’information adaptées aux jeunes malades psychotiques, qui expliquent les symptômes de la maladie avec des termes que les jeunes utilisent, et qui abordent la question du traitement sur un mode motivationnel en en relevant les points positifs aussi bien que négatifs.

Et quels résultats avez-vous obtenus avec cette approche?

Ces outils fonctionnent très bien et nous sommes en train de les étendre au reste du canton de Vaud. Avant ce programme, nous perdions de vue plus de la moitié des nouveaux patients atteints de psychose. Ils venaient tard à l’hôpital, dans un état déjà très détérioré et avec de nombreux problèmes secondaires, personnels et sociaux. Ils n’avaient qu’une envie: rompre avec nous. Et nous les retrouvions six mois plus tard…

Aujourd’hui, nous avons une cinquantaine de nouveaux patients de ce type par an dans la région lausannoise, soit l’incidence qui correspond à notre bassin de recrutement. Dans le cadre du programme que nous proposons, près des deux tiers ne viennent jamais à l’hôpital. Sur ces trois ans, nous ne perdons de vue que 9% des patients. Cela veut dire que 91% suivent l’entièreté du programme et sont engagés dans les soins. A l’issue du traitement, ils sont suivis par des généralistes, des psychiatres ou dans nos policliniques. Ou on ne les suit plus parce qu’ils sont guéris. Ce programme a eu un tel succès que nous avons été soutenus par le CHUV pour en étendre l’implantation dans les autres secteurs du canton où des équipes mobiles et d’intervention précoce ont été développées au cours des deux dernières années.

Comment ces jeunes patients atteints de psychose arrivent-ils chez vous?

Auparavant, principalement par le CHUV ou ses urgences psychiatriques, mais de plus en plus souvent par les familles ou les psychiatres installés qui commencent à connaître le programme. Quant aux généralistes, ils doivent savoir que nos programmes existent et nous référer les patients chez lesquels ils suspectent un début de psychose. De notre côté, nous gardons un lien étroit avec eux parce qu’ils ont un rôle que les jeunes acceptent bien.

Qu’en est-il du dépistage très précoce, avant que la psychose soit déclarée ?

Il s’agit encore de recherche pure. Les outils cliniques qui en dérivent nous permettent d’identifier des jeunes patients qui présentent un «ultra-haut-risque» de psychose. Mais on sait que 20% d’entre eux, au maximum, en développeront une. Lancer une intervention sur cette base me semble injustifié.

 Qu’en est-il de la place de la psychothérapie dans la schizophrénie?

C’est vrai qu’après un grand élan qui avait mené aux thérapies systémiques, l’approche psychothérapeutique a connu une phase plus pauvre durant vingt ans. L’idée dominante était que le soin par la psychothérapie représentait un échec et qu’il s’agissait de traiter les psychoses par la réhabilitation et la gestion de la chronicité.

Mais cela bouge à nouveau en parallèle avec le regain d’intérêt pour la phase débutante. Il est important de sortir d’une lecture trop exclusive et puriste de la psychothérapie, et d’adapter les modèles aux besoins des patients. A cet égard, les nouveaux développements des interventions cognitivo-comportementales ont enrichi la palette des possibilités dont nous disposons, sans pour autant rendre obsolètes les concepts psychodynamiques et systémiques développés il y a quelques années entre autres à Cery.

Comment cela se traduit-il à Cery?

Nous faisons, à notre échelle, un travail de remise en route de l’approche psychothérapeutique des psychoses. Quelque chose d’un peu syncrétique, un mélange de traditions qui soit intelligible pour nos jeunes collègues.

Extraits de l’interview du Prof. Conus réalisée par Benoît Perrier et Bertrand Kiefer pour la Revue Médicale Suisse, 2012;8:83-85, 18 janvier 2012.

A lire aussi...

Cannabis et migration: facteurs de risques de la psychose? (Extraits du même interview)

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Alzheimer

Il existe enfin une piste sérieuse pour soigner l’alzheimer

Un médicament développé par une équipe zurichoise, dans le cadre d’une étude menée sur 165 patients, semble ralentir le déclin cognitif. Les spécialistes affichent un optimisme prudent.
Maladies sur le meme sujet
Nœud rouge (Sida)

VIH-Sida

Le sida est dû au VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il se transmet par contact direct avec du sang contaminé, lors de relations sexuelles ou directement de la mère à l'enfant.

Epicondylite

Epicondylite

Connue sous le terme de « tennis elbow » (coude du joueur de tennis), l’épicondylite est redoutée des joueurs de tennis, mais elle existe bien au-delà des terrains sportifs.

Psoriasis

Psoriasis

Le psoriasis est une maladie fréquente de la peau. Le plus souvent bénigne, elle peut néanmoins avoir des répercussions psychologiques et sociales importantes.

Symptômes sur le meme sujet

Convulsions

Il/elle a des convulsions
Epistaxis

Epistaxis

Je saigne du nez
Se faire mordre par quelqu'un

Morsure humaine

J'ai été mordu(e) par quelqu'un