Prévenir très tôt les facteurs de risque

Dernière mise à jour 14/01/14 | Article
Prévenir très tôt les facteurs de risque
Des travaux sur des souris montrent que la vulnérabilité aux maladies psychiatriques peut se développer déjà au stade fœtal.

La psychiatrie vit des moments fascinants. Deux continents longtemps séparés, la médecine du corps (somatique) et celle de l’esprit (psychologique), se rapprochent, se touchent, se confondent. Du coup, leurs coutumes et leur langue fusionnent. Avant, les médecins parlaient organes, fonctions, lésions. Tandis que les psychiatres discutaient complexes, affects, représentations. Aujourd’hui, ils s’entendent sur des termes comme processus cérébraux, gènes, molécules ou protéines, et ils travaillent dans les mêmes laboratoires.

A la fois médecin, psychiatre et neurobiologiste, le Dr Alexandre Dayer, médecin adjoint agrégé au service des spécialités psychiatriques et professeur boursier du fonds national, est l’incarnation parfaite de cette convergence. Il codirige un axe de recherche dans un pôle de recherche national dans le domaine de la psychiatrie. Le sujet de sa recherche? L’importance des altérations précoces des circuits cérébraux dans l’émergence des maladies psychiatriques.

«La schizophrénie ou les troubles bipolaires touchent 1 à 2% de la population. Mais les diagnostics sont posés à un stade relativement tardif de la maladie. D’où un intérêt scientifique grandissant pour mieux comprendre leur apparition et pourquoi certaines personnes y sont plus vulnérables que d’autres», explique le chercheur.

Le Dr Dayer et son équipe, affiliés au département des neurosciences fondamentales, mènent cette étude en expérimentant sur des modèles animaux. «Nous avons montré que des facteurs génétiques associés aux maladies psychiatriques influencent la mise en place des circuits cérébraux au stade fœtal de la souris. Ces modifications précoces vont jouer un rôle à l’âge adulte et influer sur l’anxiété ou la réactivité au stress», reprend le Dr Dayer.

Prise de conscience

Ces résultats guident ensuite des recherches sur des groupes humains à risque, notamment dans le domaine de la périnatalité chez des mamans souffrant de troubles anxio-dépressifs pendant la grossesse et le post-partum. «Les psychiatres prennent conscience aujourd’hui de la nécessité d’intervenir de plus en plus tôt, et de prévenir des facteurs de risque survenant déjà pendant la périnatalité», relève le chercheur.

Les neurosciences nous enseignent qu’il existe, au cours du développement cérébral, des périodes critiques propres à chaque système: visuel, perceptif ou émotionnel. A un stade embryonnaire, lorsque les circuits neuronaux se mettent en place, il suffit de bloquer les transporteurs de la sérotonine (une protéine essentielle pour le bon fonctionnement du système nerveux) pour que le souriceau développe à l’âge adulte une prédisposition aux comportements anxieux.

A l’inverse, le traitement de l’anxiété, chez un sujet adulte, passe précisément par le blocage des transporteurs de sérotonine. «Le développement des circuits neuronaux et le fonctionnement adulte de ces mêmes circuits obéissent à des logiques différentes. De tels résultats, essentiels pour la compréhension des mécanismes neuronaux à la base des maladies psychiques, sont parfaitement imprévisibles. Seule l’expérimentation animale peut les révéler», conclut le chercheur.

Pulsations - juillet-août 2013

Article original: https://docs.google.com/viewer?url=http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/puls-juillet-aout2013.pdf&chrome=true

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Santé_au_masculin

Les hommes ont une moins bonne santé que les femmes

En moyenne, la population masculine est plus vulnérable en termes de santé, et son espérance de vie, bien qu’elle tende à augmenter en Suisse, reste plus courte que celle des femmes. Pourquoi?
dompter_anxiete

Maîtriser son anxiété, c’est possible

En modifiant de façon durable les comportements ou les pensées qui favorisent l’anxiété, les psychothérapies permettent aux personnes anxieuses d'aborder leur vie plus sereinement.

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.
Videos sur le meme sujet

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.

Détresse existentielle: la société peut aider

Notre vision de la vie peut changer, parfois jusqu'à devenir plus noir que les ténèbres. La détresse existentielle est un mal actuel dans notre société, et de l'aide existe pour y faire face. Sandrine Astori nous aide à y voir plus clair.

Troubles anxieux: bon débarras!

Les troubles anxieux peuvent être terriblement handicapants. Pour certaines personnes, les situations les plus anodines peuvent prendre des allures de véritables cauchemars. Comment reconnaître ces troubles? Comment s'en débarrasser? Le points avec l'antidote.
Maladies sur le meme sujet
Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)

Angoisse

Je suis angoissé(e)