Portrait-robot d’un dépressif…?

Dernière mise à jour 28/04/15 | Article
Portrait-robot d’un dépressif…?
Le dépressif type n’existe pas. Il est impossible de dresser son portrait-robot, tant cette maladie peut frapper n’importe qui, n’importe quand.

Quelle que soit la latitude où elles vivent, les femmes sont deux fois plus touchées par la dépression que les hommes. Cette maladie psychique frappe 20% des femmes contre 10% des hommes. L’explication de cette «suprématie» féminine est peut-être à rechercher du côté des facteurs psychosociaux, de l’éducation et des inégalités entre les sexes.

Citons le cumul des fonctions de mère et de professionnelle assumées par un nombre croissant de femmes. Quand s’ajoutent à ce double labeur des difficultés familiales et/ou matérielles, la coupe menace de déborder et les résistances lâchent. A noter aussi que dans le couple, moins les rôles sont partagés, plus le risque de dépression pour la femme est élevé. Enfin, avec une espérance de vie plus longue, les femmes finissent leur existence souvent veuves, ce qui les expose davantage à l’isolement social et affectif.

Reste que, si les femmes paient le plus lourd tribut à la dépression, il ne faut pas sous-estimer la maladie dans la population masculine, puisqu’un homme sur dix est concerné. En outre, s’ils sont moins souvent touchés, les hommes se suicident davantage.

Rôle des hormones étudié

Même si les épisodes de vie marqués par de grands bouleversements hormonaux (accouchement, ménopause…) se soldent parfois par une dépression, rien ne prouve actuellement que la vie génitale féminine constitue un facteur de fragilisation. Sauf peut-être le syndrome prémenstruel…

Etude suisse

D’après l’étude «La santé psychique en Suisse», publiée en 2012 par l’Observatoire suisse de la santé, les troubles dépressifs sont plus fréquents au Tessin et dans la région lémanique. Parmi les personnes interrogées, 3% font état de symptômes dépressifs moyens à sévères (nécessitant un traitement). Si les femmes ont nettement plus souvent des symptômes légers, la différence entre les sexes est quasi nulle lors de dépression sévère.

Sans limite d’âge

Il n’y a pas d’âge pour déprimer. Cependant, contrairement à une idée répandue, la vieillesse n’est pas un facteur de risque de dépression. La population à plus haut risque dépressif est la tranche des 18-44 ans. On assiste même à un rajeunissement de l’âge moyen de survenue du premier épisode dépressif qui, aujourd’hui, se manifeste dans 75% des cas avant l’âge de 24 ans.

Maladie démocratique

On a longtemps pensé que la dépression était une maladie de la classe aisée, laissant supposer que les états d’âme étaient un luxe réservé aux privilégiés. Tout faux! Les études montrent, au contraire, une corrélation entre milieu défavorisé et dépression. Une certitude: aucune classe sociale n’échappe à cette maladie.

Rôle positif du mariage

D’une manière générale, le mariage a un effet protecteur contre la dépression, sauf en cas de mésentente conjugale bien sûr. Cependant, les sujets non mariés sont tout de même mieux lotis que les sujets divorcés, séparés ou veufs, lesquels restent les plus exposés au risque d’être touchés un jour par cette maladie.

_________

  

    

Extrait de :

J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

            

    

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite

J'ai envie de comprendre... La dépression

Un livre de S. Soumaille, avec les Drs G. Bondolfi et G. Bertschy.

Articles sur le meme sujet

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.
Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

«La médecine n’aurait jamais existé si l’on n’avait pas un jour séparé la maladie du malheur.»
Régis Debray

Comment faire pour que le chômage ne ruine pas la santé?

Etre contraint à ne pas travailler peut constituer un traumatisme psychique. Quels en sont les symptômes? Comment faire pour en réduire les conséquences? Les réponses d’un psychiatre, spécialiste de médecine légale et de droit de la santé.
Videos sur le meme sujet

Détresse existentielle: la société peut aider

Notre vision de la vie peut changer, parfois jusqu'à devenir plus noir que les ténèbres. La détresse existentielle est un mal actuel dans notre société, et de l'aide existe pour y faire face. Sandrine Astori nous aide à y voir plus clair.

Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

La dépression du post-partum et la dépression chez l'enfant et l'adolescent sont encore trop souvent méconnues. Explications dans cette vidéo.

L'image corporelle : quand le corps change

A différents âges de la vie (puberté, grossesse, ménopause, vieillesse), l'image corporelle évolue. Toute maladie, accident ou traitement est également susceptible de perturber la façon de percevoir son corps et d'entrainer une mauvaise estime de soi.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)