Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) pèse sur le moral

Dernière mise à jour 02/05/12 | Article
Silhouette d'un homme déprimé
Comme beaucoup de maladies chroniques, l’infection par le VIH (transmis sexuellement et par voie sanguine ) se répercute sur de nombreux domaines: défis personnels, médicaux, sociaux, psychologiques et psychiatriques font partie intégrante du quotidien des personnes vivant avec le VIH.

La dépression ou le mal du siècle

Le risque de développer une dépression majeure serait doublé chez les personnes vivant avec le VIH par rapport au reste de la population. Plusieurs études ont été menées, mais se limitent le plus souvent aux patients de sexe masculin. Les répercussions sur les femmes sont encore peu étudiées. Le sujet reste à explorer, mais certaines conclusions voient déjà le jour.

Les symptômes dépressifs…

Les symptômes dépressifs sont les mêmes que pour la population générale. Ils peuvent se déclarer à tous les stades de la maladie et peuvent aller du simple sentiment de tristesse dans les stades difficiles (annonce du diagnostic, perte d’un travail, stigmatisation sociale, progression de la maladie) à certaines maladies psychiatriques. Certains patients ont connu des dépressions avant d’être infectés par le VIH, d’autres la développent après.

Les symptômes plus communs sont l’humeur dépressive, l’irritabilité, le manque de plaisir, des sentiments de culpabilité, des problèmes de concentration, la fatigue, la perte de l’appétit et/ou la baisse de la libido.

…Et leurs origines

Certains facteurs augmentent le risque de développer une dépression: le fait d’être une femme, l’abus de substances (actuel ou passé), une histoire familiale de dépression, une situation relationnelle conflictuelle ou violente, un état socio-économique défavorable, les situations de perte et de deuil.

Dans le cas particulier du VIH certains facteurs peuvent favoriser l’émergence de la dépression, tels qu’un abus de substances, certains effets secondaires de la trithérapie, les infections opportunistes et la toxicité du virus pour le système nerveux.

L’équipe multidisciplinaire du CHUV

La prise en charge des problèmes secondaires au VIH est complexe et nécessite la collaboration de plusieurs intervenants. Au CHUV, l’équipe multidisciplinaire est constituée d’infectiologues, neurologues, neuropsychologues, psychiatres, l’équipe infirmière et les intervenants sociaux dans le but de soutenir et soigner au mieux les répercussions du virus.

Référence

Adapté de «Troubles de l’humeur et VIH: épidémiologie, clinique et prise en charge thérapeutique», Drs Giorgio Enrico Maccaferri et Alexandre Berney du Service de psychiatrie de liaison, Dr Matthias Cavassini du Service des maladies infectieuses, CHUV, Lausanne, in Revue Medicale Suisse 2012; 8: 362-7, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS38B_enfant_mal_vivre

L’enfant en mal de vivre

Derrière une agitation, une tristesse durable, des maux somatiques, un comportement difficile… peut se cacher un enfant en souffrance et même en dépression. Décryptage.
Illustré_COVID_déprime

Covid-19: «Pour votre santé mentale, gardez le contrôle et méditez!»

Selon le professeur de psychiatrie Guido Bondolfi, la crise nous atteint moralement parce qu’elle dure et que nous sommes largement démunis face à elle. Reprendre le contrôle de sa vie est une des pistes à suivre. Autre approche: pratiquer la méditation de pleine conscience, une méthode qu’il a introduite dans les Hôpitaux universitaires genevois il y a vingt ans.
P20-04_dossier_dépression

Dépression: les clés pour s’en sortir

Elle est l’une des maladies ayant le plus grand impact en termes de nombre d’années de vie perdues et de souffrance engendrée. Pour minimiser la portée d’une dépression et prévenir le risque – important – de rechute, une prise en charge adaptée est indispensable.
Videos sur le meme sujet

Psilocybine et méditation font bon ménage contre la dépression

Adrien Zerbini se penche sur une recherche originale pour lutter contre la dépression.
Maladies sur le meme sujet
Nœud rouge (Sida)

VIH-Sida

Le sida est dû au VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il se transmet par contact direct avec du sang contaminé, lors de relations sexuelles ou directement de la mère à l'enfant.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)