La dépression avance souvent masquée

Dernière mise à jour 16/06/15 | Article
La dépression avance souvent masquée
Dans la dépression, ce sont souvent les symptômes physiques qui motivent un rendez-vous chez le médecin de famille. A ce dernier d’exclure d’abord une cause somatique avant de poser son diagnostic.

Une vision globale de l’être humain est indispensable pour être en mesure de détecter une dépression. A troubles identiques peuvent correspondre quantité de causes possibles. La fatigue peut être le signe d’un début de diabète ou encore d’un problème de glande thyroïde, mais aussi d’une dépression.

Cette dernière est une maladie comme une autre, qui doit être prise en charge à un stade précoce pour éviter qu’elle n’évolue vers la chronicité. Mais encore faut-il, en tant que patient, accepter de s’entendre dire que ses lumbagos ou ses migraines à répétition cachent en réalité une dépression…

Daphné, 34 ans

«J’ai consulté pour la fatigue. Je ne travaillais plus aussi bien, j’avais tout le temps envie de dormir. Les analyses étaient bonnes et mon médecin m’a arrêtée une semaine, puis un mois pour surmenage. Le premier jour de la reprise du travail a été terrible. Je n’arrivais même plus à décrocher le téléphone. Je faisais une montagne de tout. Je ne me sentais plus du tout capable d’être à la hauteur.»

Troubles physiques dans la dépression

  • Insomnie, réveil matinal précoce.
  • Fatigue.
  • Maux de tête.
  • Bourdonnement d’oreilles.
  • Vertiges.
  • Douleurs vertébrales.
  • Malaise abdominal.
  • Nausées, vomissements.
  • Constipation.
  • Anorexie, amaigrissement.

Examens complémentaires

Face à des symptômes purement somatiques, tels qu’une fatigue inhabituelle ou des douleurs diffuses, la démarche consiste toujours à rechercher ce qui pourrait en être la cause. Le but premier est d’exclure une maladie organique.

Outre un interrogatoire approfondi et un examen physique, le médecin est parfois amené à prescrire certaines investigations. Parmi elles, citons un bilan sanguin avec la recherche d’un éventuel déséquilibre thyroïdien ou vitaminique, un scanner cérébral, une radiographie du thorax. Si ces recherches n’aboutissent à rien, on repart en quête d’autres indices en explorant l’histoire (familiale, professionnelle, affective…). Le choix des examens sera influencé par la nature des symptômes présents.

Le médecin peut également, avec l’accord du patient, rencontrer le conjoint pour recueillir plus d’éléments. Le langage corporel est également pris en compte. Un faciès déprimé, une voix monocorde ou des pleurs renseignent souvent mieux que bien des discours.

Enfin, un médecin attentif garde toujours en tête la possibilité d’une dépression cachée, en présence de plaintes pour lesquelles aucune cause physique n’a été décelée: fatigue, insomnie, perte de poids, chute de la libido, troubles de la concentration, douleurs de dos ou de ventre.

Analyse du sommeil

Même si l’insomnie perturbe très souvent les nuits des dépressifs, l’enregistrement du sommeil n’est pas un examen proposé de routine. Ce type d’analyse est surtout indiqué en cas de suspicion d’un syndrome d’apnée du sommeil. Ce dernier se manifeste par des pauses respiratoires pendant le sommeil (souvent associées à un ronflement) et entraîne une privation chronique d’oxygène qui pourrait jouer un rôle dans le déclenchement ou le maintien d’une dépression.

Le saviez-vous?

La dépression est généralement sous-estimée chez les seniors. Trop de monde, médecins y compris, estime encore que les «coups de blues» sont le lot de la vieillesse. Heureusement, on assiste aujourd’hui à une meilleure prise en compte des états dépressifs dans cette population. Les patients âgés atteints ont tendance à être plutôt agités, à se plaindre de douleurs physiques et à développer des troubles cognitifs (perte de mémoire, etc.).

_________

  

    

Extrait de :

J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

            

    

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Quels médicaments contre la dépression?

Quels médicaments contre la dépression?

Entretien avec le Professeur Jean-Michel Aubry, médecin-chef du service des spécialités psychiatriques des Hôpitaux Universitaires de Genève.
interview_kayser_sedentaires

«Les personnes sédentaires sont plus enclines à la dépression»

Passionné de montagne, le Pr Bengt Kayser a œuvré pour donner au sport une dimension académique dans la région lémanique. Depuis 2013, l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, dont il est le directeur, est un vrai centre national et international de compétences en sciences du sport.
prevenir_depression_bougeons

Pour prévenir le risque de dépression, bougeons!

Une étude d’une ampleur sans précédent confirme que la pratique régulière d’un exercice physique (même d’intensité modérée) est de nature à prévenir le risque de dépression.
Videos sur le meme sujet

La privation de sommeil pour soigner la dépression

Lucia Sillig évoque une méthode assez contre-intuitive pour lutter contre la dépression: la privation de sommeil.

Des électrochocs contre la dépression

Les électrochocs font peur parce qu'ils ont été utilisés avec barbarie et brutalité.

Des électrochocs contre la dépression

Les électrochocs font peur parce qu'ils ont été utilisés avec barbarie et brutalité.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)