Dépression, anxiété, deuil… Comment faire le tri?

Dernière mise à jour 02/06/15 | Article
Dépression, anxiété, deuil… Comment faire le tri?
On confond encore trop souvent la dépression avec l’anxiété, une baisse de moral transitoire ou encore une réaction de deuil normale.

Anxiété ou dépression?

L’anxiété fait tellement partie du tableau courant de la dépression que pratiquer l’amalgame entre les deux est très tentant. Il est vrai que ces deux affections partagent une partie des symptômes. Il vaut pourtant la peine de les différencier. En gros, la dépression est associée à un sentiment de perte alors que l’anxiété est une réaction excessive face à une situation qui ne présente pas de réelle menace.

Le déprimé se sent incapable de faire face, tandis que l’anxieux surestime le danger tout en sous-estimant sa capacité à gérer la situation. L’anxiété est parfois le premier symptôme de la dépression. Sa présence peut même faire écran et cacher une dépression au patient lui-même comme à son médecin. C’est pourquoi ce dernier doit toujours rechercher une éventuelle dépression tapie derrière des troubles anxieux. L’anxiété peut également se manifester en second plan. Le déprimé s’angoisse alors de ne plus arriver à surmonter les difficultés de sa vie et devient irritable.

La moitié des patients dépressifs présentent aussi un diagnostic de trouble anxieux.

Symptômes de l’anxiété

  • Agitation (ne tient plus en place, se tord les mains…)
  • Tension intérieure
  • Estomac noué
  • Bouche sèche
  • Boule dans la gorge, oppression
  • Palpitations dans la région du cœur
  • Fourmillements dans les extrémités
  • Diarrhée
  • Eructations, flatulences
  • Envies fréquentes d’uriner
  • Sensation de malaise
  • Vertiges
  • Transpiration
  • Crainte de l’avenir
  • Peur panique

Deuil normal

Une perte significative, réelle ou symbolique, représente toujours un bouleversement de l’existence et provoque inévitablement des répercussions au niveau émotionnel. On oublie trop souvent que le travail de deuil est un processus psychologique normal. Ce chemin, qui peut durer deux ans, est évolutif, avec des étapes qui, tôt ou tard, mènent à son acceptation.

Associé à un refus de la réalité, l’état de choc est la première réaction à une nouvelle particulièrement grave. Il peut aller de la surprise à l’angoisse sévère. Au choc du début, succède généralement le stade de l’incrédulité et du déni: «Ce n’est pas possible!...». Il s’agit là d’un mécanisme inconscient de défense qui permet de faire face à l’angoisse. L’endeuillé continue à vivre et à agir de façon automatique comme s’il était engourdi.

Autre palier vers l’acceptation: la révolte. Cette phase de colère représente une évolution nécessaire, comme une ultime tentative de repousser la réalité. Enfin, dans ce processus de deuil, la tristesse, voire une période dépressive, ne sont pas inquiétantes. Les résistances sont tombées et on se confronte au caractère irréversible de la perte.

La douleur morale s’exprime à travers les sentiments d’abandon, de manque et de solitude. Ces symptômes dépressifs disparaissent avec le temps. Puis vient la phase, dite de récupération, correspondant au moment où la personne se réinvestit et se remet à faire des projets.

Deuil ou dépression?

Lorsque le deuil ne s’inscrit plus dans un processus dynamique, il peut se transformer en une dépression à part entière. Le travail de détachement progressif ne se fait pas. La personne est incapable de penser à autre chose, de prendre la moindre décision, de pouvoir réorganiser sa vie sans la personne perdue.

Dépression ou baisse de moral?

Le diagnostic de la dépression est largement facilité lorsque les symptômes sont avant tout psychiques: tristesse, perte d’intérêt et de plaisir, pessimisme, pleurs fréquents, culpabilité, etc. Le tout étant présent tous les jours pendant au moins deux semaines. Le patient lui-même se déclare déprimé ou stressé et fait le lien avec un événement dans sa vie récente qui pourrait être à l’origine de son mal-être.

Toutefois, se sentir déprimé ou cafardeux ne veut pas forcément dire que l’on est tombé en dépression. Plusieurs entretiens sont parfois nécessaires pour permettre au médecin de faire la part des choses et de répondre à cette question essentielle: est-ce bien une dépression ou est-ce plutôt un passage à vide transitoire?

Le saviez-vous?

La voix, miroir de l’âme… On sait que les dépressifs, dont le débit est plutôt ralenti, ont paradoxalement une fréquence plus élevée. La raison? Le sentiment de ne pas pouvoir faire face génère un état d’anxiété qui va lui-même induire une tension excessive des cordes vocales. Au stade de la guérison, la voix redescend, gagne en intensité et le débit s’accélère.

Difficultés d’adaptation

On a tous nos hauts et nos bas. Pour autant qu’elles soient supportables, les oscillations de l’humeur font partie de la nature humaine. Echec aux examens, changement de travail, conflits familiaux, déménagement, départ des enfants: la vie regorge de situations qui exigent de nous un effort d’adaptation. Dans ce contexte, une déprime, un «coup de blues» passager avec baisse de régime n’a rien d’inquiétant. Typiquement, on va assez bien pendant la journée, mais on a une crise de cafard le soir. On a moins le moral, on dort un peu moins bien et on est un peu angoissé. Visiblement, les symptômes n’ont ni l’intensité, ni la constance, ni la durée nécessaires pour évoquer une vraie dépression. Cette réaction légèrement dépressive est transitoire et ne nécessite, a priori, pas d’intervention médicamenteuse. En revanche, selon les cas, quelques entretiens avec un médecin peuvent aider à mobiliser ses ressources pour traverser plus facilement cette mauvaise passe.

_______

  

    

Extrait de :

J’ai envie de comprendre… la dépression (éd. 2012), de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi et Gilles Bertschy

            

    

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Quels médicaments contre la dépression?

Quels médicaments contre la dépression?

Entretien avec le Professeur Jean-Michel Aubry, médecin-chef du service des spécialités psychiatriques des Hôpitaux Universitaires de Genève.
interview_kayser_sedentaires

«Les personnes sédentaires sont plus enclines à la dépression»

Passionné de montagne, le Pr Bengt Kayser a œuvré pour donner au sport une dimension académique dans la région lémanique. Depuis 2013, l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, dont il est le directeur, est un vrai centre national et international de compétences en sciences du sport.
prevenir_depression_bougeons

Pour prévenir le risque de dépression, bougeons!

Une étude d’une ampleur sans précédent confirme que la pratique régulière d’un exercice physique (même d’intensité modérée) est de nature à prévenir le risque de dépression.
Videos sur le meme sujet

La privation de sommeil pour soigner la dépression

Lucia Sillig évoque une méthode assez contre-intuitive pour lutter contre la dépression: la privation de sommeil.

Des électrochocs contre la dépression

Les électrochocs font peur parce qu'ils ont été utilisés avec barbarie et brutalité.

Des électrochocs contre la dépression

Les électrochocs font peur parce qu'ils ont été utilisés avec barbarie et brutalité.
Maladies sur le meme sujet
Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)

Angoisse

Je suis angoissé(e)