Ocytocine, l’hormone qui rend fidèle?

Dernière mise à jour 11/05/12 | Article
Des parents et leur enfant
Et s’il existait une hormone permettant de s’assurer la fidélité de son/sa partenaire? L’ocytocine est l’hormone permettant l’éjection du lait et les contractions utérines. Il semblerait qu’elle agisse aussi sur le comportement et les émotions au sein d’un couple et des interactions sociales.

L’ocytocine, toutes cartes en mains

L’ocytocine est une hormone qui se répand dans le sang, pour éjecter le lait lors de l’allaitement ainsi que pour induire les contractions utérines lors de l’accouchement et de l’orgasme. Par ailleurs, elle se propage aussi dans le cerveau, où elle aurait de multiples effets sur le comportement et les émotions. En effet, des études ont montré qu’elle joue un rôle dans l’activité sexuelle, l’érection, le comportement maternel, la monogamie, le lien social, le regard, le stress, le bien-être et la confiance. Elle supprime notamment le sentiment de peur dans certaines situations.

La consommation de certaines substances diminuent l’ocytocine (la morphine, l’héroïne, les opiacés) et d’autres l’augmentent (ecstasy).

Hormone de la monogamie

Une étude sur les rats a démontré que les rats des champs possèdent beaucoup de récepteurs à l’ocytocine et forment des couples monogames stables, élevant conjointement leurs petits. Quant aux rats de montagnes dépourvus de récepteurs à l’ocytocine, ils vivent dans des situations de proximité sexuelle, sont volages et mauvais parents. Chez l’être humain, l’ocytocine apporte stabilité dans un couple, aide à la perception des problèmes et à la qualité du lien conjugal.

Hormone de l’attachement

Chez l’animal, l’ocytocine permet à la mère de tout mettre en œuvre pour accueillir son petit : fabrication du nid, installation du petit, léchage, toilette, frottement du dos. Ces gestes favorisent les liens entre la mère et ses petits, en leur assurant confort, chaleur, nourriture et protection. Chez l’homme, l’ocytocine augmente la réponse des mères aux cris de leurs enfants.

Confiance ou méfiance?

L’ocytocine réduit également l’anxiété et le stress lors des interactions sociales (notamment lors de séparation précoce avec la mère, de problèmes de couple et de rejet entre étudiants). Certaines études montrent effectivement que l’ocytocine (hormone féminine) augmenterait le sentiment de confiance. A l’inverse, la testostérone (hormone masculine) pourrait rendre méfiant et agressif.

Traitement de certaines maladies par l’ocytocine

Des recherches sont actuellement en cours pour déterminer si l’utilisation d’ocytocine serait utile et efficace dans le traitement de certaines maladies perturbant les interactions sociales, comme l’autisme ou la schizophrénie. Les propriétés anti-stress de cette hormone pourraient également être utilisées dans le traitement des troubles anxieux (phobie sociale, anxiété généralisée) et de la dépression. Pour aller encore plus loin, il se peut qu’elle devienne un marqueur pour détecter les dépressions du post-partum (après l’accouchement) et chez les femmes ayant subi des abus sexuels dans leur enfance.

Ocytocine, la prometteuse

L’ocytocine est encore peu utilisée dans le traitement des maladies mentionnées ci-dessus, mais les découvertes actuelles et celles qui suivront promettent de belles avancées dans le domaine de la psychiatrie, principalement lors des problèmes d’interactions sociales et d’anxiété. Affaire à suivre.

Référence

Adapté de «L’ocytocine: hormone de l’amour, de la confiance et du lien conjugal et social», Dr R.-C. Martin-Du Pan, in Revue médicale suisse 2012; 8:627-30, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Santé_au_masculin

Les hommes ont une moins bonne santé que les femmes

En moyenne, la population masculine est plus vulnérable en termes de santé, et son espérance de vie, bien qu’elle tende à augmenter en Suisse, reste plus courte que celle des femmes. Pourquoi?
dompter_anxiete

Maîtriser son anxiété, c’est possible

En modifiant de façon durable les comportements ou les pensées qui favorisent l’anxiété, les psychothérapies permettent aux personnes anxieuses d'aborder leur vie plus sereinement.

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Détresse existentielle: la société peut aider

Notre vision de la vie peut changer, parfois jusqu'à devenir plus noir que les ténèbres. La détresse existentielle est un mal actuel dans notre société, et de l'aide existe pour y faire face. Sandrine Astori nous aide à y voir plus clair.

Bébé arrive: le grand chamboulement

La grossesse, l'accouchement et les semaines qui suivent sont faits de bouleversements. Entre changements, peur et bonheur, le point avec l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)

Angoisse

Je suis angoissé(e)