Cancer: offrir un soutien psychologique

Dernière mise à jour 23/02/12 | Article
Un tourbillon
Proposer un soutien psychologique aux patients souffrant de cancer. C’est le but de la psycho-oncologie. Rencontre avec Marta Vitale qui s’occupe de cette consultation du service d’oncologie des HUG.

Apprendre qu’on souffre d’un cancer relève du tourbillon émotionnel. Dès lors, il n’est pas inutile de se faire aider. Au sein du service d’oncologie des HUG, Marta Vitale, psychologue et psychanalyste, reçoit les malades qui en font la demande, sur rendez-vous ou en urgence.

Comment se passent les séances?

Il s’agit d’abord d’identifier la demande du patient. Qui n’est pas forcément directement liée à la maladie. En effet, il n’est pas rare qu’un diagnostic de cancer fasse émerger d’autres aspects de la vie du malade qu’il s’autorise pour la première fois à explorer. Il n’existe pas un protocole fixe de prise en charge. C’est davantage un processus. Parfois la personne a besoin d’un accompagnement pour gérer l’anxiété liée aux résultats d’examens, ou alors pour s’adapter aux changements qu’induit son cancer. L’important ce sont l’écoute et la disponibilité que l’on peut offrir aux patients. Je privilégie la rencontre et la flexibilité. Chacun peut réadapter sa demande en interrompant les séances ou en recommençant à sa guise, selon ses disponibilités. 

La peur de la mort est-elle très présente?

Dès qu’un diagnostic de cancer est posé, on est confronté à l’idée de la mort, forcément. Des mécanismes de défense se mettent en route pour refouler l’idée trop pénible de la disparition, même si peur et anxiété sont toujours présentes. Dès qu’on fait l’expérience d’une maladie grave, l’anxiété apparaît forcément. Cependant, il existe parfois des situations exceptionnelles où le patient fait face à ce qui lui arrive ou ne s’identifie pas ou peu à sa maladie. Quant au thérapeute qui travaille en oncologie, il doit aussi apprendre à gérer la proximité de la mort. Ou du moins sa présence.

Les patients cherchent-ils un sens à leur maladie?

Ils viennent me voir car ils se sentent mal. Dès lors, construire l’histoire de leur cancer leur permet de faire des liens avec leur vie personnelle, de se questionner et de voir si le malaise qu’ils éprouvent précède leur maladie. Ces séances ne concernent pas seulement leur cancer mais leur manière d’aborder la vie. Elles servent parfois aussi à faire tomber l’illusion de l’explication trop simpliste du lien de cause à effet. Car verser dans la psychologisation à outrance du cancer n’est pas très utile. Et quand l’hisoire du cancer est digérée, il reste l’espace pour d’autres problématiques liées à la vie du patient. Le but est de prendre en charge l’individu et pas seulement son cancer.

Votre bureau se trouvant à l’étage du service d’oncologie, les  patients franchissent-ils plus facilement vos portes?

Faciliter l’accès et montrer qu’un espace d’écoute existe est en effet notre idée. La demande n’est parfois pas immédiate mais le patient sait que je peux l’accueillir. Il en est informé par ses médecins et infirmières. C’est une manière de construire un pont, même imaginaire. Et comme je suis intégrée dans l’équipe de prise en charge, c’est comme si le soin donné au psychisme avait sa place dans les soins du corps. Cela forme un tout. Les oncologues reconnaissent d’ailleurs que prendre soin du psychisme est important dans le combat contre le cancer.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Psycho et cerveau
LED: lumière sur leur danger

LED: lumière sur leur danger

Alors que les lampes fluorocompactes se sont généralisées depuis les années 1990, elles vont être remplacées...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
crise_psychotique

La crise psychotique, un épisode dont on peut se relever

Face à des stress majeurs, certaines personnes perdent momentanément le contact avec la réalité. Une prise en charge médicale rapide est utile pour éviter la chronicisation des troubles.
dompter_anxiete

Maîtriser son anxiété, c’est possible

En modifiant de façon durable les comportements ou les pensées qui favorisent l’anxiété, les psychothérapies permettent aux personnes anxieuses d'aborder leur vie plus sereinement.
Videos sur le meme sujet

Troubles anxieux: bon débarras!

Les troubles anxieux peuvent être terriblement handicapants. Pour certaines personnes, les situations les plus anodines peuvent prendre des allures de véritables cauchemars. Comment reconnaître ces troubles? Comment s'en débarrasser? Le points avec l'antidote.

Anxiété: des soucis plein la tête

Une porte mal fermée, un examen de routine chez le médecin, une lettre inattendue... les soucis sont innombrables pour les personnes qui souffrent d'un trouble d’anxiété généralisé.
Maladies sur le meme sujet
Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule biliaire

Chaque année en Suisse, environ 330 personnes développent un cancer de la vésicule ou des voies biliaires. 57% des personnes touchées sont des femmes, 43% des hommes.

ultrason de la thyroïde

Cancer de la thyroïde

Chaque année en Suisse, près de 600 personnes développent un cancer de la thyroïde, ce qui correspond à presque 2% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet

Angoisse

Je suis angoissé(e)