L’obésité, un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer

Dernière mise à jour 07/02/13 | Article
L’obésité, un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer
Les personnes en excès de poids ont plus de risques que les autres de développer cette forme de démence. Pourquoi? Des études faites sur les souris apportent quelques éléments d’explication.

La maladie d’Alzheimer est encore entourée de nombreux mystères. On ne sait toujours pas ce qui provoque cette dégénérescence des neurones qui conduit peu à peu à des pertes de mémoire. En revanche, les études épidémiologiques ont permis de repérer plusieurs facteurs de risque de cette forme de démence. Outre la génétique – qui n’intervient que dans de rares cas – l’hypertension artérielle, les taux trop élevés de cholestérol, le diabète de type 2, un bas niveau d’éducation et, dans une moindre mesure, le tabagisme, ont ainsi été pointés du doigt.

Quant à l’obésité, elle semble elle aussi liée à l’émergence de la pathologie. Toutefois, tout dépend de l’âge. «Les personnes qui sont en surpoids à un âge moyen, aux alentours de 50 ans, ont un risque accru de développer une maladie d’Alzheimer lorsqu’elles atteindront 70 à 80 ans. En revanche, chez les plus âgées, la relation s’inverse: c’est une perte de poids qui est associée à la maladie», précise Nikolaos Samaras, chef de clinique à l’Unité de gériatrie de liaison des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Action directe

Quoi qu’il en soit, on estimait jusqu’ici que l’obésité intervenait indirectement dans la démence. Qu’elle augmentait la résistance à l’insuline, donc le développement du diabète de type 2 qui est un important facteur de risque.

Toutefois, des chercheurs français de l’université de Lille viennent de montrer que l’excès de poids pouvait aussi avoir un effet direct, ne faisant pas intervenir la résistance à l’insuline, sur l’une des lésions spécifiques d’Alzheimer: l’accumulation de protéines Tau anormales dans les neurones.

Les biologistes ont utilisé des souris modifiées génétiquement pour développer une maladie neurodégénérative proche de celle qui affecte les humains. Pendant cinq mois, ils ont soumis certaines d’entre elles à un régime riche en graisse qui les a rendues obèses. C’est ainsi qu’ils ont constaté que, par rapport à leurs congénères restées minces, les animaux obèses avaient développé «une pathologie aggravée, tant du point de vue de la mémoire que des modifications de la protéine Tau», explique l’un des auteurs de l’étude.

Ces résultats fournissent une preuve expérimentale qu’il existe «un mécanisme potentiel supplémentaire qui pourrait être à l’origine de ce que l’on avait observé chez l’être humain, à savoir que l’obésité peut favoriser le développement de la maladie d’Alzheimer», commente Nikolaos Samaras. Une piste intéressante pour améliorer la prévention de cette forme de démence liée au vieillissement.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
demeces_loisirs_essentiels

Démences: pourquoi les loisirs sont essentiels

Musique, danse, rythmique mais aussi art: ces activités contribuent au bien-être des personnes atteintes de démences.
alzheimer_progres_importants

Alzheimer: «Il n’y a pas de raison qu’on ne fasse pas des progrès importants»

La recherche se concentre sur la compréhension de cette pathologie, l’amélioration du diagnostic et tente de trouver des pistes de traitements. Les explications de Jean-François Démonet, directeur du Centre Leenaards de la mémoire du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
declin_memoire_vieillissement

«Le déclin de la mémoire est le reflet du vieillissement»

Limiter le processus normal du vieillissement de la mémoire est possible. Interview de Martial Van der Linden, professeur de psychologie clinique à l’Université de Genève.
Videos sur le meme sujet

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou de la maladie d’Alzheimer.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.

Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.

maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Symptômes sur le meme sujet
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire
J'urine beaucoup et souvent

Polyurie

J’urine beaucoup et souvent