La testostérone, un traitement d’avenir?

Dernière mise à jour 07/02/13 | Article
La testostérone, un traitement d’avenir?
La testostérone, l’hormone sexuelle masculine par excellence, pourrait s’avérer efficace dans la prise en charge de diverses maladies chroniques comme la bronchite chronique obstructive ou les troubles cardiovasculaires. Elle pourrait même contribuer à la prévention de la maladie d’Alzheimer. De nombreuses études sont en cours pour confirmer ses effets bénéfiques.

A mesure qu’ils vieillissent, les hommes ne sont pas épargnés par les bouleversements hormonaux. L’âge venant, ils sont sujets à une baisse de la libido, à des troubles sexuels et à une fatigue grandissante. C’est l’andropause, équivalent masculin de la ménopause, même si les changements sont moins soudains et moins clairement repérables que chez les femmes.

La faute en revient à la testostérone, cette hormone sexuelle considérée comme typiquement masculine (même si les femmes en secrètent aussi un peu), dont la production baisse à partir de la cinquantaine.

Actuellement, cette hormone n’est prescrite qu’en tant que traitement substitutif en cas d’andropause avérée. Mais elle pourrait à l’avenir être utilisée comme un véritable médicament susceptible de traiter ou de prévenir diverses maladies chroniques qui sont associées à des taux bas de testostérone.

Redonner des muscles aux bronchiteux chroniques

C’est notamment le cas de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), autrement dit de la bronchite chronique. L’inflammation qui caractérise cette maladie pourrait participer à une baisse d’activité de l’hypophyse, cette glande cérébrale qui stimule la sécrétion des hormones, notamment de celle des mâles. Cela explique que «40 à 50% des patients affectés d’une BPCO à un stade avancée ont un taux de testostérone circulant dans le sang inférieur à la norme», souligne Nikolaos Samaras, chef de clinique à l’Unité de gériatrie de liaison des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Cette hormone étant un stéroïde anabolisant – ce n’est pas un hasard si certains de ses dérivés sont recherchés pour leur effet dopant – son déficit contribue à la réduction de la masse musculaire et donc à la perte de poids souvent observée chez ces patients.

Une prescription de testostérone pourrait-elle contribuer à redonner des muscles, notamment respiratoires, aux bronchiteux chroniques? Plusieurs études ont été faites et leurs résultats sont plutôt encourageants. Surtout lorsque la consommation  de testostérone est associée à un programme de physiothérapie comprenant des exercices d’endurance et de résistance et à une prise en charge de la nutrition. Ce triple traitement s’est montré bénéfique pour la masse et la force musculaires, sans provoquer d’effets secondaires significatifs. Même si les hommes traités étaient aussi nombreux que les autres à devoir être hospitalisés, «leur mortalité au bout d’un an était significativement réduite». Toutefois, «il est encore trop tôt pour prescrire de la testostérone pour traiter la bronchite chronique», commente Nikolaos Samaras. Mais les essais méritent d’être poursuivis.

Du cœur au cerveau

Les maladies cardiovasculaires pourraient aussi être une cible pour l’hormonothérapie. «Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, le faible taux de testostérone est lié à un risque accru athérosclérose, selon le gériatre. De petites études ont même montré que l’hormone avait des effets bénéfiques contre l’angine de poitrine». Toutefois, d’autres travaux ont révélé que des traitements hormonaux substitutifs prescrits aux hommes après l'andropause pouvaient augmenter les complications cardiaques. «La prudence s’impose donc encore», conclut le spécialiste.

Il en va de même dans le cas de la maladie d’Alzheimer. Le cerveau renferme de nombreux récepteurs hormonaux et des recherches ont révélé qu’un traitement substitutif de testostérone pouvait améliorer les fonctions cognitives, à la fois chez les personnes saines et chez celles qui souffrent de démences. L’hormone a notamment des effets positifs sur la mémoire et sur la fonction visuo-spatiale, c’est-à-dire sur la représentation de l’espace. Autre signe qui ne trompe pas: «les patients ayant une testostérone basse ont un risque légèrement accru de développer la maladie», précise Nikolaos Samaras. Mais une fois encore, de là à prescrire de la testostérone pour prévenir la maladie d’Alzheimer ou freiner les pertes de mémoire, il y a un pas que le médecin se refuse de franchir en attendant que de nouvelles études prouvent le bienfondé du traitement. Affaire à suivre donc.

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Mémoire
L'amnésie a des formes et des causes diverses

L’amnésie a des formes et des causes très diverses

La perte de mémoire diffère souvent du portrait qu’en dresse la fiction… Précisions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_Brockmann_demence

«J’ai vu mon père prisonnier de la démence»

Tim Brockmann préside l’Association Suisse pour la Recherche sur l’Alzheimer, qu’il a créée en 2009 alors que son père était atteint de la maladie. Il évoque les projets de son association et son implication auprès des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Entre espoir et combativité.
memoire_medecin_famille

Troubles de la mémoire: n’oubliez pas votre médecin de famille!

Quand la mémoire vacille de manière inquiétante, il vaut mieux consulter un médecin. Des premiers tests au diagnostic jusqu’à la proposition d’un traitement, la prise en charge se fait par étapes.
alzehimer_et_les_proches

Alzheimer, et les proches dans tout ça?

La perte de mémoire bouleverse la vie de la personne qui en souffre autant que celle de son entourage. Alléger le fardeau des proches, tel est l’objectif poursuivi par l’Association Alzheimer.
Videos sur le meme sujet

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou de la maladie d’Alzheimer.

Microbiote et Alzheimer

Le microbiote fait beaucoup parler de lui dans la recherche et il ne se passe pas un jour sans qu'une nouvelle fonction ne soit attribuée à ces milliards de bactéries qui habitent notre intestin.

Gros plan sur les démences vasculaires

Dans environs deux-tiers de démences séniles, la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée.
Maladies sur le meme sujet
maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire