Alzheimer: on peut le détecter trois ans avant. Mais est-ce nécessaire?

Dernière mise à jour 14/04/14 | Article
Alzheimer: on peut le détecter trois ans avant. Mais est-ce nécessaire?
Des chercheurs américains annoncent avoir mis au point un test permettant de repérer cette démence précoce trois ans avant les premiers symptômes. De nouvelles questions se posent.

Est-ce ou non un progrès? Dirigée par le Dr Howard J. Federoff (département de neurologie, Georgetown University Medical Center, Washington), une équipe réunissant des chercheurs de différentes universités américaines vient d’annoncer avoir mis au point un test sanguin permettant d’identifier les personnes à risque d’être atteintes de la maladie d’Alzheimer. Cette découverte a été récemment publiée dans la revue Nature Medicine(1). Selon ses auteurs, la précision obtenue est de l’ordre de 90%. Ils estiment que cette information permettrait de développer des stratégies de traitement précoce contre cette maladie neurodégénérative. Ce qui est à espérer mais reste à démontrer.

Dix lipides suspects

Les chercheurs expliquent, schématiquement, que leur test identifie dans le sang dix lipides dont la présence conjointe permet d’élaborer une prévision de l’apparition des symptômes de la maladie. Ils espèrent que ce test, pour l’heure expérimental, pourra être en phase d’études cliniques dans les deux prochaines années et que son principe pourra être élargi au diagnostic d’autres pathologies.

L’étude a consisté à suivre, durant cinq ans, 525 personnes volontaires en bonne santé, âgées de 70 ans et plus, chez lesquelles des prélèvements de sang ont été effectués à des échéances régulières. Au cours de la période de suivi, le diagnostic de maladie d’Alzheimer de forme légère (et de déficience cognitive amnésique) a été porté chez 74 des participants.

Mieux utiliser les médicaments actuels

Les différentes analyses effectuées ont permis de cibler de manière rétroactive les dix biomarqueurs permettant de mettre au point un test prédictif. Celui-ci s’avère capable de détecter, avec 90 % de précision, les participants aux capacités cognitives normales qui vont développer des troubles cognitifs dans les deux à trois ans. Il identifie aussi du même coup les personnes qui ne souffriront pas de ces mêmes troubles durant la même période.

«Notre nouveau test sanguin offre la possibilité d'identifier les personnes à risque de déclin cognitif progressif, et peut changer la façon dont les patients, leurs familles et leurs médecins traitants vont gérer la maladie», a expliqué le Dr Federoff. Pour ce professeur de neurologie, la mise au point de cette analyse pourrait permettre de tester les médicaments aujourd’hui utilisés, sans réel succès, contre la maladie d’Alzheimer. Leur emploi à un stade plus précoce du processus pathologique (avant l’apparition des symptômes) permettrait peut-être d’en freiner l’évolution.

Multiples approches

Cette tentative de mise au point d’un test de diagnostic précoce n’est pas la première, comme en témoigne une série de publications dans ce domaine. Outre les biomarqueurs sanguins, les recherches concernent le recours à l’imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) et l’analyse du liquide céphalo-rachidien. Elles se fondent sur une certitude: on sait depuis longtemps déjà, grâce à des autopsies et des analyses anatomopathologiques cérébrales, qu’il existe des lésions microscopiques cérébrales caractéristiques bien avant l’apparition de la maladie.

Au cours de la dernière décennie, les scientifiques ont pu également utiliser de nouvelles méthodes d’imagerie cérébrale (comme la tomographie par émission de positons) permettant d’identifier les signes neurologiques précoces de la maladie d'Alzheimer chez des personnes sans symptômes apparents de la maladie. Et des travaux laissent aujourd’hui penser qu'environ un tiers des personnes de plus de 65 ans auraient des plaques amyloïdes dans leur substance cérébrale.

Des travaux canadiens et allemands

Une équipe de l’Université de Montréal (Fredéric Peters, Sylvia Villeneuve et Sylvie Belleville, Institut universitaire de gériatrie de Montréal) vient d’annoncer, dans le Journal of Alzheimer's Disease(2), avoir mis au point un procédé (IRM associée à des tests cognitifs et mnésiques) qui permettrait un diagnostic à deux ans de déficience cognitive légère. Ils estimaient avoir atteint une précision globale de 87,5%.

Une autre équipe, de l'Université de la Sarre (Allemagne) et de la firme Siemens Healthcare, a annoncé en 2013, dans la revue Genome Biology(3), avoir identifié une forme de signature biologique de la maladie d’Alzheimer. Présente dans le sang et basée sur douze microscopiques fragments d’ARN (microARN ou miARN), ce marqueur aurait une précision de 93%, et son principe pourrait être étendu à d’autres maladies neurologiques dégénératives.

1 Un résumé (en anglais) de ce travail est disponible ici.

2 Le texte complet (en anglais) de cette publication est disponible ici.

3 Le texte complet (en anglais) de cette publication est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Personnes âgées
Doigts tenant un ressort

Bien savoir vieillir : des exercices simples pour être en forme

Être en forme, c'est avoir la capacité de supporter un effort physique, ce qui inclut la force, l'endurance,...
Lire la suite
Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Alzheimer

Il existe enfin une piste sérieuse pour soigner l’alzheimer

Un médicament développé par une équipe zurichoise, dans le cadre d’une étude menée sur 165 patients, semble ralentir le déclin cognitif. Les spécialistes affichent un optimisme prudent.
alzheimer_aujourd'hui

Alzheimer aujourd'hui

Malgré des espoirs de traitement, la maladie d'Alzheimer reste très difficile à vivre pour les malades et leurs proches.
On souffre moins de démence qu’il y a quarante ans

On souffre moins de démence qu’il y a quarante ans

Des chercheurs américains sont arrivés à cette conclusion après avoir suivi 5000 personnes. Mais le nombre croissant de gens âgés contrecarrera cette bonne nouvelle.
Videos sur le meme sujet

Alzheimer et autres démences: dépister et anticiper

Aujourd'hui en Suisse près de 90'000 personnes sont atteinte de la maladie d'Alzheimer ou d'une autre forme de démence. Cette vidéo aborde le sujet avec le médecin chef du service de neurologie de l'hôpital de Sion.

La mémoire: les souvenirs reconstruits

La mémoire n'est pas fiable à 100%. Construite de sensations et d'émotions, elle peut nous faire défaut et être créée de toute pièce. Cela peut devenir problématique lorsqu'on y croit dur comme fer ou quand la justice s'en mêle. Témoignages.
Maladies sur le meme sujet
maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Symptômes sur le meme sujet
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire