Un nouveau vaccin anti-méningite en Suisse

Dernière mise à jour 27/01/12 | Article
Un enfant ce faisant vacciner
Le MenveoTM, vaccin d’une nouvelle génération contre la méningite à méningocoque a été enregistré en mars dernier en Suisse pour une indication dès l’âge de onze ans. Il combine les avantages de ceux actuellement commercialisés et simplifiera la procédure de vaccination surtout chez les voyageurs, mais également chez les enfants à risque de complications.

L’ennemie à combattre, c’est elle: Neisseria meningitidis! Cette bactérie, aussi appelée méningocoque, est responsable de la méningite à méningocoque, infection grave provoquant une inflammation des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Elle touche environ 500 000 personnes par an dans le monde. En Suisse, près de 80 cas sont déclarés chaque année à l'Office fédéral de la santé publique. Dans le cadre de lutte contre cette maladie à l’évolution fulgurante, la vaccination reste l’arme la plus efficace. Un vaccin d’un nouveau genre est maintenant commercialisé en Suisse: le MenveoTM. Il présente tous les avantages de ses ainés actuellement disponibles sur le marché.

La large protection du MenveoTM

La capsule qui entoure la bactérie est composée de polysaccharides, c’est-à-dire de complexes moléculaires formés à partir de l'assemblage de plusieurs glucides simples couramment appelés des sucres. Ces polysaccharides définissent treize types de méningocoques. Six d’entre eux sont pathogènes: les types A, B, C, W135, X et Y. Leur distribution et prédominance varient selon les pays. Si en Suisse, on rencontre principalement des méningocoques B et C, rien n’empêche la présence d’autres types, vu la mobilité des populations. Alors, dans la mesure où il est impossible de prédire avec lequel un individu d’une région ou un voyageur est susceptible d’entrer en contact, l’idéal serait d’avoir un vaccin efficace contre tous les types de méningocoques à la fois et pour tous les groupes d’âges. Seulement, à ce jour, de tels vaccins n’existent pas. Le MenveoTM tend toutefois vers cet idéal.

Le nouveau vaccin combine les avantages de ceux actuellement commercialisés: les vaccins conjugués et les vaccins polysaccharidiques quadrivalents ACWY. Les premiers sont obtenus à partir des chaines polysaccharidiques extraites des types de méningocoques concernés, puis fractionnées en petites unités de sucres qu’on lie à une molécule dite de conjugaison. En définitive un procédé qui les rend beaucoup plus protecteurs que d’autres vaccins. Une autre différence de taille: les vaccins conjugués n’induisent pas d’immunotolérance. En d’autres termes, ils stimulent la production d’anticorps correspondant au type de méningocoque donné. Ils activent aussi une immunité de mémoire, c’est-à-dire qu’une fois vacciné, le corps réagira rapidement et efficacement lors d’expositions ultérieures à un méningocoque. Mais, cela ne dispense pas ce pour autant de rappels les personnes à risque. Par ailleurs, certains individus sont porteurs des bactéries logées au niveau de l’arrière-gorge et des fosses nasales (sans déclarer eux-mêmes la maladie) et sont donc une source de contamination pour autrui. Les vaccins conjugués réduisent le portage de la bactérie dans ces voies aériennes supérieures et donc la transmission de la bactérie au sein de la population. Il s’agit d’immunité dite de troupeau (la vaccination d’une partie de la population assure la protection des individus non vaccinés). Le MenveoTM a donc la sécurité et l’efficacité du vaccin conjugué et, comme les vaccins quadrivalents ACWY, confère une large protection.

Les recommandations pour le nouveau vaccin

Avant le MenveoTM, les adultes et les enfants de plus de onze avec un risque accru d'exposition à Neisseria meningitidis, devaient combiner le vaccin conjugué méningocoque C avec une dose de vaccin quadrivalent ACWY pour bénéficier d’une large couverture. Dorénavant une dose de MenveoTM suffira. La nouvelle immunisation est autorisée par l’Office fédéral de la santé publique pour être administrée aux voyageurs à destination de la ceinture de la méningite en Afrique subsaharienne (du Sénégal à l'Éthiopie) où ces régions sont reconnues pour être des zones où la maladie sévit de manière permanent. La vaccination est recommandée pour les séjours dépassant les 30 jours, les situations à risque comme les hébergements collectifs, les contacts étroits et le risque d’épidémie, les séjours de moins de 7 jours en cas d’épidémie avérée et enfin pour les pèlerins en partance pour le Hadj.

Par ailleurs, plusieurs études montrent que le vaccin semble immunogène chez les enfants de deux à onze ans. Même si le MenveoTM est destiné aux personnes de plus de onze ans, la Commission fédérale des vaccinations le recommande hors de l’utilisation officielle autorisée (off-label), pour les enfants dès l’âge d’un an qui voyagent en zone endémique ou épidémique et chez ceux qui font partie des groupes à risque nécessitant une protection pour des raisons médicales. Quand aux nourrissons de moins d’un an, il n’existe actuellement aucun vaccin à large couverture.

Adapté de: «Vaccin quadrivalent conjugué contre la méningite», Dr P. Landry, Centre de vaccinations et médecine des voyages à la PMU de Lausanne, in Revue médicale suisse 2011;7:1006-10.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Est-ce obligatoire de se faire vacciner?

Est-ce obligatoire de se faire vacciner?

Réponse du Professeur Claire-Anne Siegrist, pédiatre et Directrice du Centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Présidente de la commission fédérale de vaccination.
Videos sur le meme sujet

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.

Cancer du col de l'utérus: un nouveau vaccin, une nouvelle arme

Le service cantonal de la santé publique vient d'annoncer le début de la campagne de vaccination contre les papillomavirus. Ce virus est responsable du cancer du col de l'utérus. Explications de la Dre Claire-Anne Siegrist.
Maladies sur le meme sujet
Cerveau colloré

Méningite aiguë

La méningite est une inflammation des enveloppes (méninges) du cerveau et de la moelle épinière. Elle provoque de la fièvre, des maux de tête sévères, et nécessite un traitement rapide.