Traitement du cancer: les pathologistes au chevet des oncologues

Dernière mise à jour 28/05/18 | Article
PULS_pathologistes_oncologues
Plus un jour ou presque ne se passe sans qu’on annonce une «révolution» dans le traitement du cancer.

«Il y a encore à peine quinze ans, explique la Pre Rubbia-Brandt, cheffe du département de médecine génétique, de laboratoires et de pathologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les oncologues prescrivaient essentiellement des chimiothérapies à tous les malades du cancer. Aujourd’hui, un large nombre d’entre eux bénéficie d’une approche personnalisée qui correspond au profil moléculaire de la tumeur qui prolifère dans leurs tissus.» Diverses stratégies peuvent ainsi être utilisées: celles qui visent les vaisseaux sanguins dont se sert la tumeur pour proliférer (traitement anti-angiogénèse), celles qui ouvrent les portes des cellules malades à notre système immunitaire pour qu’il puisse les détruire (immunothérapie) ou celles qui bloquent des voies spécifiques de la tumeur (thérapies ciblées).

Mais comment en est-on arrivé là? «En fait, poursuit la pathologiste, notre travail n’a pas changé. Nous observons du matériel biologique pour classifier les maladies, leur donner un diagnostic et un pronostic. Sauf que nous ne nous arrêtons plus seulement au niveau des organes ou des tissus comme avant. Les progrès technologiques nous permettent maintenant de comprendre plus en profondeur les mécanismes moléculaires à la base du fonctionnement des tumeurs et d’analyser leur génétique, leur morphologie et surtout le milieu dans lequel elles évoluent et prolifèrent, contribuant à prédire la probabilité d’une réponse au traitement.»

Cette gigantesque collecte de données, obtenues en observant les tumeurs dans leur ensemble, a permis de définir des milliers de sous-types de cancer et d’apporter à chacun de ceux-ci le traitement le plus approprié et le plus efficace. «Mais trier ce gigantesque amas de données est aussi le grand défi du futur, conclut la spécialiste. Pour vaincre le cancer, il nous faut déterminer quelles données sont pertinentes pour traiter et soigner. Autrement dit, il faut que nos big datas deviennent des smart datas.»

Oncologie personnalisée

Le projet SPOD (Swiss Personalized Oncology Driver), lancé par le CHUV,les HUG et l’Hôpital del’Ile, a reçu un financementde 2,3 millions de francs,octroyé par l’initiative Swiss Personalized Health Network (SPHN), soutenuepar la Confédération. Objectif: mettre en réseau les données moléculaires et cliniques d’une large majorité des patients atteints de cancer en Suisse.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 immunotherapie_futur

L’immunothérapie, arme du futur

Cette approche stimule le système immunitaire pour combattre le cancer. Un vaccin thérapeutique bientôt en étude de phase II aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
jeune_chimiotherapie_bienfait

Jeûne et chimiothérapie: un réel bienfait?

Le jeûne suscite un intérêt croissant auprès des patients atteints de cancer, car il serait susceptible d’accroître les bénéfices de la chimiothérapie. Aucune étude scientifique approfondie n’a pourtant été menée à terme à ce jour. Alors, qu’en est-il vraiment?
Videos sur le meme sujet

La protonthérapie, des protons contre des tumeurs

L’Institut Paul Scherrer (PSI) inaugure une nouvelle plate-forme de traitement par protonthérapie, le Gantry 3.

Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.

Couper les vivres aux tumeurs

Comment priver de manière ciblée les cellules cancéreuses de leur nourriture et de leur oxygène?