L’acupuncture auriculaire semble aider à perdre du ventre

Dernière mise à jour 09/01/14 | Article
L’acupuncture auriculaire semble aider à perdre du ventre
Un petit essai contre placebo mis en œuvre à Séoul sur une centaine de personnes en surpoids le laisse penser. A confirmer.

L’auriculothérapie est un synonyme d’acupuncture, mais d’une acupuncture d’un genre un peu particulier: le siège des «points» et des «aiguilles» se limite aux pavillons des oreilles. Contrairement à ce que l’on pourrait supposer, ce n’est pas une technique développée dans le lointain Orient. C’est un procédé mis au point dans les années 1950 par un médecin lyonnais, le Dr Paul Nogier. Initialement très peu développée en Chine, ce n’est qu’après cette mise au point que l'acupuncture auriculaire a commencé à être pratiquée et diffusée.

Fœtus inversé

Les hypothèses qui sous-tendent cette pratique sont très généralement contestées dans les milieux de la médecine officielle hospitalo-universitaire. Ses promoteurs postulent que l’on peut construire des représentations cutanées des différents organes du corps sur le pavillon de l’oreille. Ce dernier reconstituerait selon eux (grossièrement) l’image d’un fœtus inversé. A un organe lésé ou en souffrance correspondraient, sur l’oreille, des zones douloureuses à la pression –ainsi que des anomalies biophysiologiques.

La perte de poids est l’une des indications fréquemment évoquées par les professionnels de l’auriculothérapie ou par les sites vantant les mérites de cette technique. Qu’en est-il précisément? Si l’on en croit les résultats récemment publiés d’une étude coréenne de petite taille, l'auriculothérapie pourrait effectivement être utilisée pour aider les personnes à perdre du poids. Et ce surtout au niveau de la taille et du ventre. Ces résultats restent à confirmer dans le cadre d'une étude plus importante.

Aiguilles pendant huit semaines

Ce travail vient d’être publié sur le site d’Acupuncture in Medicine (1). Il a été mené par des scientifiques de l'université Kyung Hee de Séoul auprès de 16 hommes et 75 femmes ayant un Index de Masse Corporelle (IMC) supérieur ou égal à 23 et qui n'avaient reçu aucun traitement de perte de poids durant les six derniers mois. Les chercheurs ont divisé les participants volontaires en trois groupes.

Dans le premier groupe 31 personnes ont reçu un traitement d'acupuncture sur cinq «points» différents de l'oreille externe. Les chercheurs inséraient des aiguilles sur 2 mm et les fixaient avec un adhésif pour qu'elles ne bougent pas pendant une semaine. Le même traitement était ensuite délivré sur l'autre oreille. Et on alternait droite-gauche pendant huit semaines.

Placebo

Dans le deuxième groupe, les 30 participants recevaient un traitement avec une seule aiguille appliquée sur un seul «point» (dit «Hunger») de l'oreille, pendant la même période. Un placebo était administré au troisième groupe, les aiguilles étant aussitôt enlevées après avoir été placées.

Tout au long de l'expérience, on demanda aux participants de suivre un régime réduit en calories et d'éviter de faire de l'exercice. Chez tous les participants l’IMC, le tour de taille, le poids corporel, la masse grasse corporelle, le pourcentage de graisse corporelle et la pression artérielle étaient systématiquement mesurés au début de l’étude, puis 4 et 8 semaines après la fin de l’essai.

Au final, vingt-quatre personnes ont abandonné avant la fin des huit semaines de l’essai. Parmi elles quinze étaient dans le troisième groupe.

Moins 6% d’IMC

Pour le reste les chercheurs ont observé que les personnes du premier groupe avaient un IMC inférieur de 6%. Celles du groupe traité avec une seule aiguille avaient perdu 5,7%. Ils précisent que les personnes qui ont enregistré la plus grosse perte de poids au niveau de la taille provenaient du premier groupe, elles avaient reçu le «traitement maximal» (avec poses alternées de cinq aiguilles).

Ce résultat est encourageant. Il doit toutefois être relativisé car il faut compter avec le faible nombre de participants, les abandons dans le groupe témoin et la durée limitée du suivi. Pour autant l'absence quasi-totale d'effets secondaires liés à la technique de l’auriculothérapie ne saurait être passée sous silence.  

(1) Un résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Méthode Buteyko: contrôler l’asthme par la maîtrise du souffle

Méthode Buteyko: contrôler l’asthme par la maîtrise du souffle

Trop, c’est trop; même lorsqu’il s’agit de respirer? D’après le médecin russe Vladimir Konstantinovich Buteyko (1923-2003), la réponse est sans doute affirmative. Selon ses études et ses recherches, une respiration excessive serait la cause d’environ 150 maladies, comme l’asthme, les allergies, les crises d’angoisse et certains troubles cardiovasculaires.
Videos sur le meme sujet

Médecines naturelles-scientifiques: deux voies parallèles

Aujourd'hui la médecine scientifique et les médecines naturelles suivent deux chemins parallèles qui ne se rejoindront sans doute jamais mais qui ont en commun le désir de soulager des maux qui nous affectent. L'Antidote compare les thérapies des médecines scientifiques à la médecine dite naturelle.