Quand les smartphones remplacent les appareils médicaux

Dernière mise à jour 11/03/14 | Article
Quand les smartphones remplacent les appareils médicaux
Les applications santé seront-elles un jour vouées à remplacer certains outils de mesure utilisés par les médecins? L’idée semble loin d’être farfelue pour une équipe de chercheurs suisses, qui a comparé un goniomètre universel et une application smartphone.

D’après un sondage réalisé par le comparateur suisse Comparis, 53% des personnes interrogées possèdent un smartphone en 2013, contre 3% en 2007. Les smartphones donc, mais aussi leurs applications santé (plus de 20 000 sur Iphone® et 8000 sur Android®), connaissent un engouement certain de la part du grand public. Et ils pourraient même un jour franchir le seuil des hôpitaux pour être utilisés comme des outils de mesure par les médecins au quotidien.

Etude comparative

Le goniomètre est un outil utilisé par les médecins pour évaluer l’amplitude des mouvements articulaires. Des applications pour Iphone® remplissent la même fonction. L’idée d’une équipe de chercheurs suisses a donc été de comparer les mesures pour tester la fiabilité du logiciel. La finalité étant de déterminer son efficacité pour une éventuelle utilisation en routine.

Pour ce faire, trois cliniciens de l’équipe – un chirurgien orthopédique, le Pr B. Jolles-Haeberli, un physiothérapeute, M. L.C. Pereira et un médecin-assistant, le Dr S. Rwakabayiza –  ont mis en œuvre une étude clinique. Ils ont choisi de mesurer les amplitudes articulaires actives et passives du genou, en flexion et en extension, de patients opérés d’une prothèse de genou ainsi que de volontaires sains.

Dans un premier temps, une étude pilote a été effectuée avec cinq volontaires sains pour déterminer le nombre de participants à l’étude nécessaires dans chaque groupe. A l’issue de ce premier test, les spécialistes ont choisi d’inclure vingt patients en phase postopératoire d’une pose de prothèse de genou, car ils peuvent présenter une grande variabilité des résultats de mesure. Vingt volontaires sains ont également été intégrés à l’étude, pour servir de point de comparaison.

Méthode de travail

En raison de sa facilité d’utilisation, c’est l’application Knee Goniometer® qui a été choisie. Les mesures ont ensuite été réalisées de manière standard (le patient était allongé sur le dos) trois fois de suite par le même clinicien (l’un des médecins et physiothérapeute), en l’absence des deux autres. Le goniomètre a été utilisé de la même façon qu’en routine, en le centrant sur le genou et en alignant un de ses «bras» le long du fémur du patient et l’autre le long de la jambe. L’application, pour sa part, a été paramétrée en fonction de la position du médecin, puis mis à zéro au sol (à l’horizontale), et enfin positionné sur le tibia du volontaire.

Des résultats… surprenants

En comparant les séries de mesures réalisées par le même clinicien, on retrouve de bons résultats pour le goniomètre et l’application. En revanche, en comparant entre elles les mesures réalisées par les trois  cliniciens, on obtient une variabilité importante. Les spécialistes ont mis cela sur le compte de la fatigabilité du patient. Ils ont donc décidé de recruter six nouveaux participants opérés. Les mesures n’ont cette fois été prises qu’une seule fois par les trois cliniciens, et à la suite pour limiter la fatigue des patients. Dans ce cas-là, les résultats étaient bien meilleurs quand on comparait les mesures de chaque clinicien.

Une utilisation quotidienne possible

En conclusion, les chercheurs déduisent que cette application est utilisable en pratique clinique, au même titre que le goniomètre standard universel pour mesurer les amplitudes articulaires du genou. Ils en tirent également d’autres avantages: une fiabilité dans la mesure, une utilisation facile et rapide, et une désinfection facile grâce à des coques qui protègent le smartphone.

Enfin, les chercheurs avancent déjà une potentielle extension de l’utilisation de ces logiciels à d’autres articulations et évoquent le stockage des données mesurées dans des dossiers électroniques dédiés aux patients.

 

Référence

Adapté de «Mesurer l’amplitude articulaire du genou: goniomètre universel ou smartphone?», par S.Rwakabayiza, L.C. Pereira, E. Lécureux, B. Jolles-Haeberli, Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie, CHUV et Université de Lausanne. In Rev Med Suisse 2013; 9: 2372-5. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Tatouages connectés: gadget ou révolution?

Serons-nous tous tatoués demain? Le tatouage que l’on connaît aujourd’hui, esthétique et silencieux, pourrait bien devenir technologique et interactif.
PULS_geissbuhler_cybermedecine

«Cybermédecine: notre société doit faire des choix»

Les technologies numériques prennent une place toujours plus grande dans le système de santé. Selon le Pr Antoine Geissbuhler, médecin-chef du Service de cybersanté et de télémédecine et responsable du Centre de l’innovation des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), il faut veiller à en garder le contrôle.
Puls_lovis_big data

«Le big data est une incroyable révolution»

Le Pr Christian Lovis nous donne sa vision de cette innovation, comparable selon lui à l’avènement du télescope ou des rayons X. Rencontre avec une personnalité hors norme.
Videos sur le meme sujet

La réalité virtuelle pour apprendre des gestes médicaux

Stéphane Délétroz présente un outil pour parfaire l’enseignement destiné aux professionnels ou futurs professionnels de la santé: la réalité virtuelle.

Détecter la malaria grâce à l'analyse d’images en direct de la HEIG-VD

Durant l'été 2018, Sarah Dirren vous propose de faire le tour de quelques innovations "Made in Switzerland" issues principalement des Hautes écoles spécialisées de Suisse occidentale (HES).

Une IRM géante en construction près de Paris

Stéphane Délétroz vous emmène près de Paris à la découverte de l’IRM la plus puissante du monde.