Médecine humanitaire: l’innovation low cost

Dernière mise à jour 09/11/16 | Article
humanitaire_innovation
Pour certaines régions du globe, prendre en compte les conditions dans lesquelles on utilisera les équipements médicaux est fondamental.

Pour soigner efficacement dans les pays en voie de développement, il faut innover. En développant par exemple des instruments qui prennent en compte les contraintes dans lesquelles on les utilisera –électricité intermittente, chaleur et humidité notamment. Le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de l'Université de Genève, décrit l'impact de l’«innovation low cost» sur la médecine humanitaire.

Planète Santé­: Comment proposer des solutions adaptées à la réalité du terrain des pays en voie de développement­?

Pr Antoine Flahault: Dès le départ, il faut concevoir ces projets avec les régions concernées. C’est une question d’efficacité: ce sont les personnes sur place qui connaissent les contraintes de sécurité, de météorologie, d’acceptation sociale, etc. Cela évite des projets voués à l’échec comme celui d’instaurer des autopsies systématiques dans un pays où le respect dû aux morts l’interdit totalement.

Le consortium suisse Global Diagnostix est-il un bon exemple de cette approche­?

Absolument. Global Diagnostix développe un appareil de radiologie robuste, simple d'emploi et bon marché. Mais des appareils solides et demandant peu de maintenance sont aussi intéressants dans des économies développées aux budgets contraints!

Le Sud a besoin d'équipements médicaux mais aussi de moyens de connaître précisément la santé de ses populations.

Un système d’information fi able est la clé de voûte d’un système de santé. Sans registres des naissances et des décès, on n’a aucune chance d’orienter les politiques de santé ou de définir des priorités. Recueillir et analyser ces données contribuerait aussi à organiser une meilleure chaîne de transmission entre santé communautaire et médecine plus spécialisée. Actuellement, les hôpitaux des pays du sud fonctionnent mal dès qu’ils sont en périphérie. Par conséquent, patients et soignants convergent vers les hôpitaux de la capitale et les engorgent.

Les acteurs privés ont-ils aussi leur rôle à jouer dans l'évolution de la médecine humanitaire?

Il ne faut pas voir la question dogmatiquement, on a besoin de tout le monde! Gavi, l'alliance du vaccin, est un excellent exemple. C'est un partenariat public-privé et il fonctionne. Il faut mettre à la même table philanthropes, responsables de santé publique et industriels. Et demander à ces derniers si, tout en respectant leur modèle économique, ils ne peuvent pas réduire leur marge et la compenser par un accroissement du volume de leurs ventes.

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_robots_enfants_hospitalises

Hoppy et Billy, robots de compagnie en pédiatrie

«Il aide beaucoup mon fils durant ses soins pas très sympathiques. Il nous aide aussi à passer le temps, qui est parfois bien long aux soins intensifs.» Celui dont parle Caroline, maman de Hugo, 7 ans, n’est ni un infirmier, ni un médecin, mais… un robot.
plongée_médecine_hyperbare

Plongée dans la médecine hyperbare

Avec ses gros hublots, elle a l’air d’un sous-marin échoué dans les sous-sols des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La chambre hyperbare est pourtant une merveille de technologie, irremplaçable pour traiter avec l’oxygène les accidents de plongée, les intoxications à des fumées, les plaies à cicatrisation difficile, les lésions après une radiothérapie, les gelures ou encore les infections des os.

Le robot renifleur pour détecter les cancers

Les recherches sur l’utilisation de nez artificiels pour détecter les cancers s’accélèrent. Des chercheurs finlandais ont présenté en juin un appareil de ce type, capable de déceler les tissus cancéreux en cours d’opération chirurgicale. Explications.
Videos sur le meme sujet

Intelligence artificielle versus intelligence humaine

Lʹintelligence artificielle est-elle vraiment intelligente? Pour répondre à cette question, il faut commencer par se pencher sur les similarités entre lʹintelligence artificielle et la nôtre.

Comment rendre l'intelligence artificielle bénéfique

L'importance cruciale de rendre lʹintelligence artificielle (IA) robustement bénéfique, cʹest le thème de l'ouvrage "Le fabuleux chantier".

L'Immersive Lab, entre art et science

Imaginé par Daniel Bisig et Jan Schacher, tous deux artistes numériques, et chercheurs à l'Institut d'informatique musicale et de technologie du son de la Haute École dʹart de Zurich, l'Immersive Lab est un espace interactif et multisensoriel qui vise à mettre en réseau l'art et la science.