Un nouveau laser pour le traitement de la prostate

Dernière mise à jour 15/04/13 | Article
Un nouveau laser pour le traitement de la prostate
Un laser permet d’opérer l’hyperplasie bénigne de la prostate. Contrairement aux interventions classiques, l’endovaporisation de la prostate au laser peut se faire sous traitement antiagrégant ou anticoagulant.

Chez l’homme âgé, il est très courant que la prostate grossisse et interfère avec l’écoulement de l’urine. On appelle ce trouble hyperplasie bénigne de la prostate et le nombre de patients concernés devrait fortement augmenter ces prochaines années. Les données sur l’espérance de vie prévoient en effet un vieillissement de la population faisant tripler les tranches d’âge de plus de 80 ans entre 2010 et 2050. Du fait de cette évolution démographique, le risque d’embolies (l’obstruction d’un vaisseau, par exemple par un caillot de sang) devrait suivre cette évolution, et par conséquent la prescription de traitements antiagrégants ou anticoagulants (des médicaments qui empêchent la formation de caillots) augmenter d’autant.

Quand les symptômes de l’hyperplasie bénigne de la prostate sont légers – ce qui est le cas chez environ 60% de la population masculine de plus de soixante ans –, le traitement se fait principalement par la prescription de médicaments. Si les symptômes sont jugés plus sévères – comme c’est le cas pour 30% de la population de plus de septante ans – ou si les médicaments n’obtiennent pas l’effet désiré, les prostates de petit et moyen volumes (moins de 80 ml) étaient traditionnellement opérées par endoscopie, et celles de grand volume par chirurgie ouverte.

Nouvelles techniques

De nouvelles techniques chirurgicales ont été développées ces dernières années comme alternative. L’une d’entre elle, utilisée depuis une dizaine d’années, est l’endovaporisation prostatique au laser (EVPL). Ses avantages principaux sont une diminution de la durée du séjour après l’opération et la possibilité d’effectuer l’intervention sans interrompre le traitement antiagrégant ou anticoagulant.

L’opération «classique» de la prostate par endoscopie, c'est-à-dire par l’introduction, dans l’urètre, d’un outil par lequel passe un courant électrique monopolaire permettant de couper les tissus cellulaires et de les coaguler, est limitée par deux facteurs: la prise par voie orale d’anticoagulants ou d’antiagrégants plaquettaires ainsi que le volume de la prostate. Si ce dernier est élevé, la durée de l’intervention peut se prolonger et donner lieu à des complications.

Tout comme la REP, l’endovaporisation prostatique au laser atteint sa cible en passant par l’urètre. Une fibre optique délivre l’énergie générée par le laser de sorte à former des bulles de vapeur d’eau à l’intérieur des tissus ciblés, provoquant l’explosion des cellules.

Données encore à récolter

Plusieurs études ont tenté de comparer l’efficacité des traitements par endoscopie et EVPL. La mesure du débit maximum uriné après opération donne des résultats similaires indépendamment du type d’opération. Le laser occasionnerait moins de complications hémorragiques. Le suivi à long terme de ces études fait à l’heure actuelle encore défaut, faute de recul pour cette technique très récente.

Pour les cas les plus courants, l’EVPL semble être une bonne alternative à l’endoscopie. Elle permet une chirurgie sûre et efficace, fait bénéficier plus de patients d’une technique peu invasive et offre aux chirurgiens un gain de temps et de confort opératoire.

Référence

Adapté de «Nouvelle génération de laser pour le traitement de l’hyperplasie bénigne de la prostate», Drs Johannes Hauser, Christophe E. Iselin, in Revue médicale suisse 2012; 8: 2340-3, en collaboration avec l'auteur.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_Centre_simulation

Apprendre sans risque grâce à la simulation médicale

Haut lieu d’apprentissage, le Centre interprofessionnel de simulation à Genève offre aux étudiants et au personnel de la santé l’occasion de se former dans un contexte quasiment réel. Une méthode pédagogique fondée sur la coopération entre les différents corps de métiers.
demeces_greffe_neurones

Démences: l’espoir des greffes de neurones

Pour lutter contre les ravages des démences, la recherche scientifique s’acharne. Parmi les pistes de recherche, les thérapies cellulaires, qui suscitent un réel espoir.
PULS_patients_virtuels_recherche

Patients virtuels pour recherche réelle

Une équipe des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) utilise des patients virtuels pour faire de la recherche clinique. Des milliers de personnes porteuses du VIH pourraient en profiter.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur les biopsies liquides, une nouvelle méthode d’analyse

Début juin 2017, les biopsies liquides ont fait l’objet de nombreuses interventions à Chicago, lors du plus grand congrès mondial sur le cancer.

Des "ciseaux génétiques" qui pourraient révolutionner le futur de la médecine

Stéphane Délétroz et Bastien Confino vous propose une émission spéciale consacrée à CRISPR-CAS9.

Du nouveau sur la maladie de Crohn

La maladie de Crohn serait exacerbée par une souche de levure utilisée couramment et soulagée grâce au recours à un médicament contre la goutte.