Le traitement de la dernière chance pour les défaillances cardiaques

Dernière mise à jour 31/03/16 | Article
Le traitement de la dernière chance pour les défaillances cardiaques
Première mondiale, un procédé thérapeutique permettant de traiter une valve cardiaque endommagée a été mis sur le marché. Ce dispositif concerne les personnes qui courent un risque élevé à supporter une chirurgie classique à cœur ouvert.

La chirurgie cardiaque ne cesse d’évoluer. Les techniques sont de moins en moins invasives. Dernière avancée en la matière, celle de médecins du King’s College Hospital à Londres, qui ont annoncé avoir pratiqué une mini-chirurgie cardiaque – la pose d’un ballon – sur un patient ne pouvant pas subir une chirurgie lourde.

Pionnier et guéri

Premier à bénéficier de cette thérapeutique, Richard Reach, un ouvrier britannique de 59 ans. Ce dernier s’est retrouvé avec une valve endommagée après une crise cardiaque. L’estimant trop fragile pour bénéficier d’une chirurgie à cœur ouvert, les médecins ont obtenu l’autorisation d’essayer sur lui un nouveau système: la pose d’un ballon. Cinq mois après sa mise en place, le cœur du patient avait suffisamment récupéré pour pouvoir enfin être opéré.

Une approche originale et simple

Afin de stopper le refoulement sanguin du malade, un ballon, de la taille d’un petit piment, est inséré par laparoscopie (chirurgie mini-invasive), à l’endroit où la valve est endommagée. Connecté à un port sous la peau, il peut être gonflé pour arrêter le reflux de sang et dégonflé en fonction de l’état du patient. «En utilisant un ballon ajustable pour réduire la quantité de sang qui fuit à travers la vanne, le cœur a une chance de récupérer suffisamment pour résister à une chirurgie de la valve classique», précise le Professeur Olaf Wendler, chef de l’équipe chirurgicale. D’après lui, cette technique pourrait s’appliquer plus largement: «L’insuffisance cardiaque concernant 1,5% de la population du Royaume Uni, 5 à 10% de ces patients pourraient en bénéficier.» Des études devront néanmoins être menées pour établir quel type de patients pourra bénéficier de cette technique.

_________

Références

Adapté de «Balloon “last chance treatment” for heart failure», Smitha Mundasad, BBC News–Health, janvier 2016.

 

 

 

A LIRE AUSSI

Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
traitements_sida_sallègent

Les traitements du sida ne cessent de s’alléger

Un comprimé par jour, beaucoup moins d’effets secondaires: les trithérapies ont connu de grandes avancées ces dernières années. Mais elles ne parviennent toujours pas à éliminer le virus.
Hépatite B: les ruses du virus

Hépatite B: les ruses du virus

Lorsqu’il est menacé par notre système immunitaire, le virus de l’hépatite B contre-attaque pour parvenir à se multiplier dans nos cellules. Une équipe internationale, menée par des chercheurs genevois, a élucidé une de ses parades, ouvrant la voie à de nouveaux traitements contre cette infection du foie.
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
Videos sur le meme sujet

Resynchroniser des neurones pour gommer la schizophrénie

La recherche fondamentale élucide un mécanisme cérébral impliqué dans la schizophrénie.

Des pseudo-embryons de souris pour aider la recherche

Des chercheurs de l’Université de Genève (Unige), de l’Université de Cambridge et de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé des pseudo-embryons artificiels de souris, capables de former les trois axes majeurs de l'organisme.

Quand des personnes paraplégiques réussissent à remarcher

En Suisse, au Laboratoire de marche du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), trois patients paraplégiques ont pu marcher grâce à une stimulation électrique via un implant et des mois d’entrainement.