La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

Dernière mise à jour 05/06/18 | Article
PULS_pharmacogenomique
En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.

Certaines personnes vont être qualifiées de «sensibles», d’autres de «résistantes», alors qu’elles sont touchées par une même maladie et exposées à une même molécule. C’est là qu’entre en jeu la pharmacogénomique (association de pharmacologie et génétique).

«Nous commençons à mieux identifier et caractériser les variations génétiques, qu’on appelle polymorphismes, et qui ont un impact à différentes étapes de la vie du médicament: son absorption, sa transformation, son élimination, et son action au niveau de la cible», détaille le Pr Jules Desmeules, chef du service de pharmacotoxicologie. En fonction de ces variations individuelles, qui peuvent toucher entre 10 et 15% de la population, le médicament sera plus efficace chez certains ou plus toxique chez d’autres.

La pharmacogénomique trouve notamment d’intéressantes applications dans le champ des douleurs chroniques, parfois très résistantes à l’usage des analgésiques. «En cas de séquelles d’un zona par exemple –une maladie virale qui peut conduire à des douleurs neuropathiques–, les individus peuvent répondre un peu moins bien au traitement, détaille le spécialiste. Lorsque les dérivés de la morphine sont moins efficaces, on doit alors avoir recours à des antiépileptiques ou des antidépresseurs.»

La pharmacogénomique devrait permettre, à terme, d’intégrer les particularités individuelles afin d’optimiser les doses de médicament à administrer à chaque patient.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
habitat_bien-etre_liens

Habitat et bien-être, des liens étroits

À l’heure où la recherche de logement en Suisse romande ressemble à un parcours du combattant, on peut s’interroger sur l’impact des déménagements sur le bien-être au cours de la vie. Le Dr Bram Vanhoutte, sociologue à l’Université de Manchester, s’est intéressé à cette question.
traitements_sida_sallègent

Les traitements du sida ne cessent de s’alléger

Un comprimé par jour, beaucoup moins d’effets secondaires: les trithérapies ont connu de grandes avancées ces dernières années. Mais elles ne parviennent toujours pas à éliminer le virus.
Hépatite B: les ruses du virus

Hépatite B: les ruses du virus

Lorsqu’il est menacé par notre système immunitaire, le virus de l’hépatite B contre-attaque pour parvenir à se multiplier dans nos cellules. Une équipe internationale, menée par des chercheurs genevois, a élucidé une de ses parades, ouvrant la voie à de nouveaux traitements contre cette infection du foie.
Videos sur le meme sujet

Resynchroniser des neurones pour gommer la schizophrénie

La recherche fondamentale élucide un mécanisme cérébral impliqué dans la schizophrénie.

Des pseudo-embryons de souris pour aider la recherche

Des chercheurs de l’Université de Genève (Unige), de l’Université de Cambridge et de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé des pseudo-embryons artificiels de souris, capables de former les trois axes majeurs de l'organisme.

Quand des personnes paraplégiques réussissent à remarcher

En Suisse, au Laboratoire de marche du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), trois patients paraplégiques ont pu marcher grâce à une stimulation électrique via un implant et des mois d’entrainement.