Hépatite C: l’espoir de nouveaux traitements plus efficaces et mieux tolérés

Dernière mise à jour 15/03/13 | Article
Hépatite C: l’espoir de nouveaux traitements
De nouveaux cocktails de médicaments destinés à lutter contre cette infection du foie sont actuellement testés sur des patients aux Etats-Unis et en Nouvelle-Zélande. Les résultats de ces essais sont très encourageants.

Face à l’hépatite C, les médecins ne sont pas totalement démunis. Pour traiter cette infection virale du foie qui touche près de 170 millions de personnes dans le monde selon l’OMS, ils disposent de traitements «standards» à base d’interféron. Toutefois, ces thérapies nécessitent des injections hebdomadaires. En outre elles se révèlent inefficaces chez de nombreux patients.

Autre inconvénient de taille : l’interféron induit des effets secondaires, comme des syndromes grippaux, de la fatigue ou de la dépression. C’est d’autant plus fâcheux que «les patients atteints d’hépatite C sont souvent d’anciens toxicomanes qui souffrent parfois de troubles de l’humeur et de dépression, précise Isabelle Morard, hépatologue et médecin-adjoint au chef du service de transplantation des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Ils supportent donc mal l’interféron du point de vue psychiatrique.»

C’est pour cette raison que de très nombreux laboratoires dans le monde cherchent à élaborer des nouveaux traitements sans interféron qui seraient, ils l’espèrent, à la fois plus efficaces et mieux tolérés par les patients. Dans cette course, deux groupes de chercheurs, l’un américain, l’autre néo-zélandais, semblent relativement près du but, à en croire les articles qu’ils ont récemment publié dans la très réputée revue médicale New England Journal of Medicine (NEJM).

Des résultats excellents

Les scientifiques du Texas et de Virginie se sont focalisés sur des patients infectés par l’une des souches du virus de l’hépatite C, le génotype 1 (il en existe en effet six connus, les quatre premiers étant les plus courants). Pendant trois mois, ils ont prescrit à 50 volontaires un cocktail de médicaments oraux. Il s’agissait de ribavirine, déjà utilisée dans le traitement de l’hépatite C, associée à un inhibiteur de la polymérase, à un inhibiteur de protéase (des substances qui bloquent l’action de protéines nécessaires à la réplication du virus) et à un antiviral, le ritronavir.

Chez environ 94 % des patients «naïfs», comme on nomme ceux qui n’avaient jamais été traités auparavant, cette trithérapie a permis de diminuer rapidement la charge virale, au point que le virus est devenu indétectable dans leur sang. En outre, il n’est pas réapparu pendant les semaines qui ont suivi la fin du traitement.

En revanche, chez les patients qui avaient déjà reçu auparavant un traitement et qui n’y avaient pas, ou partiellement, répondu, la trithérapie n’a été efficace que dans 59 % des cas. «C’est malgré tout un certain succès, commente l’hépatologue genevoise. Cela signifie que nous pourrions guérir la moitié de nos patients qui se sont montrés insensibles à un traitement d’interféron et de ribavirine.»

Ces travaux sont d’autant plus encourageants que cette trithérapie n’a provoqué aucun décès «alors qu’il y en a parfois, avec les traitements actuels, surtout en cas de cirrhose, et qu’aucun de ses effets secondaires n’a entraîné d’hospitalisation». Ce qui incite Isabelle Morard à juger que, globalement, les résultats de cette étude américaine sont «excellents chez les patients naïfs et sans cirrhose».

Thérapie plus courte

Ce commentaire vaut aussi pour les travaux réalisés en Nouvelle-Zélande. Cette fois, les chercheurs se sont intéressés aux génotypes 1, 2 et 3 du virus de l’hépatite C, et ils ont comparé l’effet de diverses associations médicamenteuses à base d’une substance bloquant la réplication du virus de l’hépatite C, le sofosbuvir. Les patients recevaient soit ce produit seul, soit une combinaison sofosbuvir/ribavirine, soit une trithérapie sofosbuvir/ribavirine/interféron.

A l’issue des douze semaines de traitement, les chercheurs disent avoir obtenu 100 % de réussite chez les patients «naïfs» infectés par les génotypes 2 et 3 et qui avaient reçu une bi ou une trithérapie, et 84% chez ceux infectés par le génotype 1 qui avaient reçu du sofosbuvir et de la ribavirine. En outre, cette association médicamenteuse sans interféron semble avoir été relativement bien tolérée.

Des traitements attendus

Ces deux études ont toutefois leurs limites. Les tests «ont été sponsorisés par les entreprises qui fabriquent les médicaments étudiés et ils ont été menés sur un nombre limité de patients qui, de plus, étaient hautement sélectionnés», commente le médecin. Les volontaires enrôlés dans ces essais étaient en effet relativement jeunes et ils n’avaient pas de cirrhose du foie ni de co-infection par le virus du sida. Ils ne représentent donc pas les patients les plus difficiles à traiter dans la pratique quotidienne. Avant de crier victoire, «il faudrait donc voir comment cela se passe dans la vraie vie».

Malgré tout, Isabelle Morard constate que ces traitements dépourvus d’interféron sont «plus courts – trois mois contre six à douze mois actuellement – et semblent avoir moins d’effets secondaires» et elle juge ces deux études «prometteuses».

D’autant que le monde médical attend impatiemment de nouveaux moyens de lutte contre l’hépatite C. Actuellement, «on est parfois réticent à traiter certains patients au début de leur maladie. On préfère différer la thérapie, en espérant que, dans quelques années, on pourra leur prescrire des médicaments mieux tolérés». Les études américaine et néo-zélandaise pourraient donc prochainement mettre fin à cette attente.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Les bactériophages, des virus qui remplacent les antibiotiques

Avec l’émergence de «superbactéries» résistant à tous les traitements, une approche thérapeutique revient au goût du jour. En Suisse, l’Université de Lausanne et le CHUV y travaillent.

La santé des femmes fragilisée par leur sous-représentation en recherche clinique

Les études cliniques ont souvent mis les femmes de côté, bien qu’elles représentent la moitié de la population mondiale. Cette exclusion mène à une prise en charge médicale de moindre qualité.

Le Chuv lance un registre international pour recenser les cas de Zika

Le Centre hospitalier souhaite ainsi mieux comprendre ce virus et répondre aux interrogations qu’il soulève.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?
Maladies sur le meme sujet
Les hépatites virales

Hépatites B et D

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E

Les hépatites virales

Hépatite C

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E

Les hépatites virales

Hépatites A et E

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E