Centrage

Dernière mise à jour 17/10/11 | Article
Ventre marqué au centre par une cible
C’est la clarté de l’engagement du psychothérapeute, dès la première consultation, qui permet au patient d’apprendre à se centrer.

C’est la clarté de l’engagement du psychothérapeute, dès la première consultation, qui permet au patient d’apprendre à se centrer. Un patient qui consulte en vue d’une psychothérapie, est plein de doutes. Il ne voit pas ou plus où il en est. Il hésite, est incapable de prendre position. Si le psychothérapeute n’est pas convaincu que la personne, assise en face de lui, a une valeur unique, des richesses intérieures dont elle peut jouir et qu’elle peut librement transmettre à son prochain, rien ne se passe. Se centrer, c’est principalement faire de l’ordre, utiliser son esprit pour ne pas être victime de sa biologie ou de son environnement. C’est l’acte humain fondamental qui doit devenir une pratique. Mais cela ne va pas de soi.

Biologiquement nous sommes rattachés au passé. Tant que nos cellules sont vivantes, elles conservent ce qu’elles ont enregistré. Pour être en forme, il faut trier, ne pas attacher d’importance aux souvenirs pénibles qui nous font mal et nous enlèvent de l’énergie. Ne pas lutter contre eux, mais les laisser passer comme un orage, afin de réduire l’intensité de la charge émotionnelle qu’ils contiennent. Apprendre à les oublier, dès qu’ils apparaissent, afin de les évacuer. A terme, les démémoriser. Accueillir avec joie les souvenirs agréables qui nous donnent de l’énergie. Considérer l’avenir comme imprévisible. Vivre dans le présent, dans la réalité de l’instant qui seul existe.

Pour cela, il importe de résister aux pressions que nous subissons. Socialement nous sommes influencés par l’information que nous captons. Si nous n’y prenons garde, cette information nous décentre, nous aliène, nous encombre, nous entame, nous lamine, nous grignote, nous érode, nous transforme, nous épuise, nous rend malade. Se centrer, c’est s’occuper de sa santé.

Il faut du temps pour apprendre à se centrer, pour que cela devienne une habitude, une pratique constante. Ce n’est pas un acte volontaire, un effort, une tension, une dépense d’énergie, mais une attitude de l’esprit. Ce n’est pas utiliser de l’énergie, mais la renouveler, retrouver des élans, créer les conditions de notre bonheur, se fixer sur ce que nous avons de meilleur en nous-mêmes, d’essentiel, de plus précieux, de personnel, d’intransmissible, d’unique. Se centrer, c’est aller vers la paix, la tranquillité, la sécurité, la joie.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
meditation_sante_ados

La méditation en pleine conscience pour la santé mentale des ados

Le mindfulness ou méditation en pleine conscience est déjà utilisé dans certains hôpitaux pour aider à la gestion des douleurs et du stress. Peut-elle aussi aider les adolescents à mieux contrôler leurs émotions et à surmonter leur anxiété? C’est ce que vont étudier des médecins et chercheurs lémaniques. Leur projet a reçu l’un des Prix Leenaards 2018 pour la recherche médicale translationnelle.
Puls_pleine_conscience_jeunes

La pleine conscience bénéfique aussi pour les jeunes

La pratique de la pleine conscience est désormais proposée aux adolescents et aux enfants afin de diminuer le stress et améliorer leurs capacités d’attention.
troubles_psychiatriques_sexualite

Troubles psychiatriques: quels effets sur la sexualité?

Très fréquents chez les personnes atteintes d’un trouble psychiatrique, les troubles sexuels sont parfois aggravés par le traitement. Souvent passés sous silence, ils nécessitent une prise en charge adaptée à la pathologie coexistante.
Videos sur le meme sujet

Améliorer la cohérence cardiaque pour venir en aide aux enfants atteints de maladies psychiques

Selon l’OMS un enfant sur 5 est attient d’une maladie psychique ou d’un trouble du comportement.

Op Art et neurosciences pour soigner des maladies mentales

Et si l’art permettait de soigner des maladies mentales comme la schizophrénie ?

Traitement des maladies mentales: de plus en plus tôt?

De nos jours, les maladies mentales sont prises en charge de façon plus précoce.