Centrage

Dernière mise à jour 17/10/11 | Article
Ventre marqué au centre par une cible
C’est la clarté de l’engagement du psychothérapeute, dès la première consultation, qui permet au patient d’apprendre à se centrer.

C’est la clarté de l’engagement du psychothérapeute, dès la première consultation, qui permet au patient d’apprendre à se centrer. Un patient qui consulte en vue d’une psychothérapie, est plein de doutes. Il ne voit pas ou plus où il en est. Il hésite, est incapable de prendre position. Si le psychothérapeute n’est pas convaincu que la personne, assise en face de lui, a une valeur unique, des richesses intérieures dont elle peut jouir et qu’elle peut librement transmettre à son prochain, rien ne se passe. Se centrer, c’est principalement faire de l’ordre, utiliser son esprit pour ne pas être victime de sa biologie ou de son environnement. C’est l’acte humain fondamental qui doit devenir une pratique. Mais cela ne va pas de soi.

Biologiquement nous sommes rattachés au passé. Tant que nos cellules sont vivantes, elles conservent ce qu’elles ont enregistré. Pour être en forme, il faut trier, ne pas attacher d’importance aux souvenirs pénibles qui nous font mal et nous enlèvent de l’énergie. Ne pas lutter contre eux, mais les laisser passer comme un orage, afin de réduire l’intensité de la charge émotionnelle qu’ils contiennent. Apprendre à les oublier, dès qu’ils apparaissent, afin de les évacuer. A terme, les démémoriser. Accueillir avec joie les souvenirs agréables qui nous donnent de l’énergie. Considérer l’avenir comme imprévisible. Vivre dans le présent, dans la réalité de l’instant qui seul existe.

Pour cela, il importe de résister aux pressions que nous subissons. Socialement nous sommes influencés par l’information que nous captons. Si nous n’y prenons garde, cette information nous décentre, nous aliène, nous encombre, nous entame, nous lamine, nous grignote, nous érode, nous transforme, nous épuise, nous rend malade. Se centrer, c’est s’occuper de sa santé.

Il faut du temps pour apprendre à se centrer, pour que cela devienne une habitude, une pratique constante. Ce n’est pas un acte volontaire, un effort, une tension, une dépense d’énergie, mais une attitude de l’esprit. Ce n’est pas utiliser de l’énergie, mais la renouveler, retrouver des élans, créer les conditions de notre bonheur, se fixer sur ce que nous avons de meilleur en nous-mêmes, d’essentiel, de plus précieux, de personnel, d’intransmissible, d’unique. Se centrer, c’est aller vers la paix, la tranquillité, la sécurité, la joie.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PMS_chambre_fermee

Chambre fermée: une mesure de contrainte vraiment utile?

Plongée au cœur d’un dispositif particulièrement réglementé, avec le Dr Alexandre Wullschleger, médecin adjoint au Service de psychiatrie adulte du Département de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève.
PMS_interview_contrainte

«Les mesures de contrainte doivent toujours être notre dernier recours»

Le recours à la contrainte dépend beaucoup aujourd’hui des cultures et des établissements de soins. Une intense réflexion est en cours pour en diminuer l’usage et réduire son impact auprès des patients. Interview du Dr Alexandre Wullschleger, médecin adjoint au Service de psychiatrie adulte du Département de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
meditation_conscience_anxiete

La méditation de pleine conscience pour combattre l’anxiété

Naturelle, justifiée parfois par les circonstances, l’anxiété peut aussi s’avérer handicapante, voire pathologique, lorsqu’elle devient trop envahissante. Tout en subtilité, la méditation de pleine conscience apaise ruminations et pensées automatiques.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur lʹisolement thérapeutique en psychiatrie

Bastien Confino se penche sur une pratique parfois utilisée dans les services psychiatriques de Suisse: l'isolement ou l'enfermement thérapeutique.

Quels bienfaits de la méditation pleine conscience chez les ados

A lʹadolescence, le cerveau évolue et se réorganise avant dʹatteindre la maturation adulte.

De la musique dans les soins psychiatriques

Bastien Confino s'intéresse à un projet original mené dans le canton de Vaud.