Médecine personnalisée et Quantified Self, même combat?

Dernière mise à jour 19/01/15 | Article
Médecine personnalisée et Quantified Self, même combat?
Profil génétique du patient, données biologiques sur son fonctionnement au quotidien… le patient de demain sera-t-il mieux soigné? Questions au Dr Idris Guessous, médecin adjoint, responsable de l’Unité d’épidémiologie populationnelle du Service de médecine de premier recours.

Quels liens y a-t-il entre la quantification de soi et la médecine personnalisée?

Dans les deux approches, le patient reprend le pouvoir sur son corps et sur sa santé. En médecine personnalisée, lorsqu’il existe plusieurs traitements contre une maladie, médecin et patient coopèrent et partagent la décision. En raison des progrès techniques toujours plus grands, on a de plus en plus d’informations sur les patients. Parallèlement, on connaît de mieux en mieux les risques des médicaments et des traitements. Tout cela rend les choix thérapeutiques toujours plus difficiles. Au vu de l’accélération des choses, sera-t-on toujours en mesure de mener des essais cliniques pendant dix ans? La personnalisation des traitements et la responsabilisation du patient pourraient bien être la solution à tout cela.

Grâce à cette personnalisation, à laquelle le Quantified Self (QS) participe, le patient sera-t-il mieux soigné au final?

En pharmacogénétique –un des domaines de la médecine personnalisée– on cherche à orienter un  traitement en fonction du profil, notamment. Le QS va dans le même sens. Grâce à ces outils, le patient viendra avec des données toujours plus fines le concernant. Mais les questions sont multiples: que faudrait-il quantifier pour pouvoir prédire la réaction d’un médicament dans l’organisme du patient? Le moment de la prise? Les aliments ingérés? On ne le sait pas encore. Si les espoirs d’une médecine plus personnalisée existent, on reste aujourd’hui encore très mauvais en matière de prédiction pour savoir quels médicaments (pharmacogénomique) et quelle alimentation (nutrigénomique) sont les plus adaptés à chacun.

Les informations collectées par le patient lui-même ne seront alors pas utiles?

Paradoxalement, et dans un premier temps, la personnalisation maximale des données servira sans doute plus la collectivité que l’individu lui-même. Grâce à elle, la recherche va faire des pas de géant.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Le dépistage du cancer

Adrien Zerbini aborde ce qui peut éviter d’avoir à affronter un cancer: le dépistage.
Maladies sur le meme sujet
Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Echantillons de sang

Leucémies (cancer du sang)

Chaque année en Suisse, on dénombre quelque 970 nouveaux cas de leucémie (cancer du sang), ce qui représente environ 2,5 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes (57% contre 43%). Près de la moitié des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. Avec près d’un tiers de tous les cas, les leucémies constituent le cancer le plus fréquent chez l’enfant.

Organes génitaux masculins

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 430 nouveaux cas de cancer du testicule, ce qui représente 2 % de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine. Le cancer du testicule touche surtout des hommes jeunes : 86 % des patients ont moins de 50 ans au moment du diagnostic.

Symptômes sur le meme sujet

Convulsions

Il/elle a des convulsions
Epistaxis

Epistaxis

Je saigne du nez
Se faire mordre par quelqu'un

Morsure humaine

J'ai été mordu(e) par quelqu'un