Evolution: fille ou garçon?

Dernière mise à jour 23/09/15 | Audio
Loading the player ...
Selon la biologie de l’évolution, les femelles en bonne santé (toutes espèces confondues) devraient mettre au monde davantage de mâles que de femelles.

Une étude soutenue par le Fonds national suisse (FNS) vient nuancer cette idée et appelle à la prudence. Une reproduction optimisée pour la survie de l’espèce dépend de nombreux autres facteurs.
Anne Baecher a recueilli l'éclairage de Susanne Schindler, docteur en biologie évolutive à l’Université de Zurich et à l’Université d’Oxford, qui a participé à cette étude.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Anti-inflammatoires

Le comment du pourquoi: médicaments à jeun

Pourquoi faut-il prendre certains médicaments à jeun?
Lire la suite
Prothèses, implants et greffes

Réapprendre à marcher après une paralysie des jambes

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont réussi à restaurer la marche chez des rats dont la moelle épinière avait subi une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_pharmacogenomique

La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.
Les gènes de la goutte

Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.
Empreintes de mains

Psychiatrie et génétique: mythe ou réalité?

Les maladies psychiques sont-elles génétiques ? Quel rôle y joue l’hérédité ? Des questions qui se posent souvent.
Videos sur le meme sujet

La génétique pour les nuls

Le 14 avril 2003, la Maison Blanche annonçait la fin du séquençage du génome humain, l'achèvement d'un projet amorcé en 1990.

Génome et dépistage des maladies

Un des grands espoirs du séquençage du génome humain est de pouvoir dépister de nombreuses maladies.

Les craintes et les applications du séquençage du génome humain

Nos invités s'expriment sur la protection des données génétiques et sur les vraies et fausses promesses de cette avancée scientifique.