Des biologistes chinois ont à nouveau modifié le génome d’embryons humains

Dernière mise à jour 07/06/16 | Article
Des biologistes chinois ont à nouveau modifié le génome d’embryons humains
Les médias généralistes s’habituent à tout, au merveilleux comme aux tremblements de la Terre. L’an dernier on avait enregistré un petit séisme éditorial. La nouvelle technique révolutionnaire dénommée CRISPR avait été utilisée, en Chine, à des fins auparavant tenues pour inacceptables: la modification de génomes humains.

C’était dans le numéro de mai 2015 de la revue Protein & Cell. Une équipe dirigée par Junjiu Huang (Université Sun Yat-sen, Canton) y expliquait comment elle avait réussi à modifier des génomes humains. Objectif affiché: corriger un gène responsable de la bêta-thalassémie (une maladie du sang). Objectif non déclaré: prendre de l’avance dans la course à un nouvel eldorado, celui des modifications génétiques du génome humain dans l’espèce humaine – modifications transmissibles à la descendance. Un tabou éthique.

L’affaire avait ému, au point que l’on parla (y compris dans certains cénacles scientifiques) de la nécessité d’une forme de moratoire: «Maintenant que les Chinois peuvent modifier génétiquement les humains, si on appuyait sur "pause" pour réfléchir un peu?» (Slate.fr, 17 mai 2015).

Résistance au VIH

Un an a passé. Et une nouvelle publication a paru, cette fois dans le Journal of Assisted Reproduction and Genetics: «Introducing precise genetic modifications into human 3PN embryos by CRISPR/Cas-mediated genome editing». Il s’agissait ici de modifier génétiquement des embryons humains afin de les rendre résistants à l’infection du VIH. Une manière de présenter les choses tout en marquant l’opinion. Il s’agissait, comme dans la publication de l’an dernier, d’embryons chromosomiquement non viables et donc non destinés à être implantés. Un essai de faisabilité. Pour autant, c’est bien évidemment un deuxième coup de semonce.

L’équipe (Xiangjin Kang, Wenyin He, Yuling Huang, Qian Yu, Yaoyong Chen,  Xingcheng Gao, Xiaofang Sun) était dirigée par Yong Fan (Key Laboratory for Major Obstetric Diseases of Guangdong Province, Key Laboratory of Reproduction and Genetics of Guangdong). Collecte de 213 ovocytes humains d’avril à septembre 2014. Travail sur 87 ovocytes fécondés dotés d’une paire de chromosomes supplémentaires. Recours à la technique CRISPR-Cas9 pour introduire une mutation connue pour être un obstacle naturel à l’infection cellulaire par le VIH (mutation CCR5Δ32). Opération génétique réussie dans quatre embryons sur 26. L’affaire est commentée dans Nature: «Second Chinese team reports gene editing in human embryos. Study used CRISPR technology to introduce HIV-resistance mutation into embryo.»

Une digue qui se fragilise

Conclusion factuelle: confirmation que CRISPR permet d’introduire une modification génétique avec succès sur des embryons humains. Et il reste du chemin à faire avant d’obtenir des taux de succès véritablement signifiants. De nombreux scientifiques ne voient aucun problème éthique à des tels travaux sur l’humain. Ils font valoir qu’un comité d’éthique local les avait approuvés et que les donneurs étaient «consentants».

Moins loin que la Chine, au Royaume-Uni, des travaux voisins vont être bientôt menés, après feu vert des autorités, au Francis Crick Institute. Menée pour mieux comprendre les causes des interruptions précoces de certaines grossesses, cette recherche anglaise sera effectuée sur des embryons humains à la condition que ces derniers soient détruits au plus tard après quatorze jours de développement.  L’impression, de plus en plus marquée, d’une digue qui se fragilise, de lézardes sur un mur de soutènement, d’une soif d’agir qui efface les vieilles frontières.

________

Source

https://jeanyvesnau.com/2016/04/11/semonce-ethique-des-biologistes-chinois-ont-a-nouveau-modifie-le-genome-dembryons-humains/

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
genomique_personnalisera

La génomique personnalisera les soins donnés aux patients

La médecine de précision promet d’améliorer les diagnostics, d’adapter les traitements à chaque personne, mais aussi de prévenir de manière plus ciblée, voire de prédire les maladies.
accelerateur_medecine_personnalisee

Coup d’accélérateur pour la médecine personnalisée

Avec l’ouverture du premier centre de génomique de Suisse à Genève, l’arc lémanique mérite plus que jamais le surnom de «Health Valley». Equipé de séquenceurs à haut débit ultraperformants, le centre doit répondre à la demande exponentielle de décryptages d’ADN et accélérer l’avènement de la médecine individualisée.
Souhaitez-vous disposer du «disque dur génétique» de votre enfant dès sa naissance?

Souhaitez-vous disposer du «disque dur génétique» de votre enfant dès sa naissance?

Si tel est le cas, vous ne devrez peut-être pas attendre longtemps. Le premier projet en ce sens va être lancé aux Etats-Unis en 2014.
Videos sur le meme sujet

La Suisse se dote de son premier centre de génomique

La Suisse avance à grands pas dans le domaine de la santé personnalisée en créant son premier centre de génomique.

Les ratés, les dérives et les questions éthiques du CRISPR-CAS9

Une étude révèle que les "ciseaux génétiques" peuvent rater leur cible et causer des mutations non désirées.

Gros plan sur les applications médicales du CRISPR-CAS9

Le CRISPR-CAS9 permet de modifier les gènes de tous les êtres vivants.