L’électrocardiogramme, pas encore recommandé en tant qu’outil de dépistage

Dernière mise à jour 16/12/14 | Article
L’électrocardiogramme, pas encore recommandé en tant qu’outil de dépistage
Simple, non invasif et peu coûteux, l’électrocardiogramme (ECG) est un examen fréquemment utilisé par les médecins chez un patient souffrant de signes cardiaques. En revanche, il n’est pas, à l’heure actuelle, recommandé chez les patients ne présentant aucun symptôme.

Largement prescrit, l’électrocardiogramme est utilisé par les cliniciens pour diagnostiquer divers symptômes d’origine cardiaque: dyspnée, douleurs, palpitations, malaise… En revanche, chez un patient ne présentant a priori aucun signe cardiaque, son utilité est débattue. En effet, l’ECG n’est pas inclus dans les scores cliniques utilisés par les médecins pour évaluer un risque cardiovasculaire. La question est donc de savoir si une révision de ces scores, en y ajoutant l’examen de l’électrocardiogramme, serait pertinente.

De récentes études montrent que des patients âgés de 70 à 79 ans sans symptômes cardiaques présentent tout de même des anomalies de leur électrocardiogramme. L’examen a également été ajouté à titre expérimental, pour évaluer les risques cardiovasculaires des patients selon trois stades: bas, intermédiaire ou haut. L’étude montre que l’ECG a permis une meilleure classification des patients, en diminuant le nombre de ceux à haut risque et en augmentant le nombre de patients à risque faible.

Fiabilité de l’outil dans le dépistage

L’amélioration du classement des patients ne rend pas l’électrocardiogramme incontournable pour autant. Il offre une interprétation électronique, standardisée, tout en étant fiable et peu coûteux. En revanche, des limites existent: un ECG négatif doit-il (peut-être faussement!) rassurer un patient ou, à l’inverse, un électrocardiogramme positif sera-t-il obligatoirement suivi d’examens plus approfondis?

L’ECG répond à un grand nombre d’attentes et semble pouvoir être utilisé un jour en tant qu’examen de dépistage. Mais d’autres interrogations subsistent. L’ECG change-t-il suffisamment l’estimation du risque cardiovasculaire pour être utilisé? Des études plus poussées doivent être envisagées pour le savoir. Tout comme pour déterminer si l’électrocardiogramme améliore suffisamment le devenir des patients.

En conclusion, l’ECG pourrait être un examen de dépistage envisagé, en raison du nombre de personnes classées à risque plus faible suite à son utilisation. Mais il ne faut pas oublier les examens supplémentaires engendrés dans le cas d’anomalies, examens qui pourraient n’apporter aucun bénéfice clinique au patient. Des études complémentaires doivent donc être envisagées pour répondre complètement à la question.

__________

Référence

Adapté de «Faut-il faire des ECG de dépistage chez les adultes asymptomatiques?», Drs Baris Gencer, Reto Auer, Prs Dipen Shah, Nicolas Rodondi, Service de cardiologie, HUG, Genève, Médecine interne générale, PMU Lausanne, Clinique universitaire et Policlinique de médecine interne générale, Hôpital de l’Ile, Berne. In Revue Médicale Suisse 2014:10:549-53. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Prévention_1_place_action

Prévention: place à l’action

Les cibles sont identifiées. Le public, à l’écoute. Les connaissances, à la pointe. Les volontés, bien présentes. Et pourtant, en matière de prévention, la Suisse se fait régulièrement sanctionner d’un «peut mieux faire» par les organisations internationales. Les raisons? Elles sont multiples… et en bonne partie économiques. Explications.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.

En Suisse, le cancer colorectal est le 3e cancer le plus fréquent

Entre 50 et 69 ans, le dépistage du cancer colorectal par recherche de sang dans les selles ou coloscopie est très efficace.
Videos sur le meme sujet

La théranostique à l'assaut du cancer

Stéphane Délétroz vous propose de découvrir une nouvelle manière de lutter contre le cancer.

Le boom des dépistages du gène BRCA

En mai 2014, l'actrice Angelina Jolie annonçait s’être fait enlever les deux seins à titre préventif puis, dix mois plus tard, les ovaires. L’actrice était porteuse d’une mutation du gène BRCA qui peut conduire au développement de cancers.

Dépistage du cancer du sein: le projet E-Breast

E-Breast est un projet qui réunit la Suisse, le Portugal, la Finlande, la Norvège et l’Estonie.
Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète