Greffe cardiaque

Dernière mise à jour 14/07/11 | Article
Rouages à l'intérieur d'un cœur
La greffe du cœur est une réalité qui sauve chaque année un nombre important de patients atteints d'insuffisance cardiaque terminale. Cet article vous résume le principe de la technique opératoire ainsi que l'évolution après l'intervention.
CHUV

Un article du Service de chirurgie cardio-vasculaire (CHUV) 

La transplantation cardiaque est indiquée chez des patients ayant une insuffisance cardiaque terminale, c’est-à-dire lorsque le cœur est incapable d’effectuer correctement son travail de pompe et lorsque le traitement médicamenteux s’avère inefficace. A ce stade, le risque de décès à court terme par troubles du rythme ou œdème pulmonaire est très élevé et le moindre effort s’avère difficile, ce qui entraîne un handicap majeur. Il s’ensuit souvent des hospitalisations répétées pour des décompensations cardiaques et l’espérance de vie est statistiquement fortement diminuée.
La greffe permet donc au malade de retrouver son autonomie et une espérance de vie appréciable. La transplantation cardiaque reste actuellement essentiellement limitée par la faible disponibilité d’organes.

Les pathologies cardiaques les plus fréquentes motivant une greffe cardiaque sont les cardiopathies dilatatives (atteinte du muscle cardiaque) et ischémiques(infarctus), qui  représente à elles seules 85% des cas. Les cardiomyopathies valvulaires, congénitales (de naissance) et infectieuses (myocardites) sont plus rares.

Un bilan médical (regroupant le service de cardiologie et le service de chirurgie cardio-vasculaire) et psychologique complet est effectué, et après discussion du dossier, le patient est mis sur liste de greffe.

Technique chirurgicale

Si un cœur compatible est disponible, le malade devra être opéré dans un délais de quelques heures.

La quasi-intégralité du cœur du donneur est alors enlevée après mise en place d’une circulation extra-corporelle : seul le toit de l’oreillette gauche du receveur est conservé avec ses 4 veines pulmonaires. Le cœur du donneur est ensuite conservé stérilement à 4°C jusqu’à la greffe, le délai de conservation étant de 6 heures au maximum, ce qui impose une prise en charge minutée. Une fois acheminé, le cœur est mis en place à l’aide de sutures au niveau des gros vaisseaux (aorte, artère pulmonaire, veine cave supérieure et inférieure) ainsi qu’au niveau du toit de l’oreillette gauche.

Evolution post-opératoire

La probabilité de survie atteint environ 90% à 1 an avec une durée de vie excédant fréquemment une dizaine d’années.

Les complications principales sont essentiellement de 3 types :

  • Les complications infectieuses, l’hypertension artérielle, l’insuffisance rénale et tous les effets secondaires directs décrits par le traitement immunosuppresseur, en particulier la ciclosporine.
  • Le rejet du greffon et la maladie coronaire du greffon.
  • Les complications indépendantes de la greffe et comparables aux pathologies rencontrées dans une population générale.

Le suivi médical des greffés cardiaques implique une étroite collaboration et un suivi au long cours entre tous les intervenants en particulier le médecin traitant, le cardiologue, le chirurgien cardiaque et le pathologue (biopsies cardiaques permettant de diagnostiquer un éventuel rejet).

Après la greffe, une réadaptation cardiaque dans un centre spécialisé est nécessaire afin de permettre au patient de se réadapter progressivement à l’effort physique et de faire la transition entre l’hôpital et le retour à domicile.

Article original: http://www.cardio-vascular.chuv.ch/ccv_home/ccv-patients-visiteurs/ccv-patients-interventions/ccv-patients-int-card-greffe.htm

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Consultation préanesthésique: évaluer les risques opératoires

La consultation préanesthésique sert à choisir la technique et à assurer le suivi postopératoire le plus approprié.

Le cœur, pompe autonome mécanique et électrique

Plus que tout autre organe du corps humain, le cœur est vital. L’entraîner en pratiquant une activité physique régulière et en mangeant sainement est utile pour prévenir les maladies qui peuvent le toucher.
machine_coeur_poumon

Perfusion vasculaire: la machine «cœur-poumon»

Pour réaliser une opération à cœur ouvert, la machine «cœur-poumon» est indispensable. La spécialiste en perfusion vasculaire, Eleonora De Stefano, cheffe perfusionniste au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), nous en détaille les fonctionnalités.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.