Contrer l’épidémie de diabète en personnalisant les traitements

Dernière mise à jour 16/03/12 | Article
Kit de test pour le diabète
Comment faire pour améliorer l’efficacité des traitements contre le diabète de type 2? Un nouveau programme de recherche européen a pour but de créer des banques de données réunissant les caractéristiques génétiques de milliers de malades, afin de profiler les différents niveaux de diabète.

Actuellement, 285 millions de personnes souffrent de diabète de type 2 à travers le monde, dont 250 000 en Suisse. On estime qu’en 2030 elles seront 439 millions.

S’il était autrefois appelé le «diabète de l’âge mûr», il touche de plus en plus d’enfants et d’adolescents. Représentant 90% des cas de diabète, le diabète de type 2 est caractérisé par une résistance de l’organisme à l'insuline, l’hormone qui régule la glycémie (concentration de glucose dans le sang).  Le plus souvent associé à une alimentation trop riche et à la sédentarité, il peut également résulter d’une prédisposition génétique.

Traitement du diabète

Outre des modifications de l’hygiène de vie indispensables – perte de poids si nécessaire, activité physique régulière et, surtout,  régime alimentaire adapté – il existe des traitements médicamenteux du diabète, qui ont pour rôle d’abaisser la glycémie. Ils diminuent la production de sucre par le foie et l’absorption du glucose au niveau de l’intestin, ou encore stimulent la production d’insuline au niveau du pancréas. Ils doivent aussi être pris à vie. Lorsque ces médicaments ne suffisent plus, il faut procéder à des injections quotidiennes d’insuline.

Selon les individus ces traitements sont toutefois plus ou moins efficaces et plus ou moins bien tolérés.  Idéalement, chaque personne souffrant de diabète ou de pré-diabète (où la glycémie élevée, mais sans les symptômes de maladie) devrait être prise en charge de façon presque personnalisée. Pour cela il faudrait d’abord mettre au point des tests fiables et définir les différents profils de malades. Qui est à risque de développer un diabète? Avec une progression rapide de la maladie, ou lente? Quel traitement sera le plus efficace?

Vers une personnalisation des traitements

Le projet DIRECT, pour DIabetes REsearch for patient straTification, lancé en février 2012, a pour but de répondre à ces questions grâce à l’analyse de milliers d’échantillons biologiques prélevés chez des patients diabétiques ou pré-diabétiques, traités par médicaments, ou encore par chirurgie bariatrique (anneau gastrique, dérivation du tube digestif…). Ce projet réunit des laboratoires de recherche européens, dont le Département de médecine génétique et développement à l’Université de Genève, et des groupes pharmaceutiques. Il doit durer sept ans – trois années consacrées à la recherche, et quatre aux essais cliniques sur l’homme.

Diabète - Participants au projet DIRECT

Les pays participant au projet DIRECT - Source : www.direct-diabetes.org

Pour en savoir plus :

www.direct-diabetes.org

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
innovations_diabétiques

Ces innovations qui améliorent la vie des diabétiques

En matière de prise en charge du diabète, la révolution est pour bientôt. Un certain nombre de nouveautés simplifient déjà le quotidien des patients diabétiques de type 1 et 2. Passage en revue avec le professeur Jacques Philippe, chef du Service d’endocrinologie, diabétologie, hypertension et nutrition aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
L’obésité, un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer

L’obésité, un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer

Les personnes en excès de poids ont plus de risques que les autres de développer cette forme de démence. Pourquoi? Des études faites sur les souris apportent quelques éléments d’explication.
Donuts avec couche sucrée

Quand le diabète des adultes frappe les jeunes

Epidémie d’obésité aux USA oblige, on constate que certains adolescents développent déjà un diabète de type 2. Ce qui est plutôt alarmant vu qu’il apparaît d’habitude à l’âge adulte. Qu’en est-il sous nos latitudes? Réponses avec la Dr Valérie Schwitzgebel, responsable de l'unité endocrinologie et diabétologie pédiatriques des HUG.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.