Syndrome de déficit en testostérone: une ménopause au masculin?

Dernière mise à jour 28/02/12 | Article
Molécule de testostérone
Dans le cas particulier du syndrome de déficit en testostérone, le traitement entrepris est une substitution en testostérone. Ce traitement engendre-t-il une augmentation du risque de cancer?

Une ménopause au masculin?

Les hormones sexuelles masculines, dont la testostérone, déterminent la différentiation des organes génitaux masculins (chez le fœtus), puis permettent le développement des caractères sexuels secondaires (agrandissement des organes génitaux, apparition des poils, voix masculine, etc) à l’adolescence ainsi que leur maintien à l’âge adulte. Ces mêmes hormones ont également un effet sur le métabolisme des protéines, des sucres et des graisses, contribuant ainsi au maintien du muscle et à la répartition entre masse osseuse et masse grasse. Elles agissent enfin sur le psychisme, en stimulant en paticulier la libido (désir sexuel) et en jouant un rôle antidépresseur.

En vieillissant, la quantité de testostérone dans le sang diminue. La ménopause chez les femmes est bien connue : elle entraine une diminution rapide des hormones féminines qui ont des répercussions assez flagrantes. Or, chez l’homme, cette diminution d’hormones masculines se fait en entraînant des symptômes moins bien définis. C’est pour cette raison qu’elle reste mal connue.

Diminution normale ou «hypogonadisme»?

La plupart des hommes présentent une diminution de la testostérone avec l’âge. Tous, cependant, ne se plaignent pas de symptômes. Ces symptômes peuvent être : une diminution de la fonction sexuelle, une fragilisation de l’ossature, une fatigue, ou encore des troubles de l’humeur. S’ils sont associés à une diminution du taux de testostérone dans le sang, on parle alors d’hypogonadisme.

Testostérone et cancer de la prostate

Comme l’hypogonadisme résulte d’un déficit de testostérone, son traitement est simple : il consiste en l’administration de cette hormone.

On doit bien sûr s’interroger sur les dangers potentiels d’un tel traitement. La recherche a montré que, lorsqu’un cancer de la prostate est déjà déclaré, une augmentation de la testostérone dans le sang favorise sa progression. Il est cependant difficile d’en tirer une conclusion pour les personnes sans cancer. A ce jour, aucune étude ne permet d’affirmer  que l’administration de testostérone chez un homme stimule le développement du cancer de la prostate.

En conclusion, de nouvelles recherches sont nécessaires pour définir précisément le risque lié à la prise de testostérone. Cependant,  même si les effets à long terme ne sont pas connus, la meilleure attitude consiste à entreprendre le traitement après avoir exclu la présence d’un cancer, puis à suivre attentivement la prostate afin de déceler toute anomalie le plus rapidement possible.

Référence

Adapté de «Testostérone et prostate», Dr Laurent Vaucher, Pr Patrice Jichlinski, Service d’urologie, Pr François Pralong, Service d’endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV, Lausanne, et Dr Darius A. Paduch, Department of urology and reproductive medicine, Weill Cornell medical college, New York USA, in Revue médicale suisse 2011;7:2399-403, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le temps de la ménopause

Le temps de la ménopause

Accompagnée de symptômes parfois gênants, la fin de la période fertile chez la femme se vit entre sentiment de perte ou de libération.
Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Une étude américaine montre que la marche (6000 pas quotidiens, sans contraintes particulières) est une excellente manière pour les femmes ménopausées de prévenir les risques qui les guettent du fait de ce bouleversement hormonal.
Videos sur le meme sujet

La ménopause : une nouvelle étape de la vie

En un siècle, l'espérance de vie d'une femme est passée de 50 à 84 ans. C'est pourquoi la femme doit désormais vivre post ménopausée plus de 30 ans. Comment appréhender ce changement bouleversant ?
Maladies sur le meme sujet
Organes génitaux masculins

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, près de 440 hommes développent un cancer du testicule, ce qui correspond à 2% de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine.

Prostate

Cancer de la prostate

Chaque année en Suisse, environ 6100 hommes développent un cancer de la prostate, qui est le cancer le plus fréquent en général: 30% des cancers chez l’homme sont des cancers de la prostate. Pratiquement tous les patients (99%) ont plus de 50 ans au moment du diagnostic; 47% ont même 70 ans et plus.

Examen de la thyroïde

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une production excessive d’hormones par la glande thyroïde.