Des progrès dans la prise en charge du syndrome des ovaires polykystiques

Dernière mise à jour 11/11/15 | Article
Des progrès dans la prise en charge du syndrome des ovaires polykystiques
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une maladie fréquente chez les femmes en âge de procréer. Le diagnostic de cette maladie multiforme est complexe mais le perfectionnement des techniques d'imagerie et les innovations thérapeutiques ont amélioré sa prise en charge.

Le SOPK est la maladie la plus fréquente diagnostiquée chez les femmes en âge de procréer. Les premiers symptômes peuvent apparaître dès les premières règles ou chez la jeune femme adulte. Chez ces patientes, les ovaires produisent une quantité anormalement élevée d’hormones sexuelles mâles, appelées «androgènes», comme la testostérone. L’excès d’androgènes perturbe l'ovulation à chaque cycle menstruel et provoque la transformation des ovules en kystes, c'est-à-dire en petites poches remplies de liquide. Les kystes s'accumulent dans l’ovaire qui change de volume. Les causes de ce syndrome sont inconnues mais il existe certainement une composante génétique car des formes héréditaires du SOPK ont été observées.

Large éventail de symptômes

La liste des symptômes associés au SOPK est longue. Ils affectent l'abondance des règles, la taille des ovaires, la fertilité, le métabolisme, la pilosité et la peau, et peuvent varier d'une patiente à l'autre. Selon les recommandations émises en 2014 et 2015 par les sociétés américaine et européenne d'endocrinologie, au moins deux des trois signes cliniques suivants doivent être constatés pour diagnostiquer la maladie: une production élevée d'hormones mâles dans les ovaires, appelée en clinique «hyperandrogénie»; une ovulation moins fréquente voire absente lors du cycle menstruel qui devient irrégulier; une modification de la forme des ovaires, mesurée par échographie.

Le trouble le plus fréquemment lié à l'hyperandrogénie est une forte pilosité sur tout le corps appelée hirsutisme, qui se retrouve chez 70% des femmes avec un SOPK. Il a été démontré que l'hirsutisme était associé à des anomalies métaboliques, notamment à un dysfonctionnement dans la gestion du taux de sucre dans le sang. L'apparition de boutons d'acné ou la chute des cheveux sont aussi des signes d'hyperandrogénie.

Diagnostic étape par étape

Le diagnostic de SOPK est complexe dû à la grande hétérogénéité des symptômes d’une patiente à l’autre. L'évaluation des trois critères principaux – notamment celle de l'hyperandrogénie – pour établir le diagnostic d'un SOPK requiert beaucoup d’expérience de la part du clinicien qui doit parfois reconstruire l’histoire médicale de la famille. Les manifestations cutanées (acné, pilosité) par exemple peuvent être difficiles à évaluer car elles dépendent directement des origines ethniques de la patiente.

Le spécialiste doit aussi éliminer d’autres causes éventuelles de l’excès d'androgènes chez la femme ou des troubles du cycle menstruel. Par exemple, une tumeur qui fabrique des androgènes pourrait expliquer la progression rapide de troubles tels que l'hirsutisme, le changement de voix ou le grossissement du clitoris. Une anomalie du fonctionnement de la thyroïde, une glande située dans le cou, peut aussi expliquer la présence excessive d’androgènes.

A contrario, l'hirsutisme n'est pas toujours en lien avec une anomalie ovarienne. C'est pourquoi la mesure du taux d'hormones sexuelles mâles présentes dans les ovaires est un examen complémentaire pour évaluer cliniquement l'hyperandrogénie. L'interprétation du dosage, notamment celui de la testostérone, reste cependant compliquée. En particulier, les taux mesurés varient parfois d'un laboratoire à l'autre en fonction de la méthode utilisée.

Imagerie 3D et nouveaux médicaments

Le domaine qui a le plus évolué ces dernières années pour l'évaluation de la maladie est l'imagerie des ovaires, notamment grâce à l'émergence de l'échographie tridimensionnelle (3D). Cette avancée technologique a permis d'améliorer la précision du comptage des ovules non matures (follicules) et des kystes, ainsi que de la mesure du volume ovarien chez les femmes atteintes ou non du SOPK.

Concernant les traitements, l’hyperandrogénie, les irrégularités du cycle menstruel et surtout l'infertilité font l'objet de thérapies spécifiques distinctes. La contraception hormonale permet de soigner l'excès d'hormones mâles et les cycles irréguliers. Si celle-ci est contre-indiquée, on peut envisager d’autres traitements comme les inhibiteurs d'androgènes ou des interventions mécaniques – avec un laser par exemple – pour soigner l'hirsutisme. L'infertilité était traitée jusqu'à présent avec un médicament appelé clomifène citrate qui induit l'ovulation. D'autres molécules prometteuses ont émergé récemment. C'est le cas du létrozole qui a été démontré plus efficace que le clomifène dans une étude américaine publiée en 2014 dans leNew England Journal of Medicine.

Enfin, la perte de poids chez les patientes obèses ou en surpoids n'améliore pas les symptômes cutanés du syndrome ovarien mais elle est bénéfique pour les troubles du métabolisme et l'infertilité. Elle n'a aucun effet avéré chez les patientes de poids normal.

_________

Références

Adapté de: «Syndrome des ovaires polykystiques: quoi de neuf?», Dr Maria Mavromati et Pr Jacques Philippe, Service d'endocrinologie, diabétologie, hypertension et nutrition, Département des spécialités de médecine, HUG. In Revue Médicale Suisse 2015; 11:1242-5. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Sexualité féminine
excitation sexuelle féminine

L’excitation sexuelle féminine, comment ça marche ?

L’excitation sexuelle est un élément crucial de la sexualité, puisqu’avec elle naît la volupté qui peut...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bébé_trois_adn_espoirs_contreverse

Le bébé conçu avec trois ADN soulève espoir et controverse

La conception d’un enfant à partir de trois ADN en 2016 au Mexique marque un tournant scientifique dans la procréation médicalement assistée. Et pose de nouvelles questions éthiques.
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».
amis_fertilite

Amis et ennemis de la fertilité

Faire un bébé est un rêve parfois difficile à réaliser. Selon l'OMS, l'infertilité est définie comme l'absence de grossesse malgré un an de rapports sexuels réguliers. Ses causes sont imputables dans une même proportion de 30% aux hommes, aux femmes, et au couple; le 10% restant demeure inexpliqué. Des difficultés d'ordre médical –problèmes génétiques, malformations, traumatismes, pathologies hormonales, endométriose– ainsi que divers autres facteurs peuvent influencer la conception d'un enfant.
Videos sur le meme sujet

L’influence des bactéries sur la fertilité masculine

Le CHUV vient de recevoir un financement du Fond National Suisse pour étudier l’influence des bactéries sur la fertilité masculine.

Les phtalates rendent stériles

Les scientifiques soupçonnaient les phtalates, des composés chimiques présents dans certains plastiques, de provoquer la stérilité masculine.

De l'espoir pour les hommes infertiles

Adrien Zerbini dévoile une première mondiale réalisée par une start-up française: obtenir des spermatozoïdes humains complets in vitro à partir de prélèvements effectués chez des hommes infertiles.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant