Nouveautés en oncologie: de réels progrès?

Dernière mise à jour 04/07/14 | Article
Nouveautés en oncologie: de réels progrès?
Depuis une dizaine d'années, une pléthore de nouveaux traitements a été développée dans la lutte contre le cancer. Mais sont-ils efficaces? Les patients ont-ils vraiment plus de chances de guérir?

Grand mal de la société, le cancer emporte chaque année des millions de gens dans le monde. Avec l'arrivée de nouveaux traitements dits «ciblés», les patients atteints d'un cancer ont-ils plus de chance de vivre qu'il y a vingt ans? Même s'il est difficile d'évaluer l'impact de ces nouvelles thérapies, de nombreuses études tendent à dire que, pour de nombreuses tumeurs, l'avenir du patient est certainement meilleur aujourd'hui. En effet, les chances de guérison sont plus élevées qu'auparavant. Quant aux personnes atteintes d'un cancer à un stade avancé, la perspective de vivre plus longtemps est aussi plus grande.

Parfois combinés à la chimiothérapie, ces nouveaux traitements ciblent directement un talon d’Achille des cellules cancéreuses et évitent leur prolifération, tandis que d’autres réactivent les défenses immunitaires du patient.

Statistiques

De récentes études ont démontré que, pour la plupart des cancers, la survie tend à augmenter dans les pays occidentaux. En effet, en Europe, la survie relative à cinq ans est significativement plus élevée pour un patient atteint d'un cancer entre 2005 et 2008 qu'entre 1999 et 2001. L'observatoire européen contre le cancer constate aussi que le taux de mortalité de nombreux cancers tend à diminuer.

D’autre part, grâce à ces nouvelles thérapies, les patients atteints d'un cancer incurable vivent plus longtemps et souffrent moins des effets secondaires de leur traitement, ce qui améliore leur vie quotidienne.

Résultats avérés

Les patients bénéficient d'une série de nouveaux traitements innovants développés pour de nombreuses tumeurs. Ainsi, les nouvelles thérapies ciblées contre le mélanome métastatique (cancer de la peau en phase de métastases) ont fait leurs preuves. En 1990, un malade avait plus d'une chance sur deux de mourir dès la première année et moins d'une chance sur dix de vivre au-delà de cinq ans. Diagnostiqué en 2014, ce même patient aurait maintenant quatre chances sur cinq de vivre au-delà d'une année et 20% de chances de vivre sur le long terme avec sa maladie.

L’exemple du cancer du sein et des hémopathies malignes

Certains traitements ont également un impact positif en termes de chances de survie pour certains sous-groupes de patients. Le cancer du sein, qui représente 30% de tous les cancers, bénéfice également d'une nouvelle thérapie innovante. Pour un certain groupe de femmes en stade de métastases, deux nouveaux traitements ciblés associés à la chimiothérapie ont permis de diminuer le risque de décès de 34% et d'augmenter la survie sans progression de la maladie de 12 à 19 mois.

Des nouveautés dans le traitement des hémopathies malignes (cancer du sang tel que la leucémie) ont aussi été observées. De récentes études cliniques ont montré que, depuis l'arrivée d'une nouvelle thérapie, la durée de vie du patient était grandement prolongée pour certains types de leucémies chroniques.

Innovants et prometteurs, ces nouveaux traitements représentent des avancées indéniables, avec un impact réel sur les chances de survie. Les patients en stade avancé vivent plus longtemps qu'auparavant, et ceux qui reçoivent ces nouvelles thérapies à un stade précoce ont plus de chance de guérison. La lutte contre le cancer continue de progresser et de nouveaux traitements arrivent régulièrement sur le marché.

Référence

Adapté de «Nouveautés en oncologie: beaucoup de bruit pour rien?», Dr Daniel Betticher, Dr Stefan Zimmermann, Service d'hémato-oncologie, hôpital cantonal de Fribourg. In Revue Médicale Suisse 2014;10:788-793, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Sexualité féminine
excitation sexuelle féminine

L’excitation sexuelle féminine, comment ça marche ?

L’excitation sexuelle est un élément crucial de la sexualité, puisqu’avec elle naît la volupté qui peut...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cancer_sein_union

Contre le cancer du sein, l’union fait la force

Hétérogène à tous égards, le carcinome mammaire nécessite, pour être soigné, une prise en charge multidisciplinaire et des traitements de plus en plus personnalisés.
Videos sur le meme sujet

Sels d’aluminium et cancer du sein: la discussion est relancée

Les sels d’aluminium contenus dans les déodorants peuvent provoquer des cancers du sein… chez les souris.
Maladies sur le meme sujet
Echantillons de sang

Leucémies (cancer du sang)

Chaque année en Suisse, on dénombre quelque 970 nouveaux cas de leucémie (cancer du sang), ce qui représente environ 2,5 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes (57% contre 43%). Près de la moitié des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. Avec près d’un tiers de tous les cas, les leucémies constituent le cancer le plus fréquent chez l’enfant.

Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.

Pancreas

Cancer du pancréas

Chaque année en Suisse, 1100 personnes développent un cancer du pancréas (carcinome pancréatique), ce qui correspond à environ 3% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète