L’art de reconstruire un sein

Dernière mise à jour 16/01/13 | Article
L’art de reconstruire un sein
Après un cancer du sein, plusieurs techniques de reconstruction mammaire permettent une récupération esthétique satisfaisante. Entre chirurgie reconstructive et utilisation de prothèses, tour d’horizon des situations possibles.

Une question de bon «timing»

Le traitement de choix du cancer du sein est une ablation de la tumeur par chirurgie (tumorectomie), suivie d’une radiothérapie. Plus du tiers des femmes opérées nécessitent une chirurgie radicale où le sein est partiellement ou totalement enlevé (mastectomie partielle ou radicale). L’objectif principal est un contrôle de la maladie ainsi qu’un résultat esthétique satisfaisant pour la femme.

Lorsque la qualité de la peau le permet, la reconstruction esthétique peut avoir lieu lors de la même opération. On parle alors de reconstruction «immédiate». Celle-ci est évitée si une radiothérapie est envisagée, si la femme fume ou est diabétique, si les seins sont volumineux, si la tumeur est de type inflammatoire ou qu’elle atteint la peau. Dans ces cas, la reconstruction aura lieu lors d’une deuxième opération et est dite «différée». Elle aura lieu 6 mois après la chimiothérapie et 1 an après la radiothérapie.

A chacun sa technique

Plusieurs techniques opératoires existent. Elles permettent une adaptation optimale à chaque situation, selon l’étendue du cancer, l’état de la peau et la taille des seins. Chaque cancer est donc à évaluer et discuter au cas par cas. La reconstruction peut se faire à l’aide d’une prothèse (reconstruction prothétique) ou avec des tissus provenant d’autres partie du corps (reconstruction autologue). Une fois la reconstruction terminée, il est possible de corriger les défauts avec des injections de graisse.

Prothèse mammaire

Reconstruction des deux seins par prothèse

Reconstruction des deux seins par prothèse

D.R.

La pose d’une prothèse est possible si la qualité de la peau est préservée. Il est difficile de reconstruire un sein de manière complètement identique au sein conservé. Elle est particulièrement utilisée pour les reconstructions des deux seins, chez des femmes qui n’ont pas eu de radiothérapie ainsi que chez celles qui fument. Elle permet de conserver la sensibilité de la peau. L’opération est courte et relativement facile à effectuer. La cicatrice est la même que celle de l’ablation du sein. Par contre, elle donne un résultat moins naturel et le sein ne vieillit pas de la même manière que le deuxième sein. Une chirurgie 10 ans plus tard est nécessaire pour réviser l’implant.

Nouvelle peau

Reconstruction autologue du sein gauche (par des tissus de l’abdomen)

Reconstruction autologue du sein gauche (par des tissus de l’abdomen).

D.R.

La reconstruction autologue permet de remplacer le sein et la peau par d’autres tissus, provenant du corps de la femme concernée. Elle est souhaitable lorsque la qualité de la peau est insuffisante, qu’elle a subi une radiothérapie ou si les seins sont de grandes taille. Elle permet d’obtenir un résultat semblable au deuxième sein. Les tissus peuvent être prélevés sur l’abdomen, le dos ou la cuisse.

Petites retouches

Le «lipofilling» consiste en des injections de graisse. Il permet de corriger les petits creux après une reconstruction, les séquelles de radiothérapie ainsi que les défauts après une tumorectomie. Concrètement, la graisse est prélevée sur l’abdomen, les flancs ou l’intérieur des cuisses. Elle est ensuite réinjectée dans le sein. Elle n’entraîne aucune cicatrice mais nécessite plusieurs séances et n’est pas à l’abri de complications.

Une solution adaptée

La chirurgie du cancer du sein ne cesse d’évoluer. Autrefois très mutilante et radicale, elle devient de plus en plus conservatrice. La reconstruction mammaire permet une meilleure qualité de vie. Lorsque les circonstances sont idéales, elle est pratiquée en même temps que l’ablation du sein. Parfois, elle doit être faite de manière différée, ce qui nécessite une deuxième opération.

Référence

Adapté de «Indications et techniques actuelles de reconstruction mammaire après mastectomie», par Dr N. Koch et Pr W. Raffoul du Service de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique, Pr J-F Delaloye du Département de gynécologie, d’obstétrique et de génétique, CHUV, Lausanne. In Revue médicale suisse 2012; 8: 2003-6, en collaboration avec les auteurs. RMS-359

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Un couple dans un champs

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Etre belle malgré la maladie

Le cancer du sein touche une femme sur 10 en Suisse. La grande majorité de ces femmes seront soumis à un traitement et guériront. Et malgré la maladie, elles peuvent êtres belles!

Cancer du sein: le combat d'Elena

Cancer féminin le plus fréquent, le cancer du sein touche une femme sur huit. Dans 80% des cas, la maladie touche des femmes de plus de 60 ans. Pourtant il atteint parfois des femmes très jeunes, comme Elena, frappée par la maladie à l'âge de 24 ans et qui témoigne dans cette vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.