Un test pour déceler la trisomie 21

Dernière mise à jour 02/08/12 | Article
Une femme enceinte
Dès la mi-août, un test de dépistage sera accessible en Suisse. De quoi s’agit-il exactement? Eléments de réponse avec le Dr. Arianne Giacobino, généticienne, et responsable des consultations cliniques sur la trisomie 21 aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Swissmedic, l’autorité suisse de contrôle et d'autorisation des produits thérapeutiques, a donné son feu vert au test de dépistage prénatal de la trisomie. Celui-ci devrait être accessible dès la mi-août. Conçu par la firme allemande LifeCodexx, il permet de déterminer si un fœtus est porteur ou non de la trisomie 21.

 «Il s’agit d’un test de dépistage spécifique de la trisomie 21, qui s'adresse aux femmes enceintes, explique le Dr. Giacobino, mais qui ne répond pas à la question d’éventuelles autres anomalies chromosomiques».

Il est basé sur la détection de fragments d’ADN fœtal en circulation dans le sang maternel, et du séquençage de ceux-ci. Il peut être effectué entre la 12e et la 14e semaine de grossesse, et est dit non invasif, car il ne nécessite qu’une prise de sang maternel, et n’induit aucun geste à risque pour le fœtus. Le test devrait, selon la firme, permettre de diminuer le taux de femmes ayant recours à une amniocentèse pour un diagnostic de trisomie.

La généticienne souligne qu’il soulève la question d’une diminution vraisemblable de naissance d'enfants trisomiques. «Est-ce un choix de société, des parents, de la famille, des assurances?», la question reste ouverte selon la spécialiste.

L’arrivée du test, intervient après  une tentative des organisations membres de la Fédération internationale du Syndrome de Down (trisomie 21) de convaincre la Cour européenne des droits de l'homme de ne pas reconnaître le droit à avoir recours à de tels tests. La Fédération, qui regroupe trente associations dans seize pays, a déclaré au mois de juin que la Cour de Strasbourg devait reconnaître la condition humaine et protéger le droit à la vie des personnes trisomiques et handicapées.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Tests prénataux: utilité et conséquences

Les tests prénataux comme les échographies ou les amniocentèses permettent aux parents qui attendent un enfant de mieux cerner les risques de maladie ou de malformation d'origine génétique. L'antidote fait le point sur les maladies dépistées, les risques ainsi que la fiabilité de ces tests.

Echographies «pour le plaisir» du futur bébé: pourquoi il faut savoir dire non

En France une institution officielle vient de mettre en garde contre la multiplication des échographies obstétricales réalisées à la demande des futurs parents. Ces examens ne devraient être pratiqués qu’à des fins médicales. La raison réclame de ne pas exposer inconsidérément aux ultrasons les yeux et les organes génitaux des fœtus. Une recommandation qui coïncide avec des images diffusées par la BBC de la formation in utero d’un visage d’un fœtus.