Planète Ciné, des films pour parler de santé

Dernière mise à jour 10/09/18 | Questions/Réponses
Burnout, addictions, médecine du futur… De nombreuses productions cinématographiques récentes abordent des questions de santé. Grâce à une dizaine de projections et des tables rondes animées par des experts, le cinéma fait son entrée au salon Planète Santé live. Trois questions à Alexandre Wenger, spécialiste en humanités médicales, professeur à la faculté de médecine de l’UNIGE et responsable de Planète Ciné.

Au salon Planète Santé live

du 4 au 7 octobre 2018
Palexpo, Genève

Quelle est la place du cinéma dans un salon comme Planète Santé live?

Le cinéma influence nos représentations du monde en général et aussi du domaine de la santé. Il façonne les attentes du public envers son médecin et envers le système de soins. Les tables rondes qui suivront les projections seront l’occasion d’apporter des connaissances et de réinterpréter toutes ces images qui circulent autour de nous.

Comment les films ont-ils été choisis?

Faire cette sélection a nécessité du temps. Avec un comité d’experts en cinéma (lire encadré), nous avons pris soin de choisir des films convaincants, intéressants et plaisants. Accessibles à tout un chacun, ils portent tous sur une thématique forte afin de susciter la discussion.

Le cinéma est-il un moyen d’aborder des sujets douloureux par exemple?

Oui, la fiction permet de parler de choses intimes, sans avoir besoin de trop se dévoiler. On peut parler de soi à partir du cinéma. Dans le cursus universitaire de médecine, étudier le cinéma apporte un souffle réflexif. On ne devient pas meilleur médecin grâce aux films, mais ceux-ci permettent de soulever des questions importantes.

Comité d’organisation de l’événement

Dr Gérard Calzada, psychiatre et chef de clinique au service d’addictologie des HUG.

Alfio di Guardo, directeur adjoint des Cinémas du Grütli.

Alexandre Wenger, professeur de Medical Humanities à la Faculté de médecine de l’UNIGE, Responsable de «Planète Ciné».

Dre Melissa Dominicé Dao, interniste généraliste et médecin adjointe au service de médecine de premier recours, responsable de la consultation transculturelle aux HUG et co-responsable de Ciné-Diversités (le ciné-club du Réseau santé pour tous des HUG).

________

Paru dans Planète Santé magazine N° 30 – Août 2018

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Hôpital et cabinets médicaux
medecine_famille_mutation

La médecine de famille en pleine mutation

Vieillissement de la population, augmentation des maladies chroniques, hausse des coûts de la santé:...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
juge_psychiatre

«Un juge et un psychiatre peuvent travailler ensemble»

L’un, Jean Fonjallaz, est docteur en droit et juge fédéral au Tribunal fédéral. L’autre, Jacques Gasser, est professeur à la faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne et directeur du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). A deux, ils ont entamé un dialogue sur les rapports entre la justice et la psychiatrie. Leur ouvrage, Le juge et le psychiatre*, fait la lumière sur le rôle de chacun et les relations entre la justice pénale et la psychiatrie.
PULS_geissbuhler_cybermedecine

«Cybermédecine: notre société doit faire des choix»

Les technologies numériques prennent une place toujours plus grande dans le système de santé. Selon le Pr Antoine Geissbuhler, médecin-chef du Service de cybersanté et de télémédecine et responsable du Centre de l’innovation des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), il faut veiller à en garder le contrôle.