L’Antidote anime la santé

Dernière mise à jour 20/09/12 | Article
L'Antidote anime la santé
Toutes les semaines sur Canal9, l’émission l’Antidote propose une enquête sur une thématique de santé. Son producteur-réalisateur nous fait faire le tour du plateau.

Un rendez-vous santé hebdomadaire le lundi soir sur la chaîne valaisanne Canal9, c’est le rôle que joue depuis 2007 l’émission l’Antidote. En 136 épisodes à ce jour, elle a traité des thèmes aussi variés que l’arrivée d’un bébé, la chirurgie plastique ou la dépression saisonnière. A l’heure où elle démarre sa sixième saison, son producteur-réalisateur Stéphane Wicky dévoile les coulisses de ce programme dont les numéros sont visibles sur les sites de canal9.ch et planetesante.ch.

Un jonglage permanent

Loin des effectifs pléthoriques que l’on imagine parfois être la norme à la télévision, quatre personnes seulement constituent l’équipe de l’émission: le réalisateur-producteur Stéphane Wicky, deux réalisateurs-monteurs à temps partiel et la journaliste Marianne Tremblay (qui a succédé à Pierre-Armand Dussex en 2011). Leur rythme de travail? «Les émissions ne sont font pas l’une après l’autre, détaille Stéphane Wicky. Au contraire, nous en avons toujours entre quatre et six “sur le feu". Nous passons de l’une à l’autre selon les disponibilités de nos intervenants et celles des lieux de tournage.» Mis bout à bout, compter trois semaines pour mettre un numéro de l’Antidote en boîte.

L'Antidote anime la santé

Dans la nouvelle formule du magazine, lancée l’an dernier, l’émission prend la forme d’une enquête, les témoignages de personnes touchées par le sujet tenant néanmoins une place importante. Est-il difficile de trouver à chaque numéro un nouveau thème de santé? «Pas du tout, répond Stéphane Wicky. Plusieurs fois par an, nous réunissons un collège avec des acteurs de la santé en Valais et de nombreux thèmes y sont proposés.»

La prévention au cœur

L’Antidote traite les problématiques de santé sous l’angle de la prévention, nous détaille-t-il encore. Un axe clair motivé par le fait que les financeurs du programme sont le Service cantonal valaisan de la santé, Addiction Valais et Promotion santé Valais. Si le sujet abordé ne se prête pas à des informations préventives, l’Antidote mettra l’accent sur les ressources pour être aidé.

Dans son travail de vulgarisation, l’équipe de l’Antidote doit relever deux défis. Tout d’abord, la contrainte de mettre en image les sujets. Il faut ainsi trouver des environnements pour filmer les témoignages. Pour une émission sur la pollution par les ondes, l’entretien a ainsi eu lieu dans un train, un lieu que l’électrosmog n’épargne pas.

Enfin, la matière médicale peut être «très technique» admet Stéphane Wicky. «Nous nous efforçons d’expliquer les choses simplement et pour ce faire nous rencontrons toujours les spécialistes avant de tourner leur intervention. Nous avons une manière spécifique d’aborder les interviews. Autant que possible, nous nous mettons dans la peau du téléspectateur.» Preuve que l’Antidote y parvient, elle a reçu en 2010 un prix de journalisme pour un numéro consacré à l’obésité chez les jeunes.

L'antidote

L’antidote est l’émission santé et prévention, produite avec le Service Cantonal de la Santé Publique du canton du Valais, Addiction Valais et Promotion Santé Valais. Plus d’information sur www.canal9.ch

Retrouvez les émissions sur www.canal9.ch et www.planetesante.ch

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Le burnout est-il une «maladie professionnelle»?

Le burnout est-il une «maladie professionnelle»?

Le burnout est caractérisé par un épuisement émotionnel, une distanciation et une baisse de la performance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_Zulian_valoriser_temps

«Valoriser le temps qui reste»

Soulager la souffrance et insuffler l’espoir quand il n’y a plus rien à faire. Gilbert Zulian, chef du département de réadaptation et de médecine palliative des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), assiste chaque jour les personnes malades dont la rémission n’est plus envisageable. Une mission noble et humble.
tourisme_medical_mal

Tourisme médical: et si cela se passait mal?

Lorsque des prestations médicales ne sont pas prises en charge en Suisse par l’assurance obligatoire de soins (AOS) ou par une éventuelle assurance complémentaire, certains patients se rendent à l’étranger pour y bénéficier de soins meilleur marché. En cas de complications médicales, ce choix a priori économiquement avantageux n’est pas sans conséquences, ce que le patient apprend parfois à ses dépens.
nouveaux_tarifs_medicaux

Nouveaux tarifs médicaux: une solution contraire au droit?

Pour le magazine Politik+Patient, organe officiel de la Conférence des sociétés cantonales de médecine, dont nous reprenons ici le dossier, la structure tarifaire de Tarmed, voulue par le Conseil fédéral, affaiblit la prise en charge ambulatoire des patients. La revue affirme que ce n’est pas par de tels moyens que l’on résoudra le problème du coût du système de santé. Que faut-il en penser? Présentation des arguments et réactions des présidents des sociétés médicales de Suisse romande. (Texte*: POLITIK+PATIENT)
Videos sur le meme sujet

Le destin des déchets anatomiques

Que deviennent les parties détachées du corps humain: placenta, biopsie, échantillons biologiques, adn?

Médecine légale: ces morts violentes que personne ne détecte

La moitié des morts violentes passeraient inaperçues en Suisse!

Journée d'action pour le don d'organes

Une action pour la santé est organisée dans le cadre de la Fête de l’espoir de Genève.