Trisomie 21: premiers pas moléculaires vers une thérapie génique

Dernière mise à jour 09/04/13 | Article
Trisomie 21: premiers pas moléculaires vers une thérapie génique
Des chercheurs américains et chinois viennent de découvrir une anomalie moléculaire expliquant certains des troubles cérébraux dont souffrent les personnes trisomiques. A la clé l’espoir de proposer une thérapie génique pour restaurer les altérations des fonctions intellectuelles qui caractérisent cette maladie chromosomique.

Comme son nom l’indique la trisomie 21 est une maladie chromosomique caractérisée par la présence anormale, dans chacune des cellules des personnes concernées, d’un troisième chromosome 21. Le fait est établi depuis un demi-siècle mais on connaît toujours fort mal les conséquences biologiques de ce chromosome surnuméraire. Des progrès sont cependant en vue grâce notamment à la biologie moléculaire. Un groupe de chercheurs travaillant en Californie (au Sanford-Burnham Medical Research Institute – La Jolla) et dans diverses institutions chinoises vient de faire une observation qui pourrait se révéler d’une grande importance. Leurs travaux et leurs résultats sont publiés dans l’édition du 24 mars de la revue Nature Medicine. On en trouvera une présentation technique résumée ici (en anglais).

Ces chercheurs sont parvenus à faire un lien entre la présence de ce troisième chromosome et celle de faibles niveaux d’une protéine dans le cerveau. Il s’agit de la protéine dite SNX27. On peut dès lors espérer que le fait d’obtenir une production normale de cette protéine (par thérapie génique par exemple) pourrait permette de restaurer les fonctions cognitives altérées des personnes trisomiques. Un espoir soutenu par les résultats obtenus par les chercheurs sur la souris.

Restaurer les processus de l’apprentissage et de la mémoire

Les auteurs de la publication de Nature Medicine montrent comment la copie supplémentaire du chromosome 21 et la moindre production de protéines SNX27 perturbe le fonctionnement des communications inter-neuronales: cette absence entraîne des altérations de la formation de neurones dans certaines régions du cerveau, altérations qui se caractérisent par des anomalies dans la présence de récepteurs à leur surface. «Dans la trisomie 21, le manque de SNX27 est au moins partiellement responsable des anomalies du développement et des déficits cognitifs», explique le Pr Xu Huaxi (Centre des neurosciences et des recherches sur le vieillissement et les cellules souches, Sanford-Burnham Medical Research Institute), auteur principal de l'étude.

Les souris dont la production de SNX27 est déficiente présentent des altérations majeures des processus de l'apprentissage et de la mémoire. En pratique la protéine SNX27 contribue à protéger les récepteurs du glutamate sur la surface cellulaire des neurones. Or les neurones ont impérativement besoin de ces récepteurs du glutamate pour assurer leurs fonctions de transmission des informations nerveuses. Privées de SNX27, ces mêmes souris ont moins de récepteurs du glutamate actifs, ce qui altère leur apprentissage et leur mémoire et montrent des symptômes équivalents à ceux constatés chez les personnes trisomiques.

Les chercheurs ont alors imaginé que des «micro ARNs» (fragments de matériel génétique ne codant pas directement pour des protéines) pouvaient être indirectement responsables de ces anomalies en influençant la production d’un gène codant. Or des éléments du chromosome 21 assurent la production d’un micro ARN (le miR-155). Et chez les personnes trisomiques l'augmentation des niveaux de ce miR-155 est en corrélation presque parfaite avec la diminution de la protéine SNX27. L’équipe américano-chinoise conclut donc que la présence d’un chromosome 21 supplémentaire a pour conséquence une plus grande production de miR-155, qui a pour effet une diminution des récepteurs du glutamate qui entraîne à son tour des altérations des mécanismes d’apprentissage et de mémorisation.

La question des premiers essais cliniques

Restait à valider de manière expérimentale cette hypothèse. Usant des techniques de la thérapie génique (à l’aide d’un virus non infectieux) les chercheurs sont parvenus à rétablir des niveaux normaux de miR-155 et de SNX27 dans les régions cérébrales touchées de souris trisomiques. Ils montrent de la sorte que la restauration de SNX27 chez ces souris pathologiques améliore leurs fonctions cognitives et leur comportement. «Tout revient à la normale après ce traitement par SNX27», affirment les chercheurs qui constatent aussi une augmentation des taux de récepteurs du glutamate.

Ce n’est pas la première fois que les nouvelles techniques de biologie moléculaire permettent de regarder la trisomie 21 sous un nouveau jour. Fin 2012 des chercheurs du département de médecine de l’Université de Washington avaient ainsi annoncé être parvenus à franchir un nouveau pas. (Voir notre article  «La trisomie 21 corrigée sur des cellules humaines en culture»). La question très concrète soulevée par la publication de Nature Medicine est celle de savoir quand les éléments expérimentaux sur l’animal permettront un premier essai thérapeutique sur l’homme.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
Être père après 45 ans fragilise la santé de l’enfant

Être père après 45 ans fragilise la santé de l’enfant

Dans les pays industrialisés, les hommes ont tendance, tout comme les femmes, à faire des enfants de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
accelerateur_medecine_personnalisee

Coup d’accélérateur pour la médecine personnalisée

Avec l’ouverture du premier centre de génomique de Suisse à Genève, l’arc lémanique mérite plus que jamais le surnom de «Health Valley». Equipé de séquenceurs à haut débit ultraperformants, le centre doit répondre à la demande exponentielle de décryptages d’ADN et accélérer l’avènement de la médecine individualisée.
PULS_pharmacogenomique

La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.
Les gènes de la goutte

Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.
Videos sur le meme sujet

Qu'est-ce que le génome humain?

Tous les êtres humains sur la terre ont un génome, aussi appelé patrimoine génétique.

Comment décode-t-on le génome?

Moins de trois minutes pour comprendre comment on peut séquencer l'ADN d'un individu grâce à sa salive, à son sang ou à son tissu musculaire.

La génétique pour les nuls

Le 14 avril 2003, la Maison Blanche annonçait la fin du séquençage du génome humain, l'achèvement d'un projet amorcé en 1990.