Entrée en EMS: home sweet home

Dernière mise à jour 21/01/15 | Vidéo
Les gens entrent de plus en plus tard en EMS, suite à une chute par exemple, ou lorsque la personne n’est plus en sécurité seule à la maison. Souvent, après avoir fait le deuil d’un conjoint et de son autonomie de déplacement, il faut faire le deuil du domicile et aborder ces changements du mieux possible.

            

         

Les personnes qui deviennent dépendantes se sentent parfois inutiles et n’ont plus les mêmes capacités d’adaptation. Mais elles peuvent réussir une bonne entrée en EMS, notamment en restant acteur de leur vie.

_________

Source

L'antidote est l'émission de prévention et promotion de la santé sur Canal9. Diffusée le 19.01.2015. En partenariat avec:

             

Vidéo originale: http://canal9.ch/entree-en-ems-home-sweet-home/

            

A LIRE AUSSI

Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Relation patient - médecin

Patients-soignants: vers une relation de confiance

Les relations entre les patients et les soignants ont évolué. Aujourd'hui le corps médical doit aussi être à l'écoute, collaborer et établir une relation...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_Zulian_valoriser_temps

«Valoriser le temps qui reste»

Soulager la souffrance et insuffler l’espoir quand il n’y a plus rien à faire. Gilbert Zulian, chef du département de réadaptation et de médecine palliative des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), assiste chaque jour les personnes malades dont la rémission n’est plus envisageable. Une mission noble et humble.
La mécanique enrayée de l’injection mortelle

La mécanique enrayée de l’injection mortelle

Oter la vie à quelqu’un, sans souffrance visible et d’une façon qui paraisse médicale. Voilà le but de l’injection mortelle pratiquée aux Etats-Unis depuis un peu plus de trente ans.
Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

«L'assistance au suicide en EMS pose des questions déontologiques cruciales, notamment de savoir comment un médecin peut signer une ordonnance pour un produit qui va tuer le patient.»
Videos sur le meme sujet

Mourir comme à la maison

Êtes-vous comme le 80% de la population? Si vous deviez choisir où mourir, vous aimeriez être chez vous à la maison. Pourtant, seule une minorité y parvient.

Les soins qui souffraient d'un problème d'image

La plupart des gens associent soins palliatifs à la fin de vie.

Vivre encore, le temps de la mort

Ni acharnement thérapeutique, ni assistance au suicide, la médecine palliative est encore mal connue des patients comme des soignants.