AVC: les femmes plus vulnérables

Dernière mise à jour 09/04/14 | Article
AVC: les femmes plus vulnérables
Face à l’accident vasculaire cérébral (AVC), hommes et femmes ne sont pas égaux. Toujours plus nombreuses à être touchées, ces dernières présentent en effet une vulnérabilité particulière. Les explications du Dr Roman Sztajzel, responsable de l’unité Neurologie vasculaire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

L'âge, l'hypertension artérielle, le diabète, l'inactivité physique ou le tabac sont connus pour être des facteurs de risque d’un AVC, aussi bien pour les hommes que les femmes. Mais celles-ci présentent des facteurs de risques supplémentaires qui leur sont propres. Il y a tout d’abord leur vie hormonale, mais aussi le fait qu’elles vivent plus longtemps que les hommes (alors que le risque de survenue d’un AVC augmente avec l’âge). C’est ce qui ressort d’un article de l'Association américaine du cœur paru dans la revue scientifiqueStrokeen ce début d’année. Le Dr Sztajzel le confirme: «Les femmes sont toujours plus nombreuses à être atteintes d’un accident vasculaire cérébral. En 20 ans, le nombre de nouveaux cas a doublé et il a plus augmenté chez les femmes que chez les hommes».

Première explication donnée à ce phénomène: le tabagisme. «Depuis 20 à 30 ans, les femmes fument plus que les générations précédentes, donc les facteurs de risques sont aussi plus élevés qu’auparavant. C’est un aspect très important qui multiplie pratiquement par deux le risque d’un AVC lorsqu’on fume une dizaine de cigarettes par jour, et par dix avec 30 cigarettes».

Pilule et tabac: un cocktail explosif

Là où les femmes courent un risque supplémentaire, c’est lorsque le tabagisme est associé à une contraception hormonale aux œstrogènes de synthèse (pilule ou implant). «Le risque de thrombose veineuse avec un caillot qui remonte jusqu’au cerveau augmente alors très nettement chez des femmes parfois très jeunes, entre 20 à 30 ans».

Cette vulnérabilité féminine peut aussi apparaître durant la grossesse. «Les maladies vasculaires et métaboliques qui se déclenchent durant cette période augmentent le risque d'AVC plus tard dans la vie. C’est le cas de la pré-éclampsie, qui touche 6% des femmes enceintes et se manifeste par un dangereux pic de la pression sanguine au troisième trimestre de la grossesse». En fin de grossesse ou après l’accouchement peuvent aussi apparaître des maux de tête inhabituels causés par une thrombose veineuse cérébrale.

Cumul de facteurs de risque

Autre explication donnée à cette augmentation de la fréquence des AVC est que «les femmes cumulent plus de facteurs de risques tels que l’hypertension artérielle, l’excès pondéral ou l’obésité qui va favoriser le diabète. Or le cumul de ces facteurs augmente la probabilité de survenue d'un AVC».

Parmi les «spécificités» plutôt féminines figure aussi l’arythmie, ou fibrillation auriculaire, qui intervient chez des personnes plus âgées. «Le cœur ne bat plus régulièrement, ce qui favorise la formation de caillots qui vont migrer progressivement vers le cerveau. Ce risque augmente avec l’hypertension et il est plus fréquent chez les femmes du fait qu’elles atteignent un âge plus avancé que les hommes. Or les AVC dus à une fibrillation sont plus sévères et leurs pronostics moins bons.»

La dépression, le stress et la migraine avec aura (accompagnée de troubles neurologiques ou visuels, difficultés à s’exprimer), qui sont autant de facteurs de risques, touchent aussi plus sévèrement les femmes, notamment les jeunes.

Mieux vaut prévenir

Pour autant, l’accident vasculaire cérébral n’est pas une fatalité. Il peut être dépisté grâce à un électrocardiogramme régulier et à une surveillance de la tension artérielle. Tous deux recommandés aux personnes, hommes et femmes, en surpoids, diabétiques, hypertendus et qui ont des antécédents médicaux ou familiaux d’AVC.

Et, comme prévenir vaudra toujours mieux que guérir, il est aussi vivement recommandé d’agir sur les facteurs de risques que sont le surpoids, le diabète ou l’hypertension. Etre attentif à son mode vie en mangeant sainement, en pratiquant une activité physique et en arrêtant de fumer, à plus fortes raisons si on prend la pilule et qu’on a plus de 35 ans, contribue nettement à réduire les risques d’une maladie qui constitue la deuxième cause de décès chez les femmes et une source majeure de handicaps parfois très sévères.

Reconnaître les signes

Si l’infarctus cardiaque se manifeste par une douleur, l’accident vasculaire cérébral, lui, ne fait pas mal. Certains signes peuvent néanmoins alerter le patient ou son entourage. Leur particularité est d’apparaître de manière brutale et de disparaître rapidement.

«Le patient ne trouve plus ses mots, peine à articuler, voit double, perd la vision d’un côté ou a un voile noir. Il ressent une faiblesse d’un côté du corps avec la bouche qui tombe, un bras et une jambe qui ne répondent plus, des sensations de fourmillements, d'engourdissement sur un seul côté du corps, des vertiges ou encore des maux de tête inhabituels», détaille le spécialiste.

Même s’ils ont disparu rapidement, ces signes doivent être pris au sérieux. Ils annoncent souvent un accident vasculaire avec des conséquences potentiellement graves. La situation pouvant se péjorer rapidement, le bon réflexe consiste à appeler le 144, à se rendre sans attendre aux urgences et à décrire le plus précisément possible les symptômes de manière à bénéficier des traitements existants. Ceux-ci sont d'autant plus efficaces qu'ils sont administrés très rapidement, avant que les lésions ne soient irréversibles.

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Hypertension

En Suisse, un tiers des adultes souffre d’hypertension

Liée à l’environnement, au mode de vie et aux gènes des individus, une trop forte tension artérielle peut provoquer infarctus et AVC. Trop souvent encore, les malades ignorent qu’ils en souffrent.
Videos sur le meme sujet

Hypertension: le mal du siècle

Trop de tension? "Et alors?" diront certains. Pourtant c'est la première maladie à travers le monde. Ou en est la situation, et pourquoi en sommes-nous là?

Hypertendu? Comment bien mesurer sa pression artérielle

Savez-vous qu'un adulte sur trois est hypertendu, et que deux sur trois le sont dès 60 ans?
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet
Des varices

Œdème des MI

J’ai les deux chevilles enflées
Jambe enflée

Jambe gonflée

J’ai une jambe gonflée
Jambes avec des bas

Varices

J’ai des varices