Bouger davantage (lorsqu’on a un cancer)

Dernière mise à jour 27/04/12 | Article
Personnes âgées à vélo
Une demi-heure d’activité physique quotidienne augmente la joie de vivre, renforce la confiance en soi, aère l’esprit, chasse la fatigue et permet surtout de se distraire.

L’activité physique améliore l’endurance, la souplesse, la coordination et la force et facilite la relaxation. Par ailleurs, elle stimule les défenses de l’organisme et atténue la fatigue chronique. Il est important de choisir une activité adaptée à vos possibilités et à vos souhaits.

Bouger seul(e)

Monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur, descendre du bus quelques arrêts et terminer le trajet à pied : ces gestes simples, intégrés dans le quotidien, peuvent vous permettre de réapprivoiser progressivement votre corps. La danse, la randonnée, le vélo, le yoga ou la natation constituent d’autres possibilités. La brochure « Activité physique et cancer » vous indique quelques exercices à réaliser chez vous et vous fournit d’autres conseils.

Bouger en groupe

Un groupe spécialement conçu pour répondre aux besoins des personnes atteintes de cancer vous permet de nouer de nouvelles connaissances et peut vous motiver à bouger davantage. Les cours comprennent des exercices de gymnastique et de renforcement musculaire, ainsi que des jeux et de la relaxation. Certains groupes proposent aussi du nordic walking ou du walking, ou encore de l’aqua-gym.
Les groupes de sport sont ouverts aux personnes atteintes de cancer de tout âge. Vous êtes également bienvenu(e) si vous ne faisiez que peu, voire pas de sport avant la maladie. Parlez-en à votre médecin.
Plus de détails sur les cours et les groupes sur la page Cours Activités physique et cancer.

Sport et réadaptation oncologique

Il n’est pas rare que le cancer et les traitements médicaux entraînent une baisse de la capacité de performance physique. De ce fait, un nombre croissant d’hôpitaux et de centres d’oncologie proposent des programmes de réadaptation spécifique. Basés sur des mesures physiques et sportives, ceux-ci aident à retrouver force et endurance et à se sentir globalement mieux. Organisés dans votre environnement familier, ils vous permettent de concilier facilement entraînement et quotidien. L’encadrement est assuré par des équipes dûment formées dans le domaine de la réadaptation oncologique.

Les programmes durent généralement 12 à 18 semaines.

Renseignez-vous auprès de votre oncologue sur les offres de réadaptation à disposition dans votre région.

[ Brochure : Ac­ti­vité phy­sique et can­cer ]

Pour en savoir plus...

Plus d'information, ainsi que des brochures sur bouger d’avantage sont disponibles sur le site de la Ligue suisse contre le cancer (plusieurs langues disponibles): www.liguecancer.ch

Article original: https://www.liguecancer.ch/prevenir-le-cancer/mode-de-vie-sain/bouger-beaucoup/

___

Mis à jour le 8 mai 2017

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Ablation de la prostate: comment faire face à l'incontinence

Ablation de la prostate: comment faire face à l'incontinence

Une infirmière expérimentée donne des conseils pratiques pour prévenir aux mieux les conséquences de...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Factures

Questions d'assurance en cas de cancer

«J’ai eu un grave cancer. Pourrai-je bénéficier d’une rente AI? Qui me paiera une perruque durant ma chimiothérapie? La mammographie est-elle remboursée par ma caisse-maladie?»
Maladies sur le meme sujet
Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Le cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.