Le futur de la médecine

Dernière mise à jour 22/09/16 | Vidéo
Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Pour faire face à ces défis, des chercheurs du monde entier concentrent leurs efforts sur la prévention, la prédiction, le prédiagnostic, l’amélioration des traitements. Ils travaillent sur le big data, sur les outils technologiques du patient de demain, sur les nanotechnologies, qui permettront peut-être un jour de mieux vivre avec une maladie, de marcher après une rupture de la moelle épinière, de prédire un infarctus ou une hypoglycémie. En Suisse romande, en plein cœur de la Health valley, nous avons plongé dans les entrailles de cette révolution de la médecine.

Avec Benoît Dubuis, directeur du Campus Biotech, Genève.
Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue Médicale Suisse.
Grégoire Courtine, prof. associé, chaire IRP réparation moelle épinière, EPFL Sion.

A LIRE AUSSI

Cancer de la peau

Cancer de la peau, j'aurai ta peau

Les cancers de la peau frappent 15’000 personnes par année en Suisse. Parmi ces cancers, le mélanome est le plus rare et le plus dangereux.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
revivre_apres_cancer

Revivre après un cancer

Grâce aux progrès de la médecine, environ un tiers des patients guérissent désormais du cancer. Cependant, reprendre le cours habituel de sa vie est souvent une étape compliquée.
leucemie_souvent_vaincue

La leucémie est souvent vaincue

Selon le type de cancer du sang et leur âge, 30 à 95% des patients survivent à leur maladie.
Videos sur le meme sujet

L'immunothérapie contre le cancer

Stéphane Délétroz se penche sur l'une des nouvelles thérapies anti-cancer, sans doute celle qui suscite le plus d’espoirs.

Un gel contre le cancer

Prélever des cellules cancéreuses chez un patient, les multiplier in vitro pour créer des milliers de petites tumeurs similaires, puis tester des milliers de médicaments sur ces milliers de tumeurs pour trouver celui qui détruira le mieux la tumeur… c'est l'idée développée par l'entreprise vaudoise QGel.