L'adolescence: ce n'est pas une maladie

Dernière mise à jour 06/10/11 | Vidéo
Comment bien traverser la période de l'adolescence ? Réponses avec le Professeur Pierre-André Michaud.

L'adolescence est l'une des grandes étapes de la vie. Durant cette période charnière entre l'enfance et l'âge adulte, tout se transforme. Le corps change, mais le cerveau aussi subit des modifications drastiques. Il devient plus mature, ce qui permet à la jeune personne de mieux se connaitre et de construire une vie sociale plus riche. Avec le professeur Pierre-André Michaud, médecin chef de l'Unité multidisciplinaire pour la santé des adolescents du CHUV.

A LIRE AUSSI

Hyperactivité

Hyperactivité et déficits de l'attention: le développement des enfants en question

L'antidote vous invite à découvrir l'hyperactivité et les déficits de l'attention chez les jeunes et vous aide à comprendre comment aborder le développement...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_crise

Ados, survivre à leur crise...et à la nôtre

Et si l’adolescence était aussi une période de grande remise en question pour les parents? C’est le postulat de Nino Rizzo, psychologue et psychothérapeute à Genève et auteur de «Parents d’ados. Une crise peut en cacher une autre», aux éditions Médecine & Hygiène. Interview.
sport_adolescence

Sport à l’adolescence: les bienfaits sans les dangers

Maintenir une activité sportive à l’adolescence est un bon investissement pour sa santé future, à condition de ne pas tomber dans l’excès.

Le pédiatre, c’est aussi pour les grands?

Entre 16 et 18 ans, le jeune s’émancipe, sur tous les plans. Et quitte son pédiatre, ce qui se prépare.
Videos sur le meme sujet

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.

Ados, cannabis et expériences psychotiques récurrentes

Diverses études ont démontré des répercussions négatives de la consommation de Marijuana sur le cerveau des adolescents.

Tout sur l'acné

L'acné est une affection bénigne, mais ô combien désagréable.