Ados, cannabis et expériences psychotiques récurrentes

Dernière mise à jour 06/07/17 | Audio
Loading the player ...
Diverses études ont démontré des répercussions négatives de la consommation de Marijuana sur le cerveau des adolescents.

Une recherche canadienne ajoute qu'une consommation régulière augmente fortement le risque de vivre des expériences psychotiques récurrentes.
La réaction de Charles Bonsack, médecin chef de la consultation de l'Unité de réhabilitation du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), interrogé par Anne Baecher.

L'article de la revue "The Journal of Child Psychology and Psychiatry"

Le dossier sur le cannabis de RTS Découverte

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Être parent

Le syndrome de Münchausen par procuration, une forme étrange de maltraitance

Les personnes qui souffrent du syndrome de Münchausen simulent tous les symptômes d'une maladie afin d'attirer sur elles l'attention des médecins et des...
Lire la suite
Être parent

Bébés secoués: un drame sans fin

En Suisse, chaque année, une dizaine d’enfants finissent à l’hôpital, victimes du syndrome du bébé secoué.
Lire la suite
Accidents

Hémiplégie, faire avec ce qu'il reste de soi

En Suisse environ 16’000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébrale chaque année.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_sexualite_parler

Comment parler de sexualité aux ados?

Période de changements et premiers émois, l’adolescence est une étape sensible. Si le dialogue autour de la sexualité s’avère nécessaire, il n’en reste pas moins complexe. Embarras, pudeur, écart générationnel… Comment instaurer une relation de confiance pour échanger sur ce sujet encore tabou?
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les filles ont-elles moins de poils que les garçons?

Pas de doute, même quand les filles ne s'épilent pas, elles ont généralement moins de poils que les garçons. Mais pourquoi?
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.