Parler du cancer avec les enfants

Dernière mise à jour 03/05/12 | Article
Père_et_fils _de_dos
Pour les enfants de tout âge, il est important de comprendre ce qui arrive à leur mère ou leur père. Parler de la maladie est essentiel afin que les enfants puissent faire face à la situation.

Un texte de la

Chaque enfant est différent. Mais tous réagissent de manière semblable. 

L’enfant jeune…

  • sent lorsque quelque chose perturbe sa mère ou son père. Ne rien savoir le déstabilise.
  • comprend par ses propres expériences ce que signifie être malade.
  • se sent coupable.
  • pense qu’il a un rôle à jouer dans la guérison de sa mère ou son père.
  • prend les explications à la lettre.
  • a peur de tomber malade à son tour.

Ce à quoi il s’agit de veiller

  • Expliquez à votre enfant par des mots simples et clairs que vous êtes malade et que c’est la raison pour laquelle vous devez souvent vous rendre chez le médecin.
  • Insistez sur le fait que l’enfant n’y est pour rien.
  • Soulignez que vous l’aimez toujours – même si vous avez parfois moins de temps à lui consacrer et qu’il vous arrive de vous énerver plus rapidement
  • Expliquez-lui ce que la maladie signifie au quotidien: parlez avec l’enfant de qui fait la cuisine, qui va le chercher au jardin d’enfants, etc.
  • Consacrez beaucoup de temps aux questions de votre enfant, même si celles-ci ne surgissent qu’ultérieurement.

L’adolescent…

  • développe une compréhension similaire à celle de l’adulte.
  • est en mesure de trouver ses propres solutions pour faire face à la situation.
  • se surestime volontiers et est volontiers surestimé.
  • entre dans le difficile processus du détachement, qui se trouve subitement compliqué par la maladie.
  • se sent inconsciemment coupable.
  • a peur de tomber malade à son tour (en particulier les filles de patientes atteintes d’un cancer du sein).

Ce à quoi il s’agit de veiller

  • Vous ne devez pas communiquer immédiatement à votre enfant tout ce que vous savez. Cependant, tout ce que vous lui dites doit être vrai.
  • Lorsque vous ne savez pas quelque chose, dites-le.
  • N’inhibez aucun sentiment. Signalez à l’enfant qu’il a lui aussi le droit d’être triste ou en colère.
  • Observez les réactions de vos enfants. Posez des questions. Les enfants hésitent souvent à poser des questions. Ils craignent de trop solliciter leurs parents.
  • N’hésitez pas à demander conseil à des professionnels.

Pour en savoir plus...

Plus d'information, ainsi que la brochure  «Comment aider son enfant ?» sont disponibles sur le site de la Ligue suisse contre le cancer (plusieurs langues disponibles): www.liguecancer.ch

Article original : http://www.liguecancer.ch/fr/vivre_avec_le_cancer__/proches_et_enfants/parler_du_cancer_avec_les_enfants/

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Enfants s'amusant ensembles

Nos enfants sont-ils surmenés?

Violon à deux heures, tennis à quatre. A l'image de leurs parents, de plus en plus d'enfants ont des agendas surchargés. Au point de ne plus avoir le temps de voir les copains.
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
mon_enfant_psy

Mon enfant chez le psy

«Maman, j’ai mal au ventre!» Plaintes somatiques, agressivité ou tristesse, difficultés scolaires… les signaux qu’envoie un enfant pour dire qu’il ne va pas bien peuvent être nombreux. Parfois, le bon sens des parents, leurs ressources personnelles et les conseils de l’entourage ne suffisent pas pour décoder les difficultés ou aider l’enfant à les dépasser. Consulter un spécialiste peut alors être d’une grande aide. Quelques points de repère à l’attention des parents.
Videos sur le meme sujet

Les conséquences de la maltraitance faite aux enfants

A l’occasion de la présentation du film "Non, ce n’est pas moi…, Bastien Confino se penche sur la maltraitance faite aux enfants.

La méditation pleine conscience chez les enfants

Adrien Zerbini s'intéresse à la méditation pleine conscience chez les enfants.

L'influence de l'âge du père sur la santé psychique des enfants

Concernant l’influence de l’âge des parents sur la santé des enfants, c'est généralement celui de la mère qui est évoqué.
Maladies sur le meme sujet
Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.

Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions