Quand le VIH se voit sur le visage

Dernière mise à jour 02/07/12 | Article
Un visage avec le signe du VIH
La lipodystrophie associée au VIH touche près de la moitié des personnes sous multithérapie. Ce mot savant caractérise une maladie qui transforme durablement l’aspect physique des personnes infectées.

Changements corporels dus au traitement du VIH

S’il est vrai que le virus ne se voit pas (ou peu), les effets secondaires de certains médicaments utilisés dans le traitement du VIH ont des conséquences visibles et durables. La lipodystrophie est un effet secondaire fréquent et se caractérise par une redistribution des graisses dans le corps : le visage, les fesses, les bras et les jambes s’amaigrissent tandis que le ventre, le thorax, le dos et les seins grossissent. Ces changements physiques s’accompagnent parfois d’autres complications telles que le diabète, un excès de cholestérol, des maladies cardiovasculaires, peuvent toucher le foie, le pancréas et/ou d’autres organes.

L’image actuelle et celle du passé

Auparavant, l’image de la personne souffrant du VIH était celle d’un corps très maigre et fatigué (comme le cancer ou l’anorexie). Aujourd’hui, grâce aux traitements, il est possible de vivre longtemps avec le VIH. Quand la personne atteinte pense que cela se voit, les répercussions psychologiques sont importantes, soit explicitement lorsque les patients ne peuvent plus se regarder dans un miroir, soit implicitement par le biais de troubles anxieux ou dépressifs. De plus, même si leur poids est stable et si la maladie est contrôlée, leur visage peut être très maigre et paraître « malade ».

Comment minimiser ce sentiment?

La première mesure à prendre est de choisir correctement les molécules du traitement: certains médicaments ont plus d’effets secondaires que d’autres. Des injections sont également possibles afin de combler l’amaigrissement du visage. Les substances injectées sont principalement de l’acide poly-L-lactique, du polyacrylamide et de l’acide hyaluronique. Ces produits sont largement utilisés dans la médecine esthétique et leur durée de vie varie d’un produit à l’autre (3-6 mois, 1-2 ans ou permanent). Pour optimiser leur bénéfice et éviter des réactions secondaires, il est recommandé que ces injections soient faites par des spécialistes habitués à la lipoatrophie et que la personne en parle à son médecin traitant. Malheureusement, ces procédures ne sont pas remboursées par les assurances. Par ailleurs, des études plus poussées à propos des produits utilisés sont en cours pour les adapter au mieux au besoin des personnes et à leur sécurité.

VIH, traitement et prévention, où en sommes-nous?

Les traitements contre le VIH sont de plus en plus efficaces et ciblés. S’il est vrai qu’il est actuellement possible de vivre avec le VIH, c’est une maladie qui ne guérit pas complètement. Les effets secondaires de la multithérapie et l’infection chronique contrôlée sont à intégrer dans le quotidien de la personne infectée et doivent être très régulièrement suivis car ils concernent des organes vitaux. Le meilleur moyen d’éviter ces effets reste la prévention, avant d’être infecté par le virus. Avis à vos préservatifs.

Référence

Adapté de «Produits de comblement du visage: dispositifs médicaux ou médicaments? Implication pour les patients VIH+ atteints de lipoatrophie», Drs Damjan S. Nikolic, Alexandre Campanelli et Laurence Toutous-Trellu du service de dermatologie et vénéréologie, Drs Nicolas Balagué et Badwi Elias du service de chirurgie plastique et reconstructive, Drs Alexandra Calmy et Laurence Toutous-Trellu du service des maladies infectieuses, HUG, Genève. In Revue Médicale Suisse 2012;8:747-53, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

De retour de voyage, une fièvre n’est pas anodine

Les tracas de santé au retour de destinations exotiques sont à prendre au sérieux et une fièvre doit vous faire consulter.
Maladies tropicales: migrants, une population à risque

Maladies tropicales: migrants, une population à risque

Les migrants originaires de pays extra-européens sont plus exposés à certaines maladies parasitaires. En effet, cette population court davantage de risques en raison de son exposition à ces maladies dans leur pays d'origine.
Videos sur le meme sujet

Sida: la lutte continue

Le sida a été nommé fléau du Xxe siècle, mais qu'en est-il en ce début de XXIe siècle?

Vivre avec le VIH

Vivre avec le VIH de nos jours une réalité difficile. La recherche et les traitements dont vous parle cette vidéo ont beaucoup évolué ces dernières années.

Le sida: J’ai vieilli avec le VIH

34 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. Aujourd’hui, les trithérapies ont complètement changé la vie des personnes infectées par le VIH qui peuvent vivre correctement avec la maladie. Mais le sida est-il devenu banal pour autant?
Maladies sur le meme sujet
Nœud rouge (Sida)

VIH-Sida

Le sida est dû au VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il se transmet par contact direct avec du sang contaminé, lors de relations sexuelles ou directement de la mère à l'enfant.