Proches aidants: SOS, je m’épuise

Dernière mise à jour 08/09/15 | Vidéo
Le rôle des proches aidants est essentiel dans notre société. Il permet d’allonger le maintien à domicile, d’accompagner une personne malade, handicapée ou âgée et de lui donner des soins et du temps.

Malgré le fait que ce travail peut être gratifiant, et que la relation qui se crée est souvent forte, le proche peut aussi s’épuiser. Il faut souvent être présent de jour, comme de nuit, adapter son organisation et son travail à la situation et vivre des émotions fortes, accompagnées parfois par un stress. Un proche sur deux s’épuise durant son parcours d’aidant. Il est toutefois possible de prévenir les risques et de se préserver.

________

Source

L'antidote est l'émission de prévention et promotion de la santé sur Canal9. Diffusée le 28.08.2015. En partenariat avec:

Vidéo originale: http://canal9.ch/proches-aidants-sos-je-mepuise/

A LIRE AUSSI

Migraines

Migraine à en perdre la tête

Les migraines, qui touchent environ 15% de la population, ne sont pas de simples maux de tête (que l’on appelle plutôt des céphalées): elles sont aujourd’hui...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
survivre_role_proche_aidant

Survivre à son rôle de proche aidant

Courses, entretien, soins corporels, visites… les tâches accomplies pour soutenir un proche malade ou en perte d’autonomie sont nombreuses. Conseils pour éviter l’épuisement

Au secours des proches aidants

Quand on aide au quotidien un parent âgé, un enfant handicapé ou un proche malade, il faut aussi accepter de se faire aider.
Entre épuisement et aides, «chacun fait comme il peut»

Entre épuisement et aides, «chacun fait comme il peut»

Les proches aidants sont considérablement mis à contribution pour le maintien à domicile des personnes malades en fin de vie. Des structures d’aide existent pour le malade et également pour les proches aidants. Or, ces derniers ne les connaissent pas toujours bien et n’ont pas toujours les moyens d’y recourir.
Videos sur le meme sujet

Hémiplégie, faire avec ce qu'il reste de soi

En Suisse environ 16’000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébrale chaque année.