Herpès : un mal qu'on tient sous silence

Dernière mise à jour 30/07/12 | Vidéo
Il existe deux types d'herpès : le fameux bouton de fièvre, qui touche 80% de la population, et le malvenu herpès génital. Ce dernier atteint une personne sur cinq et s'installe pour la vie. Mais qu'est-il vraiment ?
Source

L'antidote est l'émission de prévention et de promotion de la santé sur Canal9. Diffusée le 14.11.2011. En partenariat avec:

Vidéo originale: http://www.canal9.ch/television-valaisanne/emissions/antidote/14-11-2011/herpes-un-mal-qu-on-tient-sous-silence.html#

Articles sur le meme sujet
L’herpès est toujours incurable, autant apprendre à vivre avec

L’herpès est toujours incurable, autant apprendre à vivre avec

Face aux deux types d’herpès –labial et génital– un même constat: aucun traitement ne permet une guérison, mais des médicaments parviennent à calmer les crises.
Herpès, démêler le vrai du faux

Herpès, démêler le vrai du faux

Extrêmement commun, l'herpès est une maladie ennuyeuse sur laquelle abondent les idées reçues. Eclaircissements avec Bernard Noël, dermatologue au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Femme avec la main devant la bouche

Herpès

Votre lèvre vous démange un moment. Puis vous constatez l'apparition d'un petit bouton rouge formé de vésicules. Il est très probable que vous soyez atteint d'une crise aigüe d'herpès. Notre article vous en dit plus sur ce virus qui touche 80% des adultes en Suisse.
Videos sur le meme sujet

Des électrochocs contre la dépression

L’électroconvulsivothérapie jouit d’une mauvaise réputation, notamment en raison de ses usages brutaux pratiqués par le passé. Pourtant, cette technique peut donner de l’espoir aux patients souffrant d’une dépression profonde et que rien ne soulage.

Le VIH, une MST pas comme les autres

C'est un record historique: jamais depuis l’apparition du sida en Suisse, l’Office fédéral de la santé publique n’a enregistré un taux aussi bas de nouvelles infections qu'en 2017.

Une nouvelle piste sur l'origine génétique de la migraine

Des chercheurs du CNRS, de l’Université Côte d’Azur et de l’Inserm viennent de découvrir un nouveau mécanisme qui serait déclencheur de migraines.